09 80 80 90 70 | lun. - ven. 9h30 - 18h30
Quentin Zakoïan : Interview du co-fondateur d’Ernesti

Quentin Zakoïan : Interview du co-fondateur d’Ernesti

Notre blog

Interview de Quentin Zakoïan, Co-fondateur d’Ernesti

Le 17 février 2021, Quentin Zakoïan, co-fondateur d’Ernesti a eu l’honneur d’être interviewé en direct sur le plateau de BFM Business par la journaliste Lorraine Goumot. L’occasion d’échanger autour du développement d’Ernesti et de notre vision pour la suite du projet.

 

La pépite : Ernesti met en relation des étudiants en santé avec les familles recherchant de l’aide la nuit pour leurs proches.

 

Aujourd’hui, nous allons parler de nuits à deux, mais pas de manière romantique…
Quentin, vous avez fondé Ernesti avec votre sœur. Ernesti est une société qui permet de mettre en contact de jeunes étudiants en Médecine, en tout cas dans le paramédical avec des familles qui ont besoin, très simplement, d’aide la nuit.

 

À qui venez-vous « piquer » des parts de marché ? Qui s’occupe de cela si ce n’est pas vous ?

 

Quentin Zakoïan : Merci beaucoup de me recevoir. Aujourd’hui, les nuits sont un créneau manquant lors du maintien à domicile. On arrive à trouver des solutions en journée avec une auxiliaire de vie, une infirmière, une aide-soignante, mais passé 20h, il est beaucoup plus compliqué d’arriver à trouver une présence la nuit. C’est bien souvent là que se déclenchent les entrées en maison de retraite, car tout simplement il y a très peu de solutions qui sont économiquement valables. On arrive à ce moment-là pour essayer de mettre en relation les aidants familiaux, qui recherchent une présence de nuit pour leurs proches en perte d’autonomie, avec des étudiants en santé qui sont disponibles pour venir toute la nuit, de 20h à 8h, assurer le plus important, une présence humaine, bienveillante, rassurante et sécurisante.

 

Vous avez combien d’étudiants inscrits sur la plateforme Ernesti ? Comment les choisissez-vous et les recrutez-vous ?

 

Q.Z : Aujourd’hui, nous avons plus 5 500 étudiants inscrits sur notre plateforme. Nous avons un processus très rigoureux pour arriver à sélectionner les meilleurs, ceux qui sont les plus motivés. Dans un premier temps, nous allons vérifier tout un ensemble de pièces justificatives (carte d’identité, certificat de scolarité, attestation de Sécurité Sociale, etc.). Ensuite, nous allons leur demander d’enregistrer une petite vidéo de présentation dans laquelle ils parlent face à la caméra pendant une minute. Ainsi, lorsque la famille va sélectionner sa « chouette », donc son étudiant(e)
santé, elle va pouvoir baser son choix sur l’énergie que dégage chaque « chouette ». En plus de cela, nous leur faisons passer à tous un entretien. C’est ma sœur Séverine, co-fondatrice d’Ernesti et psychologue clinicienne de la santé qui s’occupe de mener ces entretiens.

 

En général, ce sont des accompagnements qui concernent plusieurs nuits de suite, des étudiant(e)s qui s’installent quasiment pour dormir chez une personne âgée, ou bien les familles changent-elles de « chouette » régulièrement ?

 

Q.Z : C’est une excellente question. En fait, nous nous arrangeons pour que nos « Chouettes » ne fassent pas plus de deux nuits par semaine. Il est important pour nous qu’elles puissent faire des Accompagnements sur le long terme. Comme vous le dites, ils reviennent de manière récurrente. Nos familles prennent en moyenne quatre et cinq nuits par semaine, c’est donc très intensif. Nous mettons donc en place des équipes de « chouettes » au chevet de chaque accompagné(e). Nous allons ainsi avoir un groupe de deux/trois étudiant(e)s en santé qui vont se relayer. Ce ne sera pas le/la même étudiant(e) chaque nuit ; en revanche, ce sera toujours le/la même le lundi et le mercredi, le mardi et le jeudi, etc. pour qu’un vrai roulement s’installe.

 

Quentin Zakoïan, votre service est disponible partout en France. On imagine qu’il est plus facile d’organiser cela dans les grandes villes. Est-ce que vous arrivez aussi à déployer le service dans des endroits où il y a moins de gens, moins d’étudiant(e)s ? Réussissez-vous à couvrir des zones de régions moins peuplées ?

