09 80 80 90 70 non surtaxé | lun. - ven. 9h00 - 18h30

Notre blog

Troubles de la mémoire : 5 conseils simples pour les prévenir et les atténuer

personne jouant à un jeu de mémoire

La mémoire fait partie de la grande famille des facultés cognitives. Ces dernières sont essentielles à tout individu dans son quotidien car elles conditionnent nos actes, nos pensées, nos paroles et notre conceptualisation de nous-mêmes et du monde extérieur.

Avec l’âge, il n’est pas rare qu’apparaissent certains troubles de la mémoire, de petite ou plus grande ampleur. On appelle cela le déclin cognitif. Les neurones perdent progressivement de leurs capacités fonctionnelles, induisant de légères pertes d’acuité.

Des maladies telles qu’Alzheimer ou démences apparentées affectent le quotidien de la personne et de ses proches de manière significative. Elles requièrent une prise en charge médicale sérieuse et soutenue. 

Les troubles plus légers, quant à eux, ne portent pas nécessairement atteinte à l’autonomie d’une personne âgée mais peuvent vite venir entacher son quotidien.

 

 

Nous vous proposons ici 5 conseils simples et sans coût pour aider votre proche à stimuler et à préserver sa mémoire.

 

 

Qu’est-ce que la mémoire ?

 

Elle est la fonction cognitive par laquelle nous intégrons, stockons et restituons les informations reçues par notre cerveau. Elle rassemble les savoir-faire, les connaissances, les souvenirs. Elle est l’élement essentiel à la réflexion et à la projection dans le futur. C’est sur elle que repose la base de notre identité. (Source)

 

On distingue 5 différents types de mémoire. Chacun est basé sur un réseau neuronal distinct, mais ils restent cependant interconnectés les uns aux autres :

 

  • La mémoire de travail, également appelée mémoire à court terme ou mémoire immédiate, est sollicitée en permanence dans toutes nos actions quotidiennes.

 

  • La mémoire sémantique est celle des connaissances génériques et individuelles comme par exemple le sens des mots, les concepts…

 

  • La mémoire épisodique nous permet de nous souvenir des événements passés. C’est concrètement à elle que nous faisons appel lorsque nous évoquons nos souvenirs.

 

  • La mémoire procédurale permet des automatismes inconscients. Vous connaissez d’ailleurs sûrement l’expression populaire “c’est comme le vélo, ça ne s’oublie pas !” L’apprentissage du vélo est effectivement un bon exemple de mémoire procédurale !

 

  • La mémoire perceptive est celle liée à nos cinq sens.

 

 

 

Qu’est-ce que sont des troubles de la mémoire ?

 

Le spectre des différents troubles mnésiques est extrêmement large. Cela peut aller d’une petite tendance à l’oubli (oublier un mot, oublier les détails d’une conversation etc…) à une amnésie totale et une perte des repères sociaux et spatio-temporels complète.

Chez les personnes âgées, la perte de mémoire est généralement une conséquence directe du vieillissement. En effet, les nombreuses études scientifiques menées sur le sujet ont permis de déterminer que plus nous avançons en âge, plus notre cerveau perd de son agilité et de ses fonctions. Nos capacités cognitives diminuent donc souvent un peu, de la même manière que nos capacités physiques.

 

 

Pourquoi est-il important d’encourager une personne âgée à stimuler sa mémoire ?

 

Garder un esprit vif est un élément essentiel à la préservation de l’autonomie d’une personne âgée. 

En effet, une mémoire trop défaillante, ou des troubles cognitifs aggravés accroissent de manière significative le niveau de dépendance d’une personne. Celle-ci aura tendance à créer des situations dangereuses pour elle-même, comme par exemple sortir au beau milieu de la nuit ou oublier d’éteindre le gaz.

C’est par ailleurs généralement suite à cela que les Aidants décident de la mise en place d’aides à domicile, ou d’un placement en institution.

 

La bonne nouvelle, c’est qu’il est possible de mettre en place de petites choses concrètes au quotidien pour lutter contre les troubles de la mémoire et la stimuler efficacement !

 

Plus l’on commence tôt, plus l’on a de chances de retarder l’apparition des premiers symptômes. 

S’ils sont déjà présents, adopter ces quelques astuces permettra de les amoindrir et de diminuer leur progression.

En tant qu’Aidant, vous pouvez aisément proposer à votre proche ces différentes pistes, et l’aider à s’y tenir !

 

 

Personnes âgées : 5 conseils pour lutter contre les troubles de la mémoire

 

 

Stimuler ses neurones par le jeu et la réflexion

 

Les jeux peuvent constituer une forme intéressante d’entraînement cognitif pour les personnes âgées. Jouer avec d’autres personnes permet une interaction sociale précieuse qui stimule également la mémoire et les fonctions cérébrales.

Ainsi, une partie de Scrabble, d’Échecs ou de Monopoly permettra de faire travailler efficacement ses neurones tout en passant un moment convivial et agréable. 

Ceux pratiqués en solitaire comme le sudoku, les mots croisés, ou les puzzles offrent la possibilité de se détendre en se stimulant. Ils ont l’avantage de pouvoir être pratiqués quotidiennement et à tout moment de la journée.

