09 80 80 90 70 non surtaxé | lun. - ven. 9h00 - 18h30
Cohabitation intergénérationnelle : quels avantages ?

Cohabitation intergénérationnelle : quels avantages ?

Notre blog

Cohabitation intergénérationnelle : la solution pour rompre l’isolement des personnes âgées

Prendre soin d'un proche âgé à distance

À une époque où de plus en plus de personnes âgées souffrent d’isolement, tout en ayant une chambre disponible dans leur résidence, la cohabitation intergénérationnelle semble être la solution toute indiquée.

 

Qu’est-ce que la cohabitation intergénérationnelle ?

La cohabitation intergénérationnelle est une nouvelle façon pour les gens de satisfaire et de maintenir leurs besoins en matière de logement, tout en bénéficiant de divers avantages, que vous soyez propriétaire ou locataire. En termes généraux, on parle de collocation intergénérationnelle lorsque deux ou plusieurs personnes sans lien de parenté s’arrangent pour résider dans la même maison ou appartement, tout en conservant leur propre espace privé dans la résidence.

Il est important de comprendre qu’il n’y a pas deux situations de collocation intergénérationnelle identiques et que les parties concernées doivent parvenir à un accord basé sur leurs propres besoins et désirs.

 

Cohabitation intergénérationnelle : de nombreux avantages

Un gain financier indéniable

Avoir un colocataire peut contribuer à alléger le fardeau financier et à élever son niveau de vie. Il existe différentes « formules », mais globalement, il s’agit de proposer un loyer à quelques centaines d’euros. Par ailleurs, ce nouveau revenu n’est pas imposable et ne demande pas à être déclaré.

 

Un colocataire apporte de la compagnie

De nombreuses personnes âgées souffrent d’isolement social, ce qui peut avoir un effet important sur leur santé. La colocation peut leur apporter de la compagnie ainsi qu’un sentiment de sécurité en sachant qu’elles ne sont pas seules en cas d’urgence. Cela peut également apporter une certaine tranquillité d’esprit aux étudiants avec qui la colocation est partagée, s’ils vivent loin de leurs parents et veulent savoir que l’on s’occupe d’eux.

 

Un colocataire peut apporter une aide quotidienne

De nombreux étudiants de l’enseignement supérieur, louent ces chambres disponibles auprès de personnes âgées pour un prix relativement bas en échange d’une aide pour les tâches ménagères, comme aller faire les courses ou le jardinage, ou d’un transport occasionnel chez le médecin.

 

Les quelques inconvénients de la cohabitation intergénérationnelle

Le manque d’intimité

Si vous ou votre proche avez vécu seul pendant un certain temps avant d’obtenir un colocataire, le manque d’intimité est une adaptation majeure pour beaucoup de gens. Bien que vous ayez toujours votre propre chambre et vos propres espaces, la maison entière n’est plus occupée par une seule personne.

De nombreuses personnes recherchent un colocataire pour la compagnie qu’il leur apporte, mais d’autres le recherchent uniquement pour des raisons financières. Bien souvent, ces derniers ne s’épanouissent pas tellement et abandonnent le projet rapidement.

 

Des modes de vie différents

Les experts affirment que les problèmes surviennent généralement lorsque les domaines de conflit, tels que les tâches ménagères, les animaux domestiques, la propreté, les parties communes, la température de la maison, le bruit, les invités, etc. n’ont pas été abordés dans les premières semaines suivant l’emménagement du colocataire.

Si un accord de colocation a été rédigé, le locataire peut également avoir des doutes sur ce que le document implique et sur les règles de la maison. Si vous participez à une colocation, il est important que vous soyez patient, compréhensif et que vous reconnaissiez que votre colocataire paie maintenant pour vivre dans l’espace, même si cet espace vous appartenait à l’origine.

 

Une responsabilité financière

Si l’un des locataires ne paie pas sa part des factures, en tant que propriétaire, vous êtes toujours responsable du paiement des factures à temps (puisqu’elles seront probablement toujours à votre nom en tant que propriétaire de la maison). Il s’agit donc de n’accepter que des personnes qui ont su gagner votre confiance via un dossier solide.

 

Où trouver votre colocataire ?

De nombreux organismes existent, certaines associations existent même depuis des dizaines d’années.

L’avantage de trouver un colocataire jeune via un organisme est clair : vous aurez accès à des profils d’étudiants vérifiés et vous serez accompagnés sur les enjeux juridiques.