 

Q.Z : Oui, absolument. En fait, nous avons la chance de pouvoir nous appuyer sur des étudiants en santé. Dans pratiquement chaque centre hospitalier est rattaché un Institut en Soins Infirmiers. Les étudiant(e)s qui y suivent leurs études vont représenter un tiers de nos « Chouettes ». Dans ces zones un peu plus rurales, ils ont tous une voiture, ce qui nous permet d’avoir une action dans des endroits plus reculés, là où il y a parfois un peu moins de services justement. C’est donc très intéressant.

 

Combien ça coûte pour les familles et combien ça rapporte aux étudiant(e)s en santé ?

 

Q.Z : Pour un accompagnement de nuit, de 20h à 8h, l’étudiant(e) va être rémunéré(e) 50 € nets. À cela vont s’ajouter 23 € de cotisation sociale prélevés par le dispositif du CESU (Chèques Emploi Service Universel) et Ernesti va toucher 15 € TTC de frais de service. Ces chiffres sont calculés pour une nuit. Soit un coût total de 88 € pour la famille. Le crédit d’impôt de 50% réduit le prix de la nuit à 52 €, coût final pour la famille. C’est en moyenne deux fois moins cher que sur le marché. En général, ces prestations coûtent autour de 180 € pour le même nombre d’heures.

 

Le gouvernement a promis qu’à partir de l’an prochain, le crédit d’impôt serait directement versé au fur et à mesure, ce qui vous permettra d’afficher un coût net pour tout le monde sans avoir à faire l’avance de trésorerie. C’est important pour Ernesti ?

 

Q.Z : C’est effectivement très important. Nous regardons cela tous les jours pour savoir comment ça avance, car il est évident que lorsque cette mesure a été mise en place en Suède en 2009 il me semble, elle a entraîné un bon de 30% dans le secteur du service à la personne. C’est évidemment hyper important pour nos familles qui aujourd’hui doivent avancer beaucoup de trésorerie pendant un an. Il y a une grande différence entre 88 € et 52 €.

 

Vous avez créé cette plateforme en 2017. Est-ce que vous avez eu besoin de beaucoup d’argent pour financer techniquement ? Comment se passe votre développement ? Est-ce que c’est quasiment du bénévolat, une sorte de mission que vous vous êtes fixée, ou est-ce que vous avez envie de vous développer en Europe, ailleurs ?

 

Q.Z : Chez Ernesti, nous sommes assez ambitieux. Effectivement, nous avons démarré juste après nos études, avec, comme on le dit « les moyens du bord » au début, pour essayer de tester le concept. L’idée vient de ma sœur Séverine qui a accompagné, pendant toutes ses années d’étude, des personnes en perte d’autonomie par l’entremise de notre mère, médecin généraliste. C’est ce qui nous a donné l’idée de mettre en place ce service. L’objectif, les premiers mois, était de tester, vérifier que cela ne fonctionnait pas uniquement parce que c’était le médecin et la fille du médecin. On a testé au début avec peu de moyens, puis nous nous sommes structurés, car nous nous sommes rendu-compte que nous répondions à un vrai besoin du marché.

 

Avez-vous des partenaires, des financements ?

 

Q.Z : Absolument ! Nous venons de finaliser un premier tour de fonds d’amorçage de 300 000 € pour s’entourer de Business Angels expérimentés, très forts sur la partie plateforme. On a par exemple Marc Baty de Ferme en VIE et Daiaku, Nicolas Cohen d’Ankorstore et Antoine Chatelain de Wecasa

En fait, nous sommes trois co-créateurs qui avons tous 27 ans ; nous sommes donc une équipe assez jeune. En plus de cela, nous essayons de créer des partenariats avec de grands groupes de protection sociale comme Malakoff Humanis ou AG2R La Mondiale récemment pour faire en sorte qu’ils arrivent à prendre en charge une partie des coûts de ces gardes de nuit pour nos familles.

 

L.G : Génial ! Merci Quentin Zakoïan, co-fondateur d’Ernesti.