Vous pouvez également vous tourner vers des jeux de mémoire spécialement adaptés aux personnes âgées. Généralement conçues par des professionnels pour stimuler des parties spécifiques du cerveau, ces activités ludiques sont très utilisées et plébiscitées par les EHPAD. 

 

Vous retrouverez ici une sélection de jeux recommandés par Silver Alliance.

 

Conseil en plus : Alternez jeux sur supports physiques (plateau, papier…) et jeux sur supports digitaux (ordinateur, tablettes…) pour une stimulation complète de toutes les parties du cerveau.

Plusieurs études récentes ont démontré les bénéfices retirés par leurs utilisations complémentaires, notamment dans le cadre du développement de l’enfant.

Ce sera également l’occasion d’initier votre proche aux nouvelles technologies !

 

 

Ne pas minimiser les bénéfices des interactions sociales

 

Créer de la dynamique sociale est essentiel au maintien d’une bonne santé cérébrale et cognitive. En plus de leurs multiples bienfaits sur le moral, des interactions régulières avec autrui stimulent les neurones et aident à lutter contre l’appartion de troubles de la mémoire.

En ce sens, plus la personne âgée interagira avec l’extérieur par le biais de conversations, d’activités et de rencontres, meilleure s’en trouvera sa santé globale.

Générer des interactions régulières en dehors du cercle familial et proche est vivement recommandé. C’est également l’occasion d’apprendre de nouvelles choses, de poser des questions, de réfléchir sur de nouveaux sujets… Ce qui est par essence très stimulant.

Les possibilités d’interactions sociales sont nombreuses : au quotidien avec ses proches, avec les différentes aides à domicile et également en dehors de la maison.

Ainsi, des sorties hebdomadaires au marché ou la participation à une activité culturelle ou sportive en groupe sont d’excellents moyens d’entretenir ses liens sociaux.

 

 

Se lancer dans l’écriture

 

Les exercices d’écritures sont excellents car ils associent réflexion cérébrale et mouvement du corps. De plus, ils représentent une activité calme, relaxante et plaisante.

Pourquoi pas ainsi inscrire votre proche à des ateliers d’écriture ? Animés par des professionnels, ils sont également très bien structurés et adaptés aux différents publics. Ils sont également l’occasion d’échanger et de travailler en groupe.

Commencer la rédaction d’un journal de bord (ou journal intime) peut aussi être une solution très bénéfique. Et en plus des bienfaits générés par l’écriture, il parait que cela est bon pour le moral !

Écrire ses mémoires est aussi excellent pour stimuler… Sa mémoire ! Avez-vous déjà pensé à proposer à votre proche de rédiger des morceaux de sa vie ? C’est souvent un exercice très riche en émotions, et très apprécié par les personnes du troisième âge. De plus, c’est une excellente manière de construire un beau lien intergénérationnel au sein de votre famille

Si votre proche ne se sent pas une âme d’écrivain ou manque d’inspiration, vous pourriez également lui proposer d’entamer une relation épistolaire… Avec vous ! Écrivez-vous mutuellement des lettres pour vous raconter vos journées, évoquer des souvenirs, ou encore échanger sur l’actualité.

 

 

Miser sur la nutrition pour prévenir les troubles de la mémoire

 

Préserver ses facultés cérébrales passe aussi par une hygiène de vie saine. Il est depuis longtemps reconnu que l’alimentation joue un rôle prépondérant dans la prévention contre les maladies.

Ainsi, surveiller son assiette et adopter un régime sain et équilibré est le premier pas vers une bonne santé globale.

Misez sur des aliments riches en acides gras et en oméga 3, comme les poissons gras ou les oléagineux par exemple. Les baies, connues pour leurs propriétés antioxydantes, sont également excellentes pour le cerveau.

Il existe également de nombreux complémentaires alimentaires à base de plantes spécialement conçus pour “booster” la mémoire. Nous vous invitons à vous rapprochez de votre Médecin ou d’un professionnel de la diététique qui sauront vous fournir des conseils adaptés à vos besoins.

 

 

Faire de l’exercice et garder un sommeil de qualité

 

L’exercice physique et le mouvement sont essentiels au fonctionnement du cerveau, en plus d’offrir d’autres avantages évidents pour la santé, comme la baisse de la pression sanguine.

Des exercices réguliers comme la marche produisent des bénéfices pour la santé aérobie du cerveau ainsi que pour les poumons, le cœur, la pression sanguine et la condition physique générale.

Les exercices de respiration en conscience comme la sophrologie et la méditation présentent également des bénéfices indéniables. Il est vivement recommandé de pratiquer une activité en plein air régulièrement, afin de permettre au cerveau de s’aérer.

Pour des personnes âgées présentant des difficultés à marcher, les exercices stationnaires peuvent fournir l’entraînement nécessaire pour stimuler la puissance cérébrale et la mémoire.

Enfin, bien dormir est le dernier élément nécessaire au quotidien pour préserver sa santé. Un sommeil de qualité permet la régénération des cellules cérébrales durant la nuit.

Il a d’ailleurs été prouvé que les personnes souffrant d’insomnies chroniques présentaient de plus grandes difficultés de mémorisation et de concentration.

Veillez donc à ce que votre proche bénéficie de suffisamment d’heures de sommeil chaque nuit, et n’oubliez pas qu’une vie dynamique en journée permet un sommeil de meilleur qualité !

S'inscrire à la newsletter !