fbpx
09 80 80 90 70
Les différents services d’aide à domicile 

Les différents services d’aide à domicile 

Notre blog

Les différents services d’aide à domicile

« Bien vieillir à domicile » signifie rester dans le confort de son propre foyer aussi longtemps que possible, plutôt que d’aller en établissement. Mais à mesure que l’âge avance, la situation de votre proche évolue. Il peut devenir pour lui de plus en plus difficile de se déplacer et de prendre soin de lui. Si l’idée de déménager dans une maison de retraite ou un centre de vie assistée ne le séduit pas, les différents services d’aide à domicile peuvent l’aider  à rester chez lui plus longtemps.

 

En explorant la gamme de services disponibles, vous pourrez décider ensemble si le maintient à domicile est le meilleur moyen pour lui de conserver son indépendance et de profiter au maximum.

 

 

Quand faire appel à un service d’aide à domicile ?

 

Vous avez peut-être remarqué que la maison de votre proche est devenue beaucoup plus sale qu’avant, ou qu’il porte des vêtements tachés et sales. Il est peut-être évident qu’il n’a pas pris de bain depuis un certain temps, ou que lorsque vous ouvrez le réfrigérateur, il n’y a presque plus de nourriture à l’intérieur. Ou peut-être que votre proche a récemment fait une chute ou que vous avez vu une poêle brûler sans surveillance sur le feu.

 

Quelle que soit la raison, si vous vous inquiétez pour la sécurité d’un proche ou pour l’état de son logement, il est important d’aborder le sujet avec prudence.

 

 

Quelques conseils pour les Aidants envisageant une aide à domicile pour un proche âgé :

 

Exprimez vos inquiétudes sans accuser : Un être cher plus âgé pourrait être plus ouvert à l’expression honnête de vos préoccupations. Par exemple, au lieu de dire : « Il est clair que tu ne peux plus prendre soin de toi-même. Il faut faire quelque chose », essayez « J’ai vraiment été inquiet pour toi. Cela me fait mal de penser que tu n’obtiens peut-être pas tout ce dont tu as besoin. Que pouvons-nous faire ? »

 

Respectez l’autonomie de votre proche et impliquez-le dans les décisions : À moins que votre proche ne soit inapte, la décision finale lui appartient. Vous pouvez l’aider en lui suggérant des idées de services de soins à domicile. Si vous craignez que les soins à domicile ne suffisent pas, quelles sont les autres options possibles ? Vous pouvez la présenter comme une solution temporaire plutôt que d’essayer d’imposer une solution permanente.

 

Essayez de trouver les vraies raisons d’une éventuelle résistance : Un proche qui résiste à l’idée de recevoir de l’aide pourrait avoir peur de ne plus être capable d’accomplir des tâches qui étaient autrefois si faciles ou peut-être est-il mal à l’aise à l’idée de faire rentrer des étrangers dans leur intimité ?

 

Demandez de l’aide autour de vous : Votre proche connaît-il d’autres personnes qui ont eu recours à des services d’aide à domicile ? Parler à d’autres personnes qui ont eu des expériences positives peut parfois aider à dissiper la peur de l’inconnu. Parfois, les conseils d’un professionnel impartial, comme le médecin généraliste, peuvent influencer votre proche dans sa décision.

 

 

 

Panorama des différents services d’aide à domicile :

 

Il est à présent temps pour vous de trouver la prestation la plus adaptée à la situation de votre proche et à ses besoins. Nous vous proposons ici une liste des différentes aides à domicile existantes. Afin de guider votre choix au mieux, la chose essentielle à prendre en compte est le degré d’autonomie de votre proche.

 

 

Les aides à domicile

 

Les prestations d’aides à domicile sont destinées aux personnes ayant gardé un certain degré d’autonomie et ayant besoin d’aide afin de faciliter leur vie quotidienne. Les aides à domicile peuvent être réalisée par une aide à domicile diplômée, une auxiliaire de vie sociale, ou tout autre personne de confiance ayant l’habitude de la prise en charge d’une personne âgée. Les aides à domicile ne rentrent pas dans le cadre des soins et ne requiert donc pas obligatoirement l’intervention d’un professionnel de santé diplômé.

 

 L’aide aux courses

Les courses sont un exercice stimulant sur le plan physique et sur le plan moral, permettant à la personne âgée de sortir de chez elle, de faire un peu d’exercice, et de bénéficier d’un contact social. Cependant, pour les personnes moins autonomes ou affaiblies, cela peut s’avérer anxiogène de sortir seul.

L’aide aux courses consiste donc, selon le degré d’autonomie de la personne, à aller faire les courses pour elle ou à l’accompagner. Dans le second cas, l’intervenant sera là afin de rassurer la personne âgée, l’aider dans ses déplacements, l’aiguiller dans le choix des produits (lire les étiquettes, comparer les prix), et l’aider pour le portage des courses.

 

Le portage de repas

Le portage de repas à domicile permet aux personnes ne souhaitant ou ne pouvant plus cuisiner de bénéficier de repas sains, équilibrés, essentiel au maintien d’une bonne santé. Ainsi, les repas sont livrés quotidiennement par un organisme spécialisé sous la forme de plateau-repas à réchauffer. Le bénéficiaire choisi lui-même ses menus de la semaine, dans la sélection proposée par l’organisme. Chaque repas livré est adapté aux besoins du bénéficiaire, et tiendra compte des régimes particuliers que celui-ci peut suivre (régime sans sucres, sans sels etc…)

 

L’aide aux repas

Le moment des repas porte toujours la connotation de plaisir et de convivialité. Mais en vivant seul ou en perdant de l’autonomie, certaines personnes âgées perdent l’appétit et/ou l’envie de manger et ne se nourrissent plus convenablement. Une telle situation est dangereuse pour la santé car elle peut entraîner des carences.

Le service d’aide au repas s’adresse aux personnes dont le niveau de dépendance ne leur permet plus de cuisiner ni de se nourrir convenablement seul. Une personne intervient alors à domicile, prépare le repas et s’assure que la personne âgée s’alimente de manière équilibrée et quantité suffisante. Elle peut également manger avec elle pour plus de convivialité.

Cette prestation va souvent de pair avec l’aide aux courses et concerne généralement les repas du midi et du soir.