 

Chez Ernesti, nous avons développé une solution innovante pour offrir aux personnes dépendantes la possibilité de rester chez elles aussi longtemps qu’elles le souhaitent et dans les meilleures conditions. Nos Accompagnements de nuits sont également vecteurs de liens et d’échanges intergénérationnels, si précieux pour le moral de nos aînés.

 

Nos « Chouettes », étudiants dans les domaines de la Santé (médical et paramédical) sont, grâce à leur formation et leurs stages sensibilisés à la cause des personnes dépendantes et sont à même de gérer avec professionnalisme des situations compliquées.

La mise en place de gardes de nuits et/ou en soirée à domicile permet également aux Aidants de pouvoir prendre du recul et se reposer, tout en sachant leur proche en sécurité.

Pour en savoir plus sur notre fonctionnement : Ernesti, comment ça marche ?

N’hésitez pas à demander de l’aide sans honte ni culpabilité, et n’oubliez pas que les services de répit profitent à la personne dépendante ainsi qu’à l’Aidant.

 

S'inscrire à la newsletter !

Ernesti remporte le 3ème prix de la bourse Charles Foix

Ernesti remporte le 3ème prix de la bourse Charles Foix

Notre blog

Ernesti remporte le 3ème prix de la bourse Charles Foix

 La Bourse Charles Foix est un appel à projets national annuel qui vise à encourager et soutenir le développement de nouvelles solutions (produit, service, combinaison d’un produit et d’un service) accessibles, notamment financièrement pour et par tous, et prioritairement, aux seniors et/ou à leur entourage.

 

Une belle récompense pour nos 3 ans d’existence ! 

 

Si vous suivez notre actualité, vous n’êtes pas sans savoir qu’Ernesti a officiellement fêté ses 3ans le 15 juin dernier ! Quelques jours plus tard, nous avons eu l’honneur d’obtenir la 3ème place au concours de la bourse Charles Foix, un appel à projet ultra-sélectif réservé aux acteurs de la Silver Economie.

Cette nomination marque pour nous un réel tournant dans l’histoire d’Ernesti, notre projet étant ainsi reconnu et soutenu par des professionnels experts dans le domaine de la santé et du grand âge. Nous n’aurions pas pu espérer une plus belle manière de célébrer ces trois premières années !

 

Qu’est ce que la Bourse Charles Foix ?

 

La Bourse Charles Foix est « un appel à projet national, créé et soutenu par Silver Valley depuis 2017 visant à récompenser et à promouvoir les projets innovants permettant d’améliorer la qualité de vie et l’autonomie des seniors actifs ou retraités, et/ou de leurs Aidants. »

Il s’agit probablement du concours le plus rigoureux de la Silver Economie, nous sommes donc particulièrement honorés et fiers qu’Ernesti ai sa place sur le podium cette année.

 

Qu’est-ce que nous remportons concrètement, et que cela va-t-il permettre ?

 

Les récompenses attribuées au projets gagnants ont pour but de les soutenir dans leur processus de développement, afin que la solution qu’ils proposent puisse être offerte au plus grand nombre de bénéficiaires.

Ainsi, les dotations perçues nous permettrons de continuer sur notre lancée dans les meilleures conditions, et à bénéficier du soutien et des conseils d’experts pour continuer à développer notre solution de gardes de nuits à domicile de manière toujours plus efficiente sur tout le territoire français.

 

À la rencontre des autres lauréats

 

Nous tenons bien entendu à féliciter et à vous présenter les deux autres projets gagnants de cette édition 2020 ! Nous sommes très fiers d’avoir concouru aux côtés de porteurs de projets si humains et talentueux, et de participer à leurs côtés à la construction du monde de  demain.

La première place revient à Entoureo, la start-up numérique qui propose aux aidants familiaux d’aider leur proche à écrire leurs mémoires sous forme de livre.

Découvrez le site d’Entoureo ici

 

La seconde place revient à Lumeen, une solution de réalité virtuelle pour la stimulation cognitive des patients âgés.

Découvrez le site de Lumeen ici

 

Remerciements

 

Nous remercions très chaleureusement Silver Valley pour l’organisation de cet évènement, ainsi que toutes les personnes et institutions ayant participé à sa mise en place et à son déroulement. Merci également aux membres du jury pour leur bienveillance et leur soutien.

Nous remercions également toutes les personnes qui nous suivent et qui croient en nous au quotidien, les Accompagnés, les Aidants, les familles et nos Chouettes.