Chez Ernesti, nous avons eu la chance de rencontrer et d’échanger avec ces structures, vous pouvez donc les contacter de notre part les yeux fermés :

Chez Ernesti, notre but est d’offrir aux personnes dépendantes la possibilité de rester chez elles aussi longtemps qu’elles le souhaitent et dans les meilleures conditions, quand bien même elles auraient besoin d’une présence la nuit.

Nos « Chouettes », étudiant·e·s dans les domaines de la Santé (médical et paramédical) sont disponibles pour venir de manière régulière assurer une présence la nuit au domicile de l’Accompagné.

La mise en place de gardes de nuits à domicile permet également aux Aidants de pouvoir prendre du recul et de se reposer, tout en sachant leur proche en sécurité.

Découvrir nos Chouettes

Commencer les accompagnements de nuit avec un étudiant en santé.

En savoir plus

Réservez avec un créneau pour échanger directement avec un conseiller Ernesti.

Ces articles pourraient également vous intéresser

personne jouant à un jeu de mémoire

Le répit des Aidants familiaux

Pour les Aidants

Grille AGIR : estimez l’autonomie de votre proche âgé

Pour les Aidants

Il était une fois : les maisons de retraite

Pour les Aidants

S'inscrire à la newsletter !

Les conséquences de l’isolement des personnes âgées

Les conséquences de l’isolement des personnes âgées

Notre blog

La question de l’isolement social des personnes âgées et ses conséquences

 

 

Quels en sont les causes et les conséquences, mais surtout, comment agir de manière à les préserver? Parce qu’offrir du bonheur et du lien social à nos aînés est l’affaire de tous.

Le 11 Mai dernier, la France a franchi la première étape d’un déconfinement progressif suite aux mesures drastiques prises pour éviter la propagation du Coronavirus. Parmi celles-ci, un confinement obligatoire pour toute une partie de la population. La France a ainsi assisté à une recrudescence de l’isolement des personnes âgées.

Ces nouvelles mesures permettent aux citoyens de peu à peu reprendre une vie normale, et surtout une vie sociale. Une décision bien nécéssaire après avoir été coupés du monde durant deux mois.

En effet, si ces mesures ont été prises pour  la sécurité de tous, beaucoup de spécialistes redoutaient les conséquences psychologiques du confinement. Les plus touchés furent les individus « fragiles » dont font partie les personnes âgées.

Ce thème d’actualité nous permet d’aborder ici un sujet récurrent du domaine du mieux vieillir : L’importance et la nécessité du maintien d’un lien social fort chez les personnes âgées.

Nous vous proposons donc un article à visée informative, ponctué d’espoir et de positivité !

 

Qu’est-ce que l’isolement social ? L’isolement social des personnes âgées en France – Chiffres

 

Qu’est-ce que l’isolement social ?

 

Dans son avis de juin 2017, le Conseil Economique, Social et Environnemental définit l’isolement social comme suit :

« L’isolement social est la situation dans laquelle se trouve la personne qui, du fait de relations  insuffisantes dans leur nombre ou leur qualité, est en situation de souffrance et de danger. Les relations d’une qualité insuffisante sont celles qui produisent un déni de reconnaissance et un déficit de sécurité. Le risque tient au fait que l’isolement prive de certaines ressources impératives pour se constituer en tant que personne et accéder aux soins élémentaires et à la vie sociale. »

 

Quelques chiffres

 

De toutes les générations, celle des 75 ans et plus est celle qui a été la plus impactée par la montée des solitudes en France. En effet, 1 personne âgée sur 4 est seule (27% en 2014 contre 16% en 2010).

Une enquête réalisée en 2017 par l’Institut CSA pour l’association Les petits frères des pauvres, révélait que 32% des personnes de plus de 60 ans « n’avaient personne avec qui parler de sujets personnels » et 22 % n’avaient pas de contacts réguliers avec leur famille. Le confinement a renforcé cette observation.

 

Les personnes âgées dans la société

 

Les changements démographiques et sociétaux survenus dans le courant du 20ème siècle ont conduit à un changement drastique de point de vue sur la place des personnes âgées dans la société.

 

Auparavant , les personnes âgées étaient considérées comme les piliers de la société et de leur famille. De nos jours, ils apparaissent plutôt comme une charge. On parle même de discrimination à leur égard, définie par le terme « âgisme », en opposition au « jeunisme ».

Dans de nombreux cas, la personne âgée n’est donc plus considérée comme une richesse mais comme un fardeau. Ainsi survient le risque d’un sentiment d’inutilité, d’une perte d’estime de soi et de repli sur soi. Ces différents facteurs conduisent inéluctablement à l’isolement.