 

La télé-assistance

La télé-assistance a connu un réel essor ces dernières années. Elle représente une solution intéressante et un investissement financier moindre comparé aux autres prestations. Il s’agit d’un dispositif permettant à la personne âgée d’appeler immédiatement du secours en cas de besoin sans avoir besoin d’atteindre son téléphone. En effet, cela se présente souvent sous la forme d’un bracelet ou d’un médaillon à porter sur soi 24h/24. En appuyant sur le bouton, un appel est automatiquement émis pour prévenir les secours.

Cette solution comporte des avantages indéniables mais présente également certains inconvénients.

Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre article : La téléassistante, une solution miracle ?

 

Aide-ménagère à domicile

L’entretien du lieu de vie est indispensable pour garder une bonne santé et un bon moral. Cependant, les personnes moins autonomes rencontrent parfois des difficultés à garder leur intérieur propre et rangé, notamment car les tâches ménagères sont devenues fatigantes et rébarbatives pour elles.

L’aide-ménagère à domicile vient seconder la personne âgée dans la réalisation de tâches quotidiennes comme le ménage, la lessive et le repassage.

Contrairement à une femme de ménage, l’aide-ménagère à domicile est également formée au soutien moral et psychologique. En plus de son aide matérielle, elle apporte une présente bienveillante et réconfortante à la personne bénéficiaire.

 

L’aide à la toilette

Tout comme l’entretien du lieu de vie, prendre soin de soi et de son corps est nécessaire pour garder une vie saine. Néanmoins, prendre sa douche peu devenir une tâche dangereuse pour les personnes en perte d’autonomie, notamment à cause du risque accru de chute sur le sol glissant.

L’aide à la toilette est une prestation réalisée par une auxiliaire de vie sociale diplômée. Celle-ci est présente dans la pièce et veille à la sécurité de la personne. Elle peut la seconder dans ses gestes et l’aider en cas de difficulté (pour le shampooing par exemple).

Attention : L’auxiliaire de vie n’est pas habilitée à réaliser une toilette complète ou une toilette au lit. Ceci est considéré comme un geste médical et requiert l’intervention d’une infirmière ou d’une aide-soignante.

 

L’Aide administrative

Faire appel à un assistant administratif à domicile permet de se décharger des angoisses liées aux questions administratives, souvent compliquées et chronophages. De plus, comme de plus en plus de démarches ont lieu sur internet, de nombreuses personnes âgées se sentent perdues et démunies.

L’aide administrative à domicile permet de se faire accompagner pour le classement de ses documents, la gestion de son courrier courant, le règlement des factures, les demandes d’aides telle que l’APA etc…

 

Les « visites de convivialité »

La « dame de compagnie » est là afin d’égayer le quotidien des personnes âgées et de maintenir un lien social. Cette fonction ne nécessite pas de diplôme spécifique.

Son rôle consiste en des visites dites « de convivialité », quelques heures par jour ou par semaine. La dame de compagnie pourra ainsi discuter, faire la lecture, proposer un jeu de société, emmener la personne en promenade ou à des évènements culturels.

 

Les gardes de nuit à domicile

Les gardes de nuit à domicile permettant à une personne âgée en perte d’autonomie et ses Aidants d’appréhender la fin de journée plus sereinement.

Les horaires d’une garde de nuit sont généralement 20h-8h mais peuvent varier en fonction des besoins. L’aide à domicile vient dormir chez la personne âgée, lui apportant une présence rassurante. Elle peut être sollicitée en cas de réveil nocturne pour rassurer, aider au déplacement, réaliser un change etc… Elle peut également aider au déshabillage et à la mise en tenue de nuit, à l’habillage du matin, à la prise des médicaments, ainsi qu’à la préparation et la prise du dîner et du petit déjeuner.

C’est d’ailleurs exactement le service que nous proposons chez Ernesti : Des gardes de nuits à domicile de 20h à 8h réalisées par des étudiants en Médecine et Paramédecine.

 

 

Les soins à domicile

 

Les soins à domicile sont des actes médicaux réalisés par des professionnels de santé diplômés. Ils permettent au patient de recevoir les soins et le suivi médical adéquat sans être hospitalisé.

Ces interventions permettent d’éviter ou de retarder une hospitalisation ou une entrée en institution (type EHPAD) ou encore de permettre à une personne un retour à domicile post-hospitalisation. Ces services interviennent 7 jours sur 7 et son dispensés uniquement sur prescription médicale. Pour toute demande, il faut donc vous référer à votre Médecin traitant.

 

Soins d’hygiène à domicile

Si certains soins d’hygiène à domicile peuvent être prodigués par l’auxiliaire de vie, les toilettes complètes et toilettes au lit nécessitent l’intervention d’une aide-soignante ou d’une infirmière. Ainsi, les personnes alitées peuvent bénéficier d’une toilette quotidienne complète. Cette prestation peut être complétée, selon les besoins et les pathologies par des massages, des traitements anti-escarres etc…

 

Les SSIAD (Services de soins infirmiers à domicile)

Les missions de l’infirmier à domicile sont multiples. Il assure, sur prescription médicale, certains soins infirmiers et d’hygiène générale, veille au suivi thérapeutique et à l’administration des traitements, suit l’état de santé, aide au maintien de l’autonomie et peut intervenir pour l’accomplissement de formalités liées aux soins.

 

HAD (hôpital à domicile)

L’hospitalisation à domicile est la formule de soins à domicile représentant le niveau d’intervention le plus élevé. Elle dépend entièrement de l’hôpital. Elle est préconisée pour des malades atteints de pathologies graves, aiguës ou chroniques et permet de délivrer des actes médicaux comparables à ceux pratiqués à l’hôpital.

 

Les auxiliaires médicaux à domicile

Selon ses besoins, la personne âgée peut également bénéficier des services d’autres professionnels de santé à domicile comme des séances de kinésithérapie, d’orthophonie, de pédicurie/podologie etc…

Tous ces différents acteurs du maintien se relaient afin d’apporter à la personne un maximum de soutien et lui permettre de préserver son autonomie le plus longtemps possible en restant chez elle.

S'inscrire à la newsletter !

Prendre soin d’un proche atteint de démence à corps de Lewy

Prendre soin d’un proche atteint de démence à corps de Lewy

Notre blog

Prendre soin d’un proche atteint de démence à corps de Lewy

Comment prendre soin d’un proche atteint de démence à corps de Lewy ?