Ils soutiennent la Bourse Charles Foix:

S'inscrire à la newsletter !

Pourquoi Ernesti doit continuer ses gardes de nuit malgré le Covid-19

Pourquoi Ernesti doit continuer ses gardes de nuit malgré le Covid-19

Notre blog

Pourquoi Ernesti doit continuer ses gardes de nuit malgré le Covid-19 ?

 

Face aux changements drastiques initiés par les mesures gouvernementales prises pour lutter contre la propagation du Covid-19, le système de santé français se retrouve totalement bouleversé. L’ensemble des services médicaux ont dû se réorganiser pour permettre une prise en charge optimale des patients.

Depuis le depuis de la pandémie, certains services à la personne non-essentiel se sont arrêtés temporairement.

Chez Ernesti, nous avons fait le choix de continuer le maintien et la mise en place de gardes de nuit à domicile. Face aux inquiétudes des familles et des étudiants, nous avons pensé qu’il était important d’exposer les motivations de ce choix.

Nous estimons que le maintien des gardes de nuits en cette période est d’un intérêt primordial. Aussi bien pour le système hospitalier français, que pour le bien-être et la santé de nos aînés et de leurs aidants.

 

Minimiser les hospitalisations évitables

 

La situation sanitaire actuelle en France est plus que jamais préoccupante. En effet, le nombre de personnes atteintes augmente chaque jour et la courbe des décès est croissante. Source

L’un des défis les plus important est de désengorger les hôpitaux et autres structures de santé publiques. Les lits disponibles et les soins doivent être mis à disposition des patients nécessitant le plus d’attention. Nombre de patients ont en effet dû être transférés d’une structure à une autre afin de pouvoir recevoir les soins nécessaires. Par exemple, certains hôpitaux de la région du Haut Rhin ont dû transférer des patients vers d’autres CHU comme ceux de Nantes, Metz ou encore Toulon.

En France, en 2016, 760 000 personnes âgées en perte d’autonomie bénéficiaient des prestations de maintient à domicile. Ce chiffre promet d’augmenter dans les années à venir. Source

 

Le maintient à domicile : Une nécessité pour les institutions, un désir chez les patients

 

Si vieillir à son domicile est la plupart du temps un souhait exprimé par les patients, cela contribue également à réguler le flux d’admissions dans les hôpitaux et d’entrées en EHPAD. Compte tenu de la conjoncture actuelle, la mise en place de ces services doit être facilitée et leur maintien préservé.

 

Les gardes de nuit Ernesti

 

Chez Ernesti, les accompagnements mis en place ont pour but premier d’éviter qu’une personne âgée ne se retrouve à l’hôpital ou en institution spécialisée. En effet, nombre d’entre eux sont hospitalisées suite à une chute ou à un incident dont la gravité reste mineure. L’évènement, bien que bénin sur un plan médical s’avère traumatisant pour la personne et l’entourage qui perçoivent alors la solitude, particulièrement la nuit, comme une source de danger. Face à une telle situation, l’hospitalisation ou le placement en EHPAD apparaissent généralement comme les solutions les plus sûres, pour éviter tout accident, les personnes bénéficiant d’une prise en charge 24h/24 en cas de besoin.

 

À ce titre, les accompagnements à domicile, de jour comme de nuit, représentent une alternative intéressante car offrant un degré similaire de sécurité, et beaucoup plus de présence humaine et de contact.

Chez Ernesti, les étudiants en santé (nos Chouettes !) qui réalisent les interventions et avec qui nous travaillons sont tous issus du monde médical. Leurs expériences et leurs connaissances en matière médicale sont autant d’éléments rassurants pour nos Accompagnés et leurs proches. Ainsi, une douleur, ou une angoisse soudaine sont autant d’incidents pouvant être pris en charge et parfaitement gérés par nos Chouettes, sans besoin de faire appel à un système de prise en charge d’urgence.

Les accompagnements à domicile la nuit apportent la sécurité d’une institution médicale à domicile. Leur maintien est absolument essentiel au bon fonctionnement du système de santé français, et plus particulièrement en ces temps de crise. Ils apportent une solution sur mesure, répondant en tout point aux besoins des patients. Ils permettent que les lits disponibles dans les hôpitaux puissent être réservés aux cas les plus graves, nécessitant des soins plus intensifs ou ne pouvant être réalisés à domicile.