Au-delà de ces considérations sociologiques, les premiers facteurs d’isolement des personnes âgées seraient la perte du conjoint. Suivent ensuite l’éloignement géographique des proches, ainsi que l’augmentation du taux de dépendance physique, empêchant la personne de s’adonner à des activités à l’extérieures. (Source)

 

Les conséquences de l’isolement social des personnes âgées – Les bénéfices du maintien de lien social

 

Si la solitude et l’isolement sont néfastes pour les êtres humains de manière général quel que soit leur âge, leurs effets se trouvent décuplés chez les personnes âgées. De nombreux chercheurs et professionnels de la santé s’accordent à penser que le manque de contact humain, d’affection et de stimulation auraient un impact direct sur la santé mentale et physique des personnes concernées.

« Ce n’est pas le fait de vivre seul, mais vraiment la sensation subjective d’isolement et de solitude qui a des conséquences dramatiques sur la santé » a déclaré le Professeur John Caccioppo, psychologue social à l’Université de Chicago. Son équipe a démontré que le sentiment de solitude est associé à une augmentation de 14% de la mortalité prématurée chez les personnes âgées. Soit deux fois plus que l’obésité et presque autant que le fait de vivre des conditions socio-économiques défavorables.

 

Des effets néfastes de l’isolement sur la santé

 

Il a ajouté « Se sentir profondément isolé des autres peut générer des troubles du sommeil, une tension artérielle élevée, des pics matinaux de cortisol (l’hormone du stress), mais aussi altérer l’expression des gènes dans les cellules immunitaires. On note également un accroissement de la dépression et une diminution de la sensation de bien-être ».

Selon le Professeur Joël Belmin, chef du pôle de gériatrie de l’hôpital Charles Foix d’Yvry-sur-Seine : « Le sentiment de solitude est un symptôme fréquent de la dépression. Or, on sait que les personnes dépressives ont beaucoup plus d’ennuis de santé que les personnes du même âge sans dépression. »

Cette déclaration est d’ailleurs confirmés par Sabine Faber, infirmière au sein de l’équipe mobile de psycho-gériatrie du Centre hospitalier spécialisé Esquirol de Limoges. « Nous pouvons observer à quel point la solitude fragilise. Les personnes âgées isolées sont moins sollicitées sur le plan cognitif, ce qui favorise l’apparition de troubles de la mémoire et laisse davantage de temps pour les ruminations anxieuses ».

 

Les bénéfices d’une vie sociale riche et stimulante

 

Mais la bonne nouvelle, c’est que si l’isolement engendre des conséquences délétères pour la vie et la santé des seniors, une vie quotidienne riche en échanges et en stimulations apporte, à l’inverse, d’innombrables bénéfices.

Ainsi, il est reconnu que le fait d’entretenir des liens sociaux réguliers permet une meilleure stimulation cognitive. Que ce soit par la discussion, le jeu, le rire etc. Cela permet à la personne âgée de sortir malgré elle de sa « zone de confort » et d’éviter le repli sur soi. En effet, les rencontres fréquentes permettent de rester alerte, de se fixer des objectifs, de se sentir utile.

Un proche voyant régulièrement le senior saura également détecter un problème de santé, un comportement anormal. Ceci favorisera une prise en charge rapides. D’autre part, un aîné ayant des contacts épanouissants avec son entourage bénéficiera de nombreux avantages. Le cerveau est stimulé et les baisses de moral sont bien moindres.

 

Quels sont les initiatives mises en place en France depuis le début du confinement pour lutter contre l’isolement de nos aînés ?

 

Face à ce constat, de nombreuses mesures gouvernementales ont été prises chaque année pour tenter d’éradiquer ce phénomène et de renforcer les liens sociaux des seniors. (Source)

De nombreuses associations, notamment la très célèbre « Petit frères des Pauvres » regroupant plus de 12 000 bénévoles, communiquent régulièrement autour de ce sujet, dans une démarche de sensibilisation.

La période de confinement engendrée par la pandémie de coronavirus a permis une prise de conscience collective et de belles initiatives bénévoles et citoyennes.

 

Ce que chacun peut faire à son niveau

 

Il s’agit, par de petits gestes réguliers, d’éviter l’isolement ou tout sentiment de solitude ou d’abandon. Ainsi, préserver le lien social peut se faire de différentes façons :

  • Téléphoner régulièrement ou passer lui rendre visite.

 

  • Écrire des lettres, des mails, des petits mots. Utiliser les nouveaux services de télécommunication comme les appels visio, skype, afin de maintenir le lien même à distance.

 

  • Partager son quotidien : Accompagnements, promenade, activités, repas, aider dans les tâches quotidiennes (ménage, courses, repas).