 

Une fois le diagnostic posé, il est essentiel de créer et de mettre en place un plan de soins à long terme rapidement. La qualité de vie du patient ainsi que de ses proches est directement influencée par la mise en place d’un plan de soins réfléchi, tenant compte de l’éventail des changements et des besoins qui évoluent avec le temps.

En tant qu’Aidant, vous pouvez faire beaucoup pour aider votre proche au quotidien. Vous pouvez notamment vous renseigner, obtenir du soutien et modifier légèrement votre mode de vie afin d’apporter une aide réelle à votre proche.

Si une prise en charge médicale est absolument nécessaire, il est également essentiel que les proches soient à même de gérer la maladie au quotidien. Aussi, il est important de commencer à se poser les bonnes questions dès le premier diagnostic.

Comme toute autre maladie, la démence à corps de Lewy entraînera irrévocablement des changements conséquents dans la vie du patient ainsi que de ses proches. Ainsi, il est important de bien se préparer.

 

Consulter notre article : Zoom sur la démence à corps de Lewy

 

4 conseils pour les soins de la démence à corps de Lewy

 

 

  • Abordez ouvertement le sujet avec votre proche

 

Une fois le diagnostic posé, il est important que vous échangiez avec votre proche à propos de la démarche à suivre. Il est nécessaire pour lui comme pour vous de formuler clairement vos besoins et vos attentes afin de pouvoir anticiper.

Votre proche souhaite-t-il suivre un plan de traitement ? Souhaite-t-il une prise en charge à domicile ? Souhaitez-vous emménager avec votre proche pour vous en occuper ? Ou préféreriez-vous déléguer les soins quotidiens à des professionnels de santé ?

Une fois ces questions résolues, il vous sera plus facile de commencer à poser les actions nécessaires.

 

 

  • Informez-vous sur la maladie à corps de Lewy

 

L’éducation et la communication sont essentielles pour obtenir les soins dont votre proche a besoin. Mieux vous comprendrez les tenants et les aboutissants de cette maladie, mieux vous pourrez y faire face.

Vous pouvez dans un premier temps consulter des sites de références tels que ceux de A2MCL ou France Alzheimer qui sont d’excellentes sources d’information.

Vous pourrez également demander de la documentation complémentaire à votre Médecin ou autre professionnel de santé spécialisé. Le mieux pour cela est de questionner l’équipe soignante en charge de votre proche.

Obtenir l’orientation d’un neurologue pour le traitement de la démence à corps de Lewy. Un diagnostic précis est essentiel, de même qu’un traitement précoce.

Demandez à être orienté vers un neurologue expérimenté dans le traitement de la démence à corps de Lewy. Il existe des médicaments connus pour soulager certains symptômes de la DBL. Pour ce faire, vous pouvez prendre rendez-vous pour une « consultation mémoire » dans l’un des Centre Mémoire de votre région.

 

 

  • La mise en place d’aides à domicile

 

Si la maladie est détectée à un stade précoce, il peut être bénéfique de la traiter à domicile si tel est le souhait de votre proche.

 

Néanmoins, il faut prévoir dès maintenant des consultations et des visites avec les professionnels concernés. Cela vous donnera non seulement le temps de prendre votre décision, mais cela lui donnera un plus grand sentiment d’autonomie et de choix.

 

Commencez dès maintenant à démarcher les différentes agences et prestataires de service, afin de trouver l’offre qui vous correspondra le mieux.

 

Cela pourrait être pour commencer une aide ponctuelle, quelques jours par semaine, pour les tâches ménagères par exemple.

Veillez à choisir les prestations adaptées à la perte d’autonomie de votre proche. S’il sent qu’il a encore la force et la capacité d’effectuer certaines tâches lui-même, laissez-le faire. Moins la personne atteinte se sentira diminuée, plus son moral restera positif.

 

Veillez aussi à vous entourer du personnel médical adapté, comme un passage infirmier quotidien pour assurer la prise du traitement. Les soins assurés par le psychologue, l’orthophoniste, le kinésithérapeute seront particulièrement utiles pour que la personne prise en charge conserve le plus longtemps possible toutes ses capacités.

 

Plus vous sollicitez l’aide des autres, plus vous serez en mesure de vous occuper de votre proche.

 

 

  • Commencer à programmer des possibilités de temps de répit

 

En tant qu’Aidant, votre vie va indéniablement être amenée à changer au gré des avancées de la santé de votre proche. Veillez ainsi à, dès le début prévoir du temps de repos pour vous. De nombreux Aidants se retrouvent pris de court, et donnent tout jusqu’à l’épuisement.

 

Si l’accompagnement de votre proche est essentiel, votre santé ne l’est pas moins. Renseignez-vous quant aux différentes aides et dispositifs disponibles pour soulager les aidants. Que ce soit l’accueil de jour, l’hébergement temporaire ou encore les gardes à domicile, vous trouverez forcément une solution adaptée.

 

N’oubliez pas, plus vous vous reposerez et mieux vous vous sentirez, meilleurs seront l’aide et le réconfort que vous apporterez à votre proche dans cette épreuve. Alors ne culpabilisez pas, et pensez aussi à vous !

S'inscrire à la newsletter !

Zoom sur la démence à corps de Lewy

Zoom sur la démence à corps de Lewy

Notre blog

Zoom sur la démence à corps de Lewy

La démence à corps de Lewy est une affection neurodégénérative qui toucherait environ 250 000 personnes en France. Apparentée à la maladie d’Alzheimer et à la maladie de Parkinson de part leurs symptômes communs, elle reste cependant moins connue et moins bien diagnostiquée.

 

La démence n’est pas une maladie spécifique mais fait référence à un groupe de symptômes qui peuvent avoir un impact sur les mouvements, la pensée et le raisonnement d’un patient. La troisième cause de démence la plus fréquente, après la maladie d’Alzheimer et la démence vasculaire, nous retrouvons la démence à corps de Lewy (DBL). Cette forme de démence est causée par l’accumulation de dépôts de protéines dans le cerveau et peut représenter 5 à 10 % de tous les cas de démence.

 

Comme pour toutes les formes de démence, la détection et le diagnostic précoces sont essentiels pour garantir un plan de traitement efficace à long terme. Les symptômes des maladies dégénératives du cerveau comme la démence à corps de Lewy peuvent se superposer à d’autres affections, comme la maladie de Parkinson, et être difficiles à diagnostiquer aux premiers stades. Dans cet article, nous allons examiner certains des aspects importants de la démence à corps de Lewy qui la différencient d’autres affections similaires.