 

Conserver la santé de nos aînés

 

De nombreux articles traitent des risques psychologiques liés au confinement. Ils font référence à la perte de lien social, au repli sur soi même et à leurs conséquences chez les personnes âgée.

Pour beaucoup, les mesures de confinement en vigueur rendent impossible toutes formes de visites ou de déplacements.

Les stimulations extérieures positives (petite sorties/marches quotidiennes, discussions avec les commerçants, avec leur proches), font partie des conditions fondamentales au bien-être  des personnes âgées. Cela contribue à leur bonne santé mentale, physique et émotionnelle. La perte d’une routine quotidienne peut s’avérer préjudiciable pour leur équilibre. Source

Les visites quotidiennes (ou du moins régulières) de nos Chouettes permettent aux Accompagné(e)s de garder un contact avec l’extérieur, d’être stimulé et rassuré. Nous avons à ce sujet reçu plusieurs retours touchants. « Même mes enfants ne peuvent plus venir me voir, heureusement que les étudiants sont là. » Ceci permet de mesurer l’importance et l’impact du maintien des accompagnements.

En effet, la présence d’étudiants en santé toute la soirée et toute la nuit peut également être rassurant, particulièrement en cette période anxiogène.

Une présence jeune, dynamique, bienveillante et compétente permettra à l’Accompagné(e) de se sentir « entre de bonnes mains », de passer un moment agréable et ainsi d’apaiser ses angoisses.

Une autre problématique soulevée par l’épidémie de Covid-19 actuelle est la fermeture de toutes les structures sociales. Les EHPAD françaises ont toutes été placées en « quarantaine » dans le but de préserver la santé de leurs résidents. Ces mesures, bien que nécessaires, ont pour certaines familles retardé l’entrée en institution de leur proche. Dans ce cas précis, l’accompagnement à domicile peut être largement envisagé comme une solution temporaire, sécuritaire et bénéfique. source

 

Sans oublier leurs Aidants !

 

L’inquiétude d’une potentielle contamination a amené certaines familles à mettre l’accompagnement de leur proche en pause pendant cette période critique afin de limiter au maximum les visites de personnes extérieures. D’autres ont cependant largement souhaité maintenir les accompagnements.

Nombreux sont les Aidants familiaux se retrouvant dans l’incapacité de rendre visite à leur proche en situation de dépendance. À ce titre, le fait de savoir qu’une personne de confiance venant garder son proche à domicile chaque nuit leur permet d’être rassurés. Non seulement leur proche ne sera pas seul, mais ils seront prévenus si quoi que ce soit survient.

 

 

Sources :

https://particulier-employeur.fr/coronavirus-faq/

https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus#xtor=SEC-3-GOO-[{adgroup}]-[426613323804]-search-[confinement%20france]

https://up-magazine.info/index.php/decryptages/analyses/38872-le-stress-psychologique-du-confinement/

https://www.lorientlejour.com/article/1212384/coronavirus-les-transferts-de-malades-francais-et-italiens-en-allemagne-saccelerent.html

https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/coronavirus-les-transferts-des-patients-ont-commence_3872447.html

https://www.ars.sante.fr/accompagner-le-grand-age-vers-plus-danticipation-et-dinclusion

http://www.leparisien.fr/societe/coronavirus-les-residents-d-ehpad-bientot-isoles-dans-leur-chambre-28-03-2020-8289996.php

 

S'inscrire à la newsletter !

La genèse du projet Ernesti

La genèse du projet Ernesti

Notre blog

La Genèse du projet Ernesti

 

Le Commencement d’Ernesti

Tout a débuté lorsque Séverine (cofondatrice d’Ernesti), adolescente, a commencé à réaliser des accompagnements à domicile de manière informelle.

Cette opportunité lui fut offerte car sa mère, en tant que médecin généraliste, faisait régulièrement face au désarroi de certains de ses patients pour qui il était impossible de laisser leurs parents en perte d’autonomie seuls plus de quelques heures, et encore moins pour une nuit entière.

 

La réponse à un besoin réel

 

Malgré leur besoin de se délester du poids de leur rôle d’aidant même pour un temps relativement court, ces personnes ne parvenaient pas à trouver de solution flexible, sans perturber leur proche, ni lui donner la sensation de perdre encore plus son autonomie.