 

Lutter contre l’isolement des personnes âgées, l’affaire de tous !

 

Le maintien du lien social des personne âgées est donc l’affaire de tous. C’est entre autre pour cette raison qu’Ernesti a été créé. Pour en savoir plus sur Ernesti, cliquer ici.

En effet, en plus de créer un environnement rassurant et sécurisant pour la personne âgées, les Accompagnements permettent de maintenir un lien régulier avec l’extérieur. Cela apporte un peu de joie et de nouveauté dans leur quotidien.

Nous proposons un accompagnement par des étudiants en santé pour limiter l’impact de l’isolement chez les personnes âgées.

Que les Aidant(e)s soient proches ou éloignés géographiquement, l’intervention de nos Chouettes est toujours stimulante et bienfaisante pour leurs Accompagné(e)s, aussi bien pour leur santé, leur moral et leur simulation cognitive !

 

 

 

 

Sources :

https://books.google.de/books?id=nRiWDAAAQBAJ&pg=PT20&lpg=PT20&dq=besoin+de+reconnaissance+personnes+âgées&source=bl&ots=3PKRjEaa5k&sig=ACfU3U1M-gO_fc6aohZTEHxu1UumJjT98Q&hl=fr&sa=X&ved=2ahUKEwiw3dzOuNjpAhVPxaYKHfc3AC8Q6AEwEHoECAkQAQ#v=onepage&q=besoin%20de%20reconnaissance%20personnes%20âgées&f=false

 

http://www.fredericserriere.com/silvereconomie/la-pyramide-des-besoins-des-seniors/

 

https://www.fondationdefrance.org/sites/default/files/atoms/files/dp_solitudes_2014_def_fiches_exemples.pdf

 

https://academic.oup.com/psychsocgerontology

 

https://www.cairn.info/revue-de-neuropsychologie-2013-1-page-4.htm

 

S'inscrire à la newsletter !

Porter un masque ? Oui mais lequel, et comment ?

Porter un masque ? Oui mais lequel, et comment ?

Notre blog

Porter un masque?

Oui mais lequel, et comment?

 

 

Quelques éléments de réponses pour vous aiguiller…

Le 31 décembre 2019, une première notification de cas humain infecté par un Coronavirus, le « Covid-19 » émane des services politiques et sanitaires de la ville de Wuhan en Chine.
Dès lors, il commence à se répandre de par le monde, qu’il affectera dans sa totalité quelques mois plus tard.

Contrairement à d’autres pays, la France opte pour une position rassurante quant à la propagation du virus et ne prend des mesures drastiques que le 17 mars 2020. Confinement, distances de sécurité, masques et gants, préconisation d’un lavage des mains très fréquent.
Depuis le début de la crise, il est vite apparu que les services de santé ne pourraient pas assurer l’approvisionnement en masques pour tous les citoyens.

Nous avons été à plusieurs reprises interrogés par les familles que nous accompagnons à propos du port des masques. Certains, redoublant de créativité, ont suggéré dès la première heure d’en fabriquer elles-mêmes à partir de chutes de tissus, et de les faire porter à leur(s) Chouette(s) lors des accompagnements.

Néanmoins, de nombreuses questions subsistent quant à leur efficacité réelle ou supposée, surtout lorsqu’il s’agit de masques « fait maison ».

Dans cet article, nous vous proposons de décrypter ensemble le sujet pour vous aider à mieux vous protéger et mieux protéger vos proches.

 

La crise des masques

 

Dès l’annonce du confinement, le 17 mars, le ministre de la santé Olivier Véran, invité de France Inter estime qu’ « il reste 110 millions de masques dans les stocks de l’état ». En revanche, pas assez de masques FFP2, dits de « grande protection ».

C’est alors que de nombreuses personnes se ruent sur les masques en pharmacie, provoquant une rupture de stock presque immédiate. Ces dernières sont sommées de privilégier l’approvisionnement du personnel de santé. Ce fut ensuite au tour des boutiques en ligne d’être dévalisées (type Amazon). Des vols dans les hôpitaux et l’apparition d’un « marché noir » de masques a même vu le jour dans certaines zones.

Depuis le 9 Avril, les pharmacies ont malgré tout réussi à se réapprovisionner. Des masques peuvent être délivrés à tous « salariés travaillant au contact de public fragile », sur présentation d’un justificatif.

C’est par exemple le cas de nos Chouettes. En effet, chaque étudiant bénéficie de trois masques par semaine, à utiliser lors de ses accompagnements de nuit.