 

 

Que sont les corps de Lewy ?

 

Le terme « corps de Lewy » vient du nom du neurologue allemand Friedrich Lewy, qui a découvert la présence de dépôts de protéines anormaux dans le cerveau des personnes atteintes de la maladie de Parkinson. Bien que l’on ne sache pas exactement pourquoi ces protéines se forment en ces amas microscopiques, le Dr Lewy a pu déterminer qu’elles pouvaient avoir un impact sur les fonctions cérébrales.

 

Le type de protéine que l’on trouve dans les corps de Lewy, l’alpha-synucléine, joue un rôle important dans le fonctionnement normal des synapses du cerveau qui sont utilisées pour la communication entre les cellules cérébrales. Dans la démence à corps de Lewy, lorsque ces protéines forment des dépôts, elles inhibent la capacité des neurones à fonctionner correctement et ces cellules commencent à mourir. Avec le temps, cette désintégration peut entraîner des dommages importants dans diverses régions du cerveau, ce qui se traduit par une perte des capacités fonctionnelles associées à ces régions du cerveau.

 

 

Quels sont les symptômes la maladie à corps de Lewy ?

 

Les premiers symptômes qui apparaissent chez les patients atteints de démence à corps de Lewy sont généralement liés aux fonctions cognitives et motrices. Les symptômes cognitifs peuvent inclure des problèmes de mémoire, de jugement ou de pensée et sont généralement de nature progressive. En outre, ils peuvent également varier en gravité d’un moment à l’autre et être très imprévisibles.

 

La fonction motrice peut être altérée par une démence à corps de Lewy, entraînant une raideur musculaire, des tremblements ou des changements dans les habitudes de marche. Une grande majorité de patients éprouvent ces problèmes moteurs à des stades ultérieurs de la maladie, mais ils peuvent aussi apparaître à tout moment.

 

La démence à corps de Lewy, la maladie d’Alzheimer et la maladie de Parkinson présentent de nombreux symptômes communs, mais il existe des différences importantes qui peuvent aider à différencier la démence à corps de Lewy des autres affections. Par exemple, l’intensité des problèmes de mémoire et les trouble congitifs fluctuent souvent fréquemment.

 

Les hallucinations apparaissent souvent au cours des premiers stades de la maladie et peuvent être vives et fréquentes.

 

Les tremblements sont généralement moins prononcés dans la démence à corps de Lewy que dans la maladie de Parkinson, et les patients ne répondent pas aussi bien aux médicaments habituels tels que la L-dopa.

 

 

Comment la démence à corps de Lewy est-elle diagnostiquée ?

 

Dans de nombreux cas, l’identification des symptômes de la démence est le premier point de départ d’un diagnostic de démence à corps de Lewy. À ce stade, les prestataires de soins de santé commandent généralement des tests supplémentaires pour différencier cette maladie des autres. Ces tests peuvent comprendre des scanners du cerveau, des images cardiaques et des études du sommeil. L’étude du sommeil peut aider à confirmer la présence et les effets de toute hallucination visuelle, qui est souvent un symptôme unique au cours des premiers stades de la maladie. Une combinaison de ces études peut aider à identifier certains des biomarqueurs spécifiques à la démence à corps de Lewy et permettre un diagnostic plus définitif.

 

 

Quelles sont les options de traitement de la maladie ?

 

Il n’existe actuellement aucun traitement capable de ralentir ou d’arrêter la progression de la maladie. Lors de la conception d’un plan de traitement, les professionnels de la santé essaient minimiser l’intensité des symptômes afin d’aider les patients à maintenir leur qualité de vie.

 

Les médicaments peuvent avoir un effet positif sur les symptômes cognitifs, la pression artérielle, les tremblements et les troubles du sommeil. Les patients atteints de démence à corps de Lewy sont souvent sensibles aux médicaments, c’est pourquoi les professionnels de santé les prescrivent souvent avec une grande prudence. Dans certains cas, des antipsychotiques peuvent être utilisés pour traiter des symptômes tels que les hallucinations et la paranoïa.

 

Les thérapies sont souvent utilisées avec un certain succès pour aider à améliorer la force et la capacité de fonctionnement du patient. La physiothérapie peut améliorer l’état de santé général ou aider à surmonter une faiblesse spécifique du corps qui a pu se développer. L’ergothérapie peut avoir un effet positif sur les tâches quotidiennes telles que le bain et l’alimentation. L’orthophonie et l’accompagnement psychologique sont également utilisés selon les besoins pour aider les patients à gérer leurs émotions, leurs comportements ou leurs problèmes d’élocution ou de déglutition.

 

La démence à corps de Lewy présente un certain nombre de défis pour les patients, les familles et les professionnels de la santé. En en apprenant davantage sur cette maladie, les soignants peuvent contribuer à améliorer les soins aux patients atteints de démence et à les sensibiliser. Recevoir un diagnostic fiable reste une première étape importante dans la collaboration avec l’équipe soignante pour élaborer un plan de traitement qui peut avoir un impact positif sur la vie de votre proche.

 

 

Chez Ernesti, notre but est d’offrir aux personnes dépendantes la possibilité de rester chez elles aussi longtemps qu’elles le souhaitent et dans les meilleures conditions

 

Nous accompagnons d’ailleurs plusieurs patients atteints de démence à corps de Lewy.

Nos « Chouettes », étudiants dans les domaines de la Santé (médical et paramédical) sont de par leur formation et leurs stages sensibilisés à la cause des personnes dépendantes, et sont à même de gérer avec professionnalisme des situations compliquées.

La mise en place de gardes de nuits et/ou en soirée à domicile permet également aux Aidants de pouvoir prendre du recul et se reposer, tout en sachant leur proche en sécurité.

Pour en savoir plus sur notre fonctionnement : Ernesti, comment ça marche ?

N’hésitez pas à demander de l’aide sans honte ni culpabilité, et n’oubliez pas que les services de répit profitent à la personne atteinte de démence ainsi qu’à l’aidant.

 

 

Sources :

 

A2MCL Association des Aidants et des Malades à corps de Lewy

France Alzheimer

Institut Amelis

S'inscrire à la newsletter !

6 bonnes résolutions de début d’année pour les Aidants

6 bonnes résolutions de début d’année pour les Aidants

Notre blog

6 bonnes résolutions de 2021 pour les Aidants

Les premiers jours de janvier sont souvent ceux des décisions pour de nouveaux départs et surtout durant lesquels on prend de bonnes résolutions. Quand on aide un proche à domicile, quelles bonnes résolutions pour 2021 ?

 

Même si cette tradition peut sembler désuète, il est toujours bénéfique de prendre le temps de se poser et de réfléchir à comment améliorer son quotidien.

S’il est bien entendu possible de s’y mettre à n’importe quel moment, s’y atteler en début d’année fait office de motivation supplémentaire.

Cependant, le plus souvent, si l’on est sincère concernant le choix de ses bonnes résolutions en décembre et en janvier, ces bonnes résolutions ne durent que quelques semaines et sont vite abandonnées au profit de ses bonnes vieilles habitudes…

Or pour réussir à appliquer ses bonnes résolutions, il faut apprendre à ne pas vouloir tout changer du jour au lendemain car cela a peu de chance de fonctionner.

Le principe est d’ancrer cette bonne résolution dans votre routine quotidienne et hebdomadaire.

En tant qu’Aidant, prendre de nouvelles résolutions associées à un mode de vie plus en accord avec vos besoins et votre bien-être aura des répercussions bénéfiques non seulement sur vous, mais également sur la personne dont vous vous occupez.

 

Nous vous proposons ici quelques idées et pistes de réflexion pour créer votre propre liste de « bonnes résolutions durables » pour l’année 2021 !

 

Avant de commencer votre liste de bonnes résolutions 2021 :

 

Faites le point sur l’année qui vient de s’écouler

Pour mieux appréhender le futur, accordez-vous un petit d’horizon du passé. Commencez par réfléchir à toutes les choses que vous souhaitez changer ou améliorer et listez-les.

 

Échangez avec votre proche, et vos proches

Même si vos bonnes résolutions n’appartiennent qu’à vous, il peut tout de même être intéressant d’échanger avec vos proches sur leurs besoins et leurs attentes afin de vous accorder. Que ce soit votre proche dépendant ou les autres membres de votre famille, vous découvrirez sûrement que certains de leurs souhaits concordent avec les vôtres.

Nous savons également que de bonnes résolutions ont plus de chances d’être tenues si elles sont formulées avec un plan d’action précis et concret.

Pourquoi pas donc réfléchir ensemble aux différentes options qui s’offrent à vous ?

De plus, vous sentir soutenu dans vos résolutions vous stimulera forcément pour mieux les tenir.

 

 

6 Bonnes résolutions pour les Aidants

 

 

Je me forme à l’aide à domicile

 

Être Aidant, cela peut paraître inné. On ne l’est pas, et un jour, sans s’en rendre compte, on le devient. Alors, on fait comme on peut, on se débrouille, on trouve des solutions et surtout, on donne le meilleur de soi. Seulement, trop peu d’Aidants pensent à aller chercher de l’aide et du soutien pour eux même. Bien souvent, cela conduit à un épuisement, à une perte de confiance en soi et à un sentiment constant de « ne pas assez bien faire ».

Saviez-vous qu’il existe des formations pour « apprendre à aider et à accompagner » ?

Diverses associations et organismes proposent tout au long de l’année des formations gratuites, en présentiel ou en ligne. Les thématiques abordées sont nombreuses, et vous trouverez forcément celle qui répond à vos attentes.

 

 

Je me renseigne sur mes droits et les différentes aides financières pour l’aide à domicile

 

Voici une excellente chose à faire en début d’année ! En effet, c’est généralement le moment où prennent effet les nouvelles mesures gouvernementales, et il peut être intéressant de vous y pencher.

Votre proche est-il bénéficiaire de l’APA ? Si oui, peut-être est-il temps de solliciter une réévaluation ? Sinon, n’hésitez pas à aller retirer un dossier auprès du CCAS le plus proche de chez vous.

Vous pourriez également solliciter le bonus annuel d’environ 500 euros au titre du droit au répit des aidants. Cette aide est destinée à financer un hébergement ou de l’aide en cas d’absence, mais reste hélas trop peu connue aujourd’hui.

Renseignez-vous auprès de votre caisse de retraite qui peut potentiellement prendre en charge une partie des coûts liés à la prise en charge de votre proche.

Pour en savoir plus sur les droits des Aidants, vous pouvez consulter notre article « Tout savoir au sujet des salariés aidants« 

 

Je prends du temps pour moi

 

On ne le dira jamais assez, mais lorsque l’on est Aidant, prendre du temps pour soi est essentiel, voire salutaire.

Comme nous le disions précédemment, pour tenir vos résolutions sur la durée, élaborer un plan d’attaque est nécessaire.

Ainsi, munissez-vous de votre agenda, et décidez, en fonction de votre emploi du temps et de celui de vos proches, d’au moins 2 moments par semaine pour vous. Cela peut être une soirée et une après-midi, ou deux soirées, ou une journée complète. Cela n’a pas d’importance tant que ce que vous choisissez vous convient.

Pour vous motiver davantage, vous pourriez décider de vous inscrire à une activité de votre choix, ou décider d’un rendez-vous hebdomadaire avec un ami. Cela peut également être l’occasion de mettre en place un projet qui vous tient à coeur depuis longtemps, comme essayer un nouveau sport, écrire un livre, peindre…

 

 

 

J’ose accepter l’aide qui m’est proposée et en demander

 

De nombreux Aidants confient qu’ils sont souvent seuls pour tout assumer. Être Aidant principal est une charge très lourde et c’est bien souvent cela même qui conduit à l’épuisement.

Accepter ses propres limites et demander de l’aide assez tôt n’est pas toujours facile. Cette démarche peut parfois être vécue comme un échec et s’accompagner d’un sentiment de culpabilité. Demander de l’aide, c’est pourtant faire l’expérience de la confiance réciproque et prendre en compte ses propres besoins de soutien. N’hésitez donc plus à demander de l’aide autour de vous, que ce soit à vos proches ou à des professionnels.

Savoir passer le relais de temps en temps est important. Si par exemple l’un de vos amis se propose pour accompagner votre proche durant quelques heures, ou de le conduire à un rendez-vous, dites simplement oui.

Sollicitez également les professionnels de santé et les organismes spécialisés et les associations pour connaître les solutions qui s’offrent à vous.

 

 

Je décide de privilégier la qualité à la quantité

 

En tant qu’Aidant, vous êtes forcément amené à passer beaucoup de temps auprès de votre proche. Cependant, les contraintes de la vie quotidienne font parfois que ces moments ne sont pas aussi sereins et légers que vous le souhaiteriez. En ce sens, et cela rejoint la résolution précédente, n’hésitez plus à déléguer au maximum tout ce qui s’apparente à des « obligations ».

Vous pourriez par exemple solliciter des organismes d’aides à domicile pour prendre en charge les tâches ménagères et les courses, et aider votre proche dans ses soins du quotidien. Ainsi, vous serez assuré que lorsque vous lui rendrez visite, vous pourrez profiter l’un de l’autre sans vous soucier du reste.

Réfléchissez également à la qualité de vos échanges. Passez-vous du temps à ressasser ensemble les mauvaises nouvelles ou à évoquer vos inquiétudes respectives ? Essayez autant que faire se peut de créer une ambiance joyeuse et positive. Une idée pourrait être de toujours prévoir une activité à l’avance avant une visite.

Par exemple : « Je viens te voir mardi à 16h, s’il fait beau nous irons nous promener » ou encore « Nous allons passer samedi après-midi avec les enfants, aimerais-tu que nous préparions des gâteaux ensemble » ?

 

 

Je rejoins une association ou un groupe d’Aidants à domicile

 

Ressentez-vous parfois le besoin d’échanger avec des personnes partageant les mêmes questionnements que vous ? De nombreux Aidants n’osent pas aborder leur situation avec leurs proches ou leurs amis, souvent par crainte de les ennuyer. Même s’il est essentiel de savoir prendre du recul et penser à autre chose, échanger autour d’une problématique commune peut s’avérer très bénéfique.

Non seulement vous aurez l’impression d’être compris et entendu, mais en écoutant votre interlocuteur vous conter son expérience, vous pourriez en retirer de bonnes idées et conseils !

Ainsi, vous pourriez par exemple rejoindre un « café des Aidants », ou un « café mémoire ». Si vous ne souhaitez pas ou n’avez pas le temps de vous déplacer, sachez qu’il existe également de nombreux forums et autres groupes Facebook pour échanger entre Aidants, à l’instar de « Bonjour Fred – Le groupe ».

 

 

Chez Ernesti, notre but est d’offrir aux personnes dépendantes la possibilité de rester chez elles aussi longtemps qu’elles le souhaitent et dans les meilleures conditions.

Nos « Chouettes », étudiants dans les domaines de la Santé (médical et paramédical) sont de par leur formation et leurs stages sensibilisés à la cause des personnes dépendantes, et sont à même de gérer avec professionnalisme des situations compliquées.

La mise en place de gardes de nuits et/ou en soirée à domicile permet également aux Aidants de pouvoir prendre du recul et se reposer, tout en sachant leur proche en sécurité.

Pour en savoir plus sur notre fonctionnement : Ernesti, comment ça marche ?

N’hésitez pas à demander de l’aide sans honte ni culpabilité, et n’oubliez pas que les services de répit profitent à la personne atteinte de démence ainsi qu’à l’aidant.

 

S'inscrire à la newsletter !

Comment se réunir à distance avec un proche âgé dépendant

Comment se réunir à distance avec un proche âgé dépendant

Notre blog

Comment se réunir à distance avec un proche âgé dépendant ?

 

Cette année, le passage du temps familial à un espace numérique permet de protéger les parents âgés tout en les incluant dans les festivités – mais tout comme les réunions familiales réelles, cela pourrait également être chaotique. Comment faire en sorte que les retrouvailles virtuelles de cette année soient amusante pour tous, y compris pour vos proches âgés dépendants.

Alors que la pandémie de coronavirus continue de s’étendre dans tout le pays, de nombreuses familles prévoient de se réunir… numériquement. Seulement, même si les moments partagés d’écran à écran font partie du quotidien des jeunes générations, cela peut vite devenir compliqué et frustrant pour une personne âgée peu habituée et peu à l’aise avec les nouvelles technologies.

 

Voici quelques moyens de s’assurer qu’un événement Zoom de vacances en famille soit inclusif.

 

 

Proposez un cours accéléré sur Zoom.

 

Qu’il s’agisse de Zoom ou d’une autre plateforme vidéo de choix, s’installer pour la première fois peut être difficile, même pour la grand-mère qui est sur votre Instagram.

En 2020, de nombreuses familles ne connaissent que trop bien Zoom, mais si votre parent le plus âgé est nouveau dans le monde des appels vidéo de groupe, proposez-lui à l’avance de lui expliquer les étapes de l’installation et de l’utilisation des outils vidéo numériques, et essayez un appel test.

 

 

Passez sur le grand écran.

 

Si un écran plus grand – comme un écran d’ordinateur – est disponible, aidez les membres de votre famille à planifier à l’avance la configuration de l’appel. Les personnes âgées qui ont des problèmes de vision ou qui ont du mal à rester concentrées seront mieux informées sur l’action.

 

 

Ajoutez un peu de structure.

 

À ce stade de la pandémie de coronavirus, beaucoup d’entre nous ont vécu une frénésie familiale ou amicale Zoom : l’image saute de participant en participant, les gens se parlent, les bambins crient, les moments gênants se succèdent.

 

Pour les personnes âgées qui doivent faire face à une perte d’audition, à des affections neurodégénératives ou à un certain nombre d’autres problèmes de santé, il peut être difficile de suivre et de savoir comment participer.

 

Par exemple, de nombreuses familles doivent s’occuper d’un proche atteint d’Alzheimer ou d’une maladie neurodégénérative apparentée. Les symptômes les plus courants de la démence qui incluent l’irritabilité, la confusion et l’apathie, les difficultés de communication et de langage.

 

En général, il peut être difficile pour les personnes atteintes de démence de suivre les conversations de groupe et d’y participer de manière générale. Un échange à plusieurs dans l’espace numérique, deviendra d’autant plus difficile à suivre – et potentiellement, d’autant plus déroutant.

 

 

Faire en sorte que les appels soient courts, simples et doux.

 

Les appels vidéo de trop longue durée ou trop chargés peuvent aussi être fatiguants, surtout pour les adultes qui présentent des symptômes d’Alzheimer et de démence. Mais des vidéos plus courtes et plus simples pourraient aider.

 

« Il est important d’essayer d’aider les personnes atteintes de démence à participer autant que possible – et aussi à reconnaître quand elles ont besoin de repos ». Vous pourriez diviser un grand appel vidéo, potentiellement trop stimulant, en des appels plus courts, de 15 à 30 minutes environ, avec seulement quelques participants chacun.

 

 

Gérez vos attentes.

 

Aussi incroyable que soit votre événement vidéo familial, il ne s’agit pas d’un substitut au temps passé ensemble en personne. La gestion des attentes est une autre bonne étape dans la préparation de la vidéo familiale. Pour les familles de personnes atteintes de démence, c’est d’autant plus important.

Selon Elizabeth Edgerly, directrice exécutive de l’Alzheimer’s Association Northern California and Nevada Chapter, les personnes atteintes de démence peuvent avoir du mal à comprendre un appel vidéo, et les familles et amis doivent se préparer à la possibilité qu’ils ne soient pas engagés.

Même si elles finissent par refuser de participer, Mme Edgerly a déclaré qu’il peut toujours être agréable d’entrer en contact avec un soignant, juste pour trouver des moyens de se réunir en famille ».

 

 

Pensez en dehors du cadre de Zoom.

 

Même si Zoom et les conférences vidéo séduisent car elle permettent de se retrouver virtuellement en direct, ce n’est pas forcément le format le plus adapté à tous.

Si votre proche souffre d’une démence à un stage avancé et présente beaucoup de difficultés à la compréhension et à l’expressions, d’autres solutions existent.

Vous pourriez par exemple envoyer des messages vidéo préenregistrés, ou même enregistrer des clips et les relier en une seule vidéo.

Cela permet de pouvoir mettre la vidéo en « pause » si la personne a une baisse d’attention, mais également de la regarder autant de fois qu’elle le souhaite.

 

Voyez ce qui fonctionne le mieux.

 

Le Dr. Helen Fernandez, professeur de gériatrie et de médecine palliative à l’école de médecine Icahn du Mont Sinaï, a déclaré dans une interview accordée à Being Patient à propos de l’inclusion des membres de la famille atteints de démence dans les célébrations de vacances, il n’y a pas de bonne façon de gérer les vacances familiales numériques et éloignées cette année.

« Nous nous adaptons au fur et à mesure que nous traversons tout cela », a-t-elle déclaré à Being Patient. Faites ce qui vous semble être le mieux pour votre proche. Vous pouvez essayer quelque chose, et si cela ne fonctionne pas, vous pouvez vous adapter.

 

 

 

Chez Ernesti, notre but est d’offrir aux personnes dépendantes la possibilité de rester chez elles aussi longtemps qu’elles le souhaitent et dans les meilleures conditions.

Nos « Chouettes », étudiants dans les domaines de la Santé (médical et paramédical) sont de par leur formation et leurs stages sensibilisés à la cause des personnes dépendantes, et sont à même de gérer avec professionnalisme des situations compliquées.

La mise en place de gardes de nuits et/ou en soirée à domicile permet également aux Aidants de pouvoir prendre du recul et se reposer, tout en sachant leur proche en sécurité.

N’hésitez pas à demander de l’aide sans honte ni culpabilité, et n’oubliez pas que les services de répit profitent à la personne atteinte de démence ainsi qu’à l’aidant.

 

S'inscrire à la newsletter !

6 conseils pour un beau Noël avec un proche âgé dépendant

6 conseils pour un beau Noël avec un proche âgé dépendant

Notre blog

6 conseils pour un beau Noël avec un proche âgé dépendant.

 

Découvrez nos 6 conseils pour passer de belles fêtes de Noël avec votre proche âgé dépendant, ensemble ou à distance. 

 

La période des fêtes de fin d’année est la période des retrouvailles familiales par excellence. Cependant, lorsque l’un de vos proches se trouve en situation de dépendance, il est parfois difficile pour lui de trouver sa place. En effet, la dépendance va souvent de pair avec une perte de confiance en soi et un sentiment d’inutilité. Malgré tout votre amour et vos bonnes intentions, cet état d’esprit peut vite venir compromettre son bonheur, et donc le vôtre.

 

À cela vient s’ajouter le fait que cette année 2020 très particulière n’est pas forcément propice aux réunions familiales. De nombreuses personnes ont effectivement dû revoir l’organisation du réveillon afin de protéger leurs aînés. Pour certains, cela signifie ne pas célébrer Noël et espérer le meilleur pour les années à venir.

 

En revanche, sachez que quelle que soit votre situation, des solutions existent pour vous permettre de rendre le sourire à vos proches et faire perdurer autant que faire se peut la magie de Noël.

 

Avec un peu de planification et de créativité, il est certain que vous réussirez à passer de beaux moments et à vous faire de superbes souvenirs !

 

Voici donc 6 conseils passer un merveilleux Noël 2020 en famille avec un proche âgé dépendant, que vous soyez avec lui ou non :

 

 

Créez une ambiance festive pour Noël

 

L’esprit de Noël, ce n’est pas seulement le dîner du réveillon et la distribution des présents. Cela commence généralement la première semaine de décembre et s’étend sur tout le mois. Décorez votre maison, proposez à votre proche de l’aider à décorer la sienne. Parfumez votre intérieur à l’aide de bougies aux senteurs d’hiver, passez des chants de Noël en boucle dans la maison… Essayez de vous remémorer ce que vous aimiez faire lorsque vous étiez enfant et qui rendait cette période si magique.

 

 

Investissez votre proche âgé dans les préparatifs de Noël

  

Il est essentiel que votre proche se sente utile et partie prenante lors des préparatifs de Noël. Beaucoup de personnes préparent tout elles-mêmes, en pensant faciliter la vie de la personne, ne pas trop la fatiguer… Bien entendu, il n’est pas question de l’emmener courir les magasins et les supermarchés un samedi après-midi, mais de créer des activités à faire ensemble autour des préparatifs de Noël. Quel que soit son niveau de dépendance, vous trouverez toujours des idées adaptées.

 

Si vous devez vous absenter ou réaliser quelque chose de trop compliqué pour lui ou elle, misez sur la complicité d’un membre de la famille, d’un ami ou d’un professionnel de santé pour ne pas laisser la personne seule. Proposez alors une promenade, un jeu de société ou encore le visionnage de son film de Noël préféré.

 

 

Mettez en valeur les talents créatifs ou culinaires de votre proche âgé

 

Listez les choses que votre proche aime ou sait faire, et invitez le à mettre ses talents à profit pour vous aider dans les préparatifs.

 

 

  • Confectionner ensemble des décorations de Noël

 

Votre proche a des doigts de fée ? Pourquoi ne pas dans ce cas lui proposer de fabriquer ensemble des objets décoratifs ? Du découpage à la peinture en passant par la couture, vous trouverez forcément quelque chose de magnifique à réaliser. N’oubliez pas que Les loisirs créatifs sont également une activité très stimulante pour les personnes atteintes de démence. Pour vous aider, sachez qu’il existe de nombreux tutoriels sur internet pour vous guider dans vos réalisations, ainsi que des « kits déco DIY » avec les instructions pas à pas et à divers niveaux de difficulté.

  

  • Créez vos propres cartes de vœux personnalisées

 

Après avoir réalisé vos décorations de Noël « faites main », pourquoi pas faire ensemble une liste des personnes à qui vous souhaitez envoyer vos vœux ? Si depuis des années, les cartes papier ont été remplacées par l’envoi de sms, ce n’est pas une raison pour ne pas raviver cette belle tradition !

Une fois la liste des destinataires effectuée, lancez-vous dans la confection de belles cartes personnalisées. Si vous n’êtes pas inspiré, vous trouverez 1000 idées sur internet et en papeterie.

 

  • Faites de magnifiques emballages cadeaux

 

Même s’il ou elle n’a pas pu vous accompagner pour les achats, l’emballage des cadeaux est un moment tout aussi important. En faisant cela avec vous, votre proche se sentira réellement investit dans les préparatifs de Noël. Cela peut également donner lieu à de beaux moments de complicité. Discutez ensemble des surprises choisies, imaginez le plaisir de la personne qui va la recevoir, plaisantez sur des anecdotes amusantes des Noël précédents…

 

  • Cuisinez ensemble

 

La confection de confiseries et autres douceurs de Noël peut aussi être un très beau moment à partager en famille !

Votre proche a sûrement gardé quelque part un livre de recettes dans lequel vous trouverez de délicieuses idées. Tout comme les loisirs créatifs, la cuisine et la pâtisserie sont des activités stimulantes pour les personnes souffrant d’une maladie neurodégénérative. En effet, en plus d’être un moment joyeux, cela stimule les 5 sens.

Même si votre proche n’est plus en mesure de réellement cuisiner, vous pourrez trouver de petites choses à lui faire faire comme remuer la pâte, verser le sucre, découper des formes à l’aide d’emportes pièces…

 

 

Faites appel à vos beaux souvenirs communs

 

Il a été prouvé que se rappeler de choses agréables a le pouvoir de susciter une émotion positive à une intensité similaire à celle du moment où elles ont été vécues.

Ainsi, sans tomber dans la nostalgie, égayez l’atmosphère en vous remémorant de beaux souvenirs. Vous pouvez évoquer les Noëls de votre enfance, ou encore lui demander de vous raconter les siens.

Vous pouvez également en profiter pour consulter de vieux albums photos ou films de famille. Même si la personne est sujette à des troubles de la mémoire, l’émotion positive véhiculée par ce moment aura forcément un impact positif et la stimulera.

 

 

Ne négligez pas les nouvelles technologies pour un beau Noël, même à distance

 

En ces temps compliqués, de nombreuses familles ne pourront malheureusement pas être réunies cette année. Cependant, avec un peu de créativité et l’aide des nouvelles technologies, vous pourrez aisément créer une atmosphère de fête joyeuse et conviviale.

En utilisant des outils comme Skype, il vous est possible de réunir virtuellement tout le monde. Pourquoi pas également faire les préparatifs ensemble à distance ?

 

  • Cuisiner ensemble à distance

 

Quoi de plus joyeux qu’un goûter de Noël ? Vous pourriez par exemple choisir une recette qui vous ferait plaisir et cuisiner en même temps. Une fois que c’est prêt, installez-vous confortablement devant votre écran et dégustez ensemble ce que vous avez préparé.

 

Bonus : Si le niveau de dépendance de votre proche ne lui permet plus de cuisiner seul ou s’il se sent mal à l’aise avec les nouvelles technologies, vous pourriez solliciter son aide à domicile afin qu’elle l’accompagne dans le processus.

 

  • Regarder un film de Noël ensemble à distance

 

Voici une seconde idée d’activité à faire « ensemble à distance ». Choisissez un film que vous regarderez au même moment. Appelez ensuite appelez votre proche sur Skype ou au téléphone et partagez vos impressions à propos du film que vous venez de regarder. Cela ne remplace bien sûr pas un moment en famille blottis sur le canapé, mais vous aurez ainsi un sujet de discussion joyeux et aurez malgré tout le sentiment d’avoir partagé quelque chose.

 

 

  • Réveillonner à distance

 

Si le réveillon de Noël ne peut pas avoir lieu comme chaque année, il est tout de même possible de se réunir à distance. Vous pouvez piocher dans les idées précédentes et par exemple préparer le même menu que vous dégusterez face à vos proches à l’écran. Si vous aimez les jeux, vous pourriez aussi animer la soirée en proposant un jeu. Si vous avez des enfants en bas âge, pourquoi pas également proposer à votre proche de leur lire une histoire de Noël ou de chanter ensemble ?

 

 

Gardez un esprit positif et joyeux en toute circonstance !

 

Ce dernier conseil est peut-être le plus simple, mais c’est bien ce qui fait toute la différence. Quelle que soit votre situation, chaque instant partagé est un beau souvenir qui se crée. Si votre proche est atteint d’Alzheimer ou toute autre forme de démence, n’oubliez pas que les émotions positives sont la base de tout. Même si une personne ne se rend plus vraiment compte de ce qu’il se passe autour d’elle, la gaité et la bonne humeur de ses proches sera forcément perçue et ressentie.

Pour en apprendre plus à ce sujet, n’hésitez pas à consulter notre article : 12 conseils pour communiquer avec un proche atteint d’Alzheimer. Il existe toujours des solutions pour créer des moments magiques

 

 

Chez Ernesti, notre but est d’offrir aux personnes dépendantes la possibilité de rester chez elles aussi longtemps qu’elles le souhaitent et dans les meilleures conditions.

Nos « Chouettes », étudiants dans les domaines de la Santé (médical et paramédical) sont de par leur formation et leurs stages sensibilisés à la cause des personnes dépendantes, et sont à même de gérer avec professionnalisme des situations compliquées.

La mise en place de gardes de nuits et/ou en soirée à domicile permet également aux Aidants de pouvoir prendre du recul et se reposer, tout en sachant leur proche en sécurité.