Le système de santé français permet la mise en place d’aides à domicile pendant la journée tels que des auxiliaires de vie, des passages infirmiers, des dames de compagnie… Mais bien que très efficaces, tous ces services cessent pour la plupart dès 19h30. Des solutions pour la nuit existent, mais se révèlent bien souvent tout simplement trop coûteuses. C’est le plus souvent à ce moment-là que la question d’un placement en EHPAD se pose pour la famille, choix aux conséquences souvent très négatives s’il n’est pas souhaité par le patient lui-même.

Un placement « forcé » donne la plupart du temps à la personne accompagnée la sensation terrible d’être considérée comme « malade » ou « grabataire » et surtout d’être abandonnée de ses proches. Les risques encourus sont une atteinte négative à l’estime d’elle-même, une diminution des simulations extérieures, et une perte d’autonomie prématurée.

L’idée de présenter une jeune étudiante à la personne âgée et de la faire intervenir à son domicile quelques heures par semaine contre rémunération, pour tout simplement une présence humaine, apparue alors comme la solution la plus avantageuse à tous les égards. 

Séverine a donc, de cette manière, accompagné en tout 5 familles en région bordelaise durant plusieurs années. Les accompagnements en journée se sont peu à peu transformés en garde de nuits, au fur et à mesure que la confiance mutuelle grandissait et que les bienfaits de ces accompagnements se faisaient ressentir.

 

L’idée d’ “Ernesti”

Au fil des années, les bienfaits apportés aux familles par les interventions de Séverine ont pu être ressentis et mesurés à plusieurs niveaux :

Les aidants

avaient trouvé en elle une personne en laquelle ils avaient toute confiance, et pouvaient ainsi s’absenter le jour ou la nuit l’esprit tranquille et sans culpabilité, ce qui eut un effet fortement bénéfique sur leur santé, leur sommeil, leurs relations sociales… Sur leur vie de manière générale. 

Les personnes accompagnées

avaient le plaisir de retrouver régulièrement une jeune fille joviale et dynamique dont ils appréciaient réellement la compagnie. Ils n’avaient pas l’impression d’être « gardés », mais plutôt de passer un moment d’échange agréable, comme s’ils étaient avec leur propre petit enfant, tout en sachant que cette personne était apte à gérer une situation d’urgence. Il se sentaient heureux, et en sécurité. 

Séverine, qui était quant à elle étudiante à la fac de psychologie, pouvait grâce aux accompagnements investir dans ses études tout en acquérant une expérience supplémentaire dans le domaine du soin, et en nouant des liens humains chaleureux et riches.

 

De ce constat extrêmement positif naquit l’idée de le reproduire à une échelle plus globale, dans le but d’impacter positivement le quotidien de milliers de personnes.

 

La mise en place d’Ernesti

L’idée de transformer cette belle aventure en un projet d’entreprise viable fut amenée par Quentin (2ème cofondateur d’Ernesti), au cours de l’année 2016-2017. Son parcours scolaire en école d’ingénieur lui offrait la possibilité de s’orienter vers un parcours « entrepreneurial », pour lequel il était demandé de présenter un projet de création d’entreprise.

C’est à ce moment que les fondations du projet Ernesti virent le jour : la création d’un Business Plan pour monter une plateforme digitalisée de mise en relation entre des étudiants et des personnes âgées ayant besoin d’un accompagnement.

L’étude de marché réalisée en amont, ainsi que le tout premier accompagnement mis en place en juin 2017 démontrèrent qu’au-delà d’être une belle idée, le service proposé répondait à un réel besoin et une réelle attente de nombreuses personnes en France, qu’ils soient Aidants, Accompagnés ou Étudiants. 

Suite à cette première victoire, l’entreprise Ernesti fut créée et se développa au sein de l’Espace Darwin, un incubateur bordelais, puis chez MakeSense à Paris, dont la mission est de soutenir et d’accélérer le lancement de jeunes entreprises œuvrant dans le domaine de l’économie sociale et solidaire (ESS).

 

Mais savez-vous ce qu’est l’économie sociale et solidaire ?

On vous explique tout dans le prochain article « L’économie sociale et solidaire, les valeurs d’Ernesti » !

 

Stay tuned !

 

 

 

Photo: Quentin et Séverine au lancement d’Ernesti

S'inscrire à la newsletter !