 

L’importance du port du masque

 

Il reste encore beaucoup à apprendre au sujet de la transmission et la durée de vie de ce nouveau coronavirus. Cependant, les professionnels de Santé recommandent unanimement le port du masque. Il est notamment essentiel lorsque l’on se rend à l’extérieur lors de contact avec d’autres personnes.

En effet, la contamination d’une personne à une autre se fait essentiellement par les voies respiratoires : les sécrétions buccales ou nasales projetée lorsque l’on parle, que l’on tousse ou que l’on éternue. C’est la raison pour laquelle il est impératif de protéger le bas de son visage.

Il est important de noter que le port du masque ne sert pas qu’à se protéger soi-même mais permet avant tout de protéger les autres, particulièrement les personnes considérées à risques telles que les personnes âgées, les personnes souffrant d’une déficience immunitaire ou de maladies chroniques.

Il faut également comprendre que chaque type de masque correspond à un besoin spécifique, et que son utilisation doit être adaptée à la situation.

En effet, les masques de type FFP2 sont essentiellement réservés aux professionnels de santé en contact direct avec des patients contaminés.

Les masques chirurgicaux quant à eux, sont ceux que l’on trouve le plus couramment en pharmacie. Ils conviennent parfaitement à une utilisation professionnelle dans le cadre d’un contact avec un publique fragile. Leur processus de fabrication répond à des normes sanitaires strictes, et il permet d’éviter les projections de sécrétions nasales ou buccales. C’est notamment ce type de masque qui est délivré à nos Chouettes pour leurs accompagnements.

 

Mais qu’en est-il des masques en tissus et des masques « fait maison » ?

 

Face à l’impossibilité de se procurer des masques « médicaux » de nombreux citoyens se sont rabattus sur les masques en tissus du commerce, ou de leur propre fabrication. Une nouvelle interrogation s’est posée, quant à l’efficacité de ces masques.

Selon les professionnels de la santé, une chose est certaine, un masque « fait maison » vaut mieux que rien du tout, à condition que le masque soit correctement porté.

L’Organisation Mondiale de la Santé soutient l’initiative du port d’un masque en public, qu’il soit médical ou de fabrication artisanale. Néanmoins, son utilisation est soumise à certaines recommandations : « Il faut enlever le masque sans toucher sa partie avant. Il faut nettoyer ses mains avant et après avoir manipulé son masque avec une solution hydro alcoolique ou avec de l’eau et du savon et porter le masque afin que le nez et la bouche soient recouverts. »

Cette protection, même si elle n’est pas suffisante, vient compléter les gestes barrières. C’est un élément rassurant pour le porteur et les personnes autour de lui, induisant un climat plus serein entre les individus, chacun faisant montre d’un comportement responsable.

 

Des initiatives citoyennes et solidaires

 

Face à la pénurie et à la nécessité de porter un masque, de nombreuses initiatives solidaires et citoyennes ont vu le jour pour confectionner des masques « DIY » ou « faits maison ».

⁃ De grandes entreprises non spécialisées se sont mises à produire des masques en grande quantité. Par exemple : Les Parapluies de Cherbourg, Pain de Sucre, Balsan, Gibaud et La Flèche.

⁃ Certains élans citoyens et bénévoles de confection de masques en tissus. Parmi eux, nous avons choisi deux exemples très emblématiques :

Mamie au grand cœur, c’est ainsi que les vignerons de la maison de champagne Thiercelin, appellent Colette, une couturière généreuse de 82 ans qui confectionne chaque jour plusieurs masques de protection pour tous les employés.

A Lens, Lena, élève de 10 ans, s’est initiée à la couture avec sa maman après avoir entendu les appels de fabrication de masques. Elle a souhaité s’engager activement auprès des soignants du CH Lens en leur fabriquant des masques « faits maison ».

La fabrication de masques à distribuer est un geste très généreux mais il faut impérativement respecter des normes sanitaires imposées par l’AFNOR (document AFNOR Spécial – Masques barrière accessible gratuitement sur Internet).

Voici un Tutoriel  par le CHU de Grenoble pour fabriquer un masque chez soi, à partir de chute de tissus.

 

En conclusion,

 

Les masques sont de plus en plus utilisés par la population pour se protéger et surtout protéger les autres. Ils font désormais partie de notre paysage quotidien.

Afin qu’ils soient les plus efficaces possible, il est important de respecter certaines consignes :

  • Se laver les mains avant de le placer de façon à couvrir le nez et la bouche.
  • Lorsqu’il s’agit d’un masque jetable, l’ajuster le plus précisément au visage et ne plus le toucher avant de l’ôter définitivement. 
  • Le jeter dans un sac plastique bien fermé puis dans une poubelle « grise ».

Concernant les masques en tissu, l’AFNOR préconise un lavage, après chaque utilisation, cycle coton à 60 degrés. Il est également conseillé de se servir d’un sèche-linge ou d’un sèche-cheveux pour éviter toute trace d’humidité

Notre conseil est de vous tenir informés en temps réel sur les sites gouvernementaux, et continuer à vous protéger et à protéger les personnes autour de vous en adoptant les comportements préventifs d’usage.

 

l’équipe d’Ernesti

 

 

Sources :

 

https://www.europe1.fr/sante/en-direct-coronavirus-suivez-levolution-de-la-situation-mardi-31-mars-3958844

https://www.notre-planete.info/actualites/4135-coronavirus-epidemie-Chine-Europe-monde

https://www.lemonde.fr/blog/realitesbiomedicales/2020/03/27/il-etait-une-fois-les-coronavirus%E2%80%A8/

https://www.sciencesetavenir.fr/sante/coronavirus-fabriquer-son-masque-pour-proteger-les-autres_142995

https://www.franceinter.fr/societe/penurie-de-masques-les-raisons-d-un-scandale-d-etat

https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/origine-transmission-contagion-ce-que-l-on-sait-et-ce-que-l-on-ignore-encore-sur-le-covid-19_3927345.html

https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/Fiche_Masques.pdf

https://www.sciencesetavenir.fr/sante/coronavirus-covid-19-devons-nous-porter-des-masques_143188

https://www.lejournaldumedecin.com/actualite/transmission-de-covid-19-par-aerosol-les-implications-pour-la-sante-publique/article-opinion-47087.html?cookie_check=1586765101

https://www.numerama.com/sciences/608072-faut-il-porter-des-masques-contre-le-coronavirus.html

https://www.santemagazine.fr/actualites/actualites-sante/coronavirus-10-questions-que-lon-se-pose-sur-les-masques-433365

https://fr.reuters.com/article/topNews/idFRKBN21L367

https://www.who.int/fr/emergencies/diseases/novel-coronavirus-2019/advice-for-public/when-and-how-to-use-masks

 

S'inscrire à la newsletter !

Pourquoi Ernesti doit continuer ses gardes de nuit malgré le Covid-19

Pourquoi Ernesti doit continuer ses gardes de nuit malgré le Covid-19

Notre blog

Pourquoi Ernesti doit continuer ses gardes de nuit malgré le Covid-19 ?

 

Face aux changements drastiques initiés par les mesures gouvernementales prises pour lutter contre la propagation du Covid-19, le système de santé français se retrouve totalement bouleversé. L’ensemble des services médicaux ont dû se réorganiser pour permettre une prise en charge optimale des patients.

Depuis le depuis de la pandémie, certains services à la personne non-essentiel se sont arrêtés temporairement.

Chez Ernesti, nous avons fait le choix de continuer le maintien et la mise en place de gardes de nuit à domicile. Face aux inquiétudes des familles et des étudiants, nous avons pensé qu’il était important d’exposer les motivations de ce choix.

Nous estimons que le maintien des gardes de nuits en cette période est d’un intérêt primordial. Aussi bien pour le système hospitalier français, que pour le bien-être et la santé de nos aînés et de leurs aidants.

 

Minimiser les hospitalisations évitables

 

La situation sanitaire actuelle en France est plus que jamais préoccupante. En effet, le nombre de personnes atteintes augmente chaque jour et la courbe des décès est croissante. Source

L’un des défis les plus important est de désengorger les hôpitaux et autres structures de santé publiques. Les lits disponibles et les soins doivent être mis à disposition des patients nécessitant le plus d’attention. Nombre de patients ont en effet dû être transférés d’une structure à une autre afin de pouvoir recevoir les soins nécessaires. Par exemple, certains hôpitaux de la région du Haut Rhin ont dû transférer des patients vers d’autres CHU comme ceux de Nantes, Metz ou encore Toulon.

En France, en 2016, 760 000 personnes âgées en perte d’autonomie bénéficiaient des prestations de maintient à domicile. Ce chiffre promet d’augmenter dans les années à venir. Source

 

Le maintient à domicile : Une nécessité pour les institutions, un désir chez les patients

 

Si vieillir à son domicile est la plupart du temps un souhait exprimé par les patients, cela contribue également à réguler le flux d’admissions dans les hôpitaux et d’entrées en EHPAD. Compte tenu de la conjoncture actuelle, la mise en place de ces services doit être facilitée et leur maintien préservé.

 

Les gardes de nuit Ernesti

 

Chez Ernesti, les accompagnements mis en place ont pour but premier d’éviter qu’une personne âgée ne se retrouve à l’hôpital ou en institution spécialisée. En effet, nombre d’entre eux sont hospitalisées suite à une chute ou à un incident dont la gravité reste mineure. L’évènement, bien que bénin sur un plan médical s’avère traumatisant pour la personne et l’entourage qui perçoivent alors la solitude, particulièrement la nuit, comme une source de danger. Face à une telle situation, l’hospitalisation ou le placement en EHPAD apparaissent généralement comme les solutions les plus sûres, pour éviter tout accident, les personnes bénéficiant d’une prise en charge 24h/24 en cas de besoin.

 

À ce titre, les accompagnements à domicile, de jour comme de nuit, représentent une alternative intéressante car offrant un degré similaire de sécurité, et beaucoup plus de présence humaine et de contact.

Chez Ernesti, les étudiants en santé (nos Chouettes !) qui réalisent les interventions et avec qui nous travaillons sont tous issus du monde médical. Leurs expériences et leurs connaissances en matière médicale sont autant d’éléments rassurants pour nos Accompagnés et leurs proches. Ainsi, une douleur, ou une angoisse soudaine sont autant d’incidents pouvant être pris en charge et parfaitement gérés par nos Chouettes, sans besoin de faire appel à un système de prise en charge d’urgence.

Les accompagnements à domicile la nuit apportent la sécurité d’une institution médicale à domicile. Leur maintien est absolument essentiel au bon fonctionnement du système de santé français, et plus particulièrement en ces temps de crise. Ils apportent une solution sur mesure, répondant en tout point aux besoins des patients. Ils permettent que les lits disponibles dans les hôpitaux puissent être réservés aux cas les plus graves, nécessitant des soins plus intensifs ou ne pouvant être réalisés à domicile.

 

Conserver la santé de nos aînés

 

De nombreux articles traitent des risques psychologiques liés au confinement. Ils font référence à la perte de lien social, au repli sur soi même et à leurs conséquences chez les personnes âgée.

Pour beaucoup, les mesures de confinement en vigueur rendent impossible toutes formes de visites ou de déplacements.

Les stimulations extérieures positives (petite sorties/marches quotidiennes, discussions avec les commerçants, avec leur proches), font partie des conditions fondamentales au bien-être  des personnes âgées. Cela contribue à leur bonne santé mentale, physique et émotionnelle. La perte d’une routine quotidienne peut s’avérer préjudiciable pour leur équilibre. Source

Les visites quotidiennes (ou du moins régulières) de nos Chouettes permettent aux Accompagné(e)s de garder un contact avec l’extérieur, d’être stimulé et rassuré. Nous avons à ce sujet reçu plusieurs retours touchants. « Même mes enfants ne peuvent plus venir me voir, heureusement que les étudiants sont là. » Ceci permet de mesurer l’importance et l’impact du maintien des accompagnements.

En effet, la présence d’étudiants en santé toute la soirée et toute la nuit peut également être rassurant, particulièrement en cette période anxiogène.

Une présence jeune, dynamique, bienveillante et compétente permettra à l’Accompagné(e) de se sentir « entre de bonnes mains », de passer un moment agréable et ainsi d’apaiser ses angoisses.

Une autre problématique soulevée par l’épidémie de Covid-19 actuelle est la fermeture de toutes les structures sociales. Les EHPAD françaises ont toutes été placées en « quarantaine » dans le but de préserver la santé de leurs résidents. Ces mesures, bien que nécessaires, ont pour certaines familles retardé l’entrée en institution de leur proche. Dans ce cas précis, l’accompagnement à domicile peut être largement envisagé comme une solution temporaire, sécuritaire et bénéfique. source

 

Sans oublier leurs Aidants !

 

L’inquiétude d’une potentielle contamination a amené certaines familles à mettre l’accompagnement de leur proche en pause pendant cette période critique afin de limiter au maximum les visites de personnes extérieures. D’autres ont cependant largement souhaité maintenir les accompagnements.

Nombreux sont les Aidants familiaux se retrouvant dans l’incapacité de rendre visite à leur proche en situation de dépendance. À ce titre, le fait de savoir qu’une personne de confiance venant garder son proche à domicile chaque nuit leur permet d’être rassurés. Non seulement leur proche ne sera pas seul, mais ils seront prévenus si quoi que ce soit survient.

 

 

Sources :

https://particulier-employeur.fr/coronavirus-faq/

https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus#xtor=SEC-3-GOO-[{adgroup}]-[426613323804]-search-[confinement%20france]

https://up-magazine.info/index.php/decryptages/analyses/38872-le-stress-psychologique-du-confinement/

https://www.lorientlejour.com/article/1212384/coronavirus-les-transferts-de-malades-francais-et-italiens-en-allemagne-saccelerent.html

https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/coronavirus-les-transferts-des-patients-ont-commence_3872447.html

https://www.ars.sante.fr/accompagner-le-grand-age-vers-plus-danticipation-et-dinclusion

http://www.leparisien.fr/societe/coronavirus-les-residents-d-ehpad-bientot-isoles-dans-leur-chambre-28-03-2020-8289996.php

 

S'inscrire à la newsletter !

La canicule et ses multiples dangers

La canicule et ses multiples dangers

Notre blog

La canicule et ses dangers pour les personnes âgées

La canicule, définie[1] par l’Organisation météorologique mondiale (OMM) comme un « réchauffement important de l’air, […] durant de quelques jours à quelques semaines » nous impacte toutes et tous, en particulier les personnes âgées.

 

Les dangers de la canicule pour les personnes âgées

 

Cependant, pour les personnes en perte d’autonomie, la canicule est plus qu’un désagrément, il s’agit d’un véritable danger !

 

Adopter les bons gestes contre les fortes chaleurs

 

Afin de prévenir les risques liés à la canicule, le Ministère des Solidarités et de la Santé préconise de :

    — boire régulièrement de l’eau (environ 1,5L par jour) ;

    — mouiller son corps (par exemple avec un brumisateur) et se ventiler ;

    — fermer les volets pour garder l’habitation fraîche ;

    — manger suffisamment ;

    — appeler les secours (le 15) en cas de malaise.

 

Comment protéger mon proche en perte d’autonomie des dangers de la canicule ?

 

Malheureusement, ces recommandations sont difficiles à respecter pour nos proches en perte d’autonomie, en particulier avec la fatigue causée par la chaleur à l’origine de la canicule et une aide extérieure est souvent requise.

Il est facile de s’imaginer à leur place pour comprendre le problème :

    — une bouteille d’eau de 1,5L remplie est bien souvent trop lourde, obligeant à faire plusieurs fois par jour le fastidieux trajet jusqu’à l’évier pour y remplir un contenant plus petit – et encore faut-il avoir ce réflexe ;

    — si s’humidifier le visage est possible pour la plupart des gens – à condition d’avoir un appareil adapté –, la majorité des personnes concernées ne s’occupera pas du reste du corps par manque de force, de coordination ou, tout simplement, faute d’y penser ;

    — la lumière du soleil étant essentielle pour le corps et l’esprit humain, quelqu’un de bien intentionné aura probablement profité de la (relative) fraîcheur matinale pour ouvrir volets et fenêtres. En admettant que votre proche ait le réflexe de vouloir fermer fenêtres et volets à temps pour repousser la canicule, l’effort physique nécessaire peut être trop intense ;

    — il faut manger pour vivre et cela est d’autant plus vrai pendant la canicule ! Cependant, la chaleur, en plus d’augmenter la fatigue, réduit l’appétit, ce qui peut pousser des personnes déjà fragiles à sauter – consciemment ou non – un repas, aggravant le problème ;

    — enfin, si contacter les secours lorsque l’on fait en malaise est déjà compliqué pour une personne par ailleurs en pleine possession de ses moyens, il s’agit en cas de perte d’autonomie d’un véritable défi pouvant avoir de graves conséquences !

 

Des solutions pour les personnes âgées existent

 

S’il est vrai que plusieurs solutions technologiques peuvent aider à atténuer certains problèmes liés à la canicule[2], chez Ernesti nous pensons que la meilleure solution est celle qui fait la force de l’Humanité depuis toujours : le lien social et l’entre-aide.

Lorsque vous faites appel à nos services, nous pré-sélectionnons des étudiantes et étudiants en médecine et para-médecine en fonction de votre situation afin de vous permettre de sélectionner celles et ceux que vous préférez sur la base de vidéo de présentation d’une minute chacune. Les étudiantes et étudiants ainsi choisis viendront tenir compagnie à votre proche, s’assurant que les mesures nécessaires sont prises lors de cette période de canicule qui peut s’avérer dangereuse. Vous pourrez avoir l’esprit tranquille avec la certitude que votre proche est en sécurité dans le confort de son domicile !

Sources :

[1] http://solidarites-sante.gouv.fr/sante-et-environnement/risques-climatiques/canicule

 [2] Volets automatiques utilisant un minuteur ou contrôlables à distance, bracelet électronique sur lequel appuyer en cas de malaise, etc.

S'inscrire à la newsletter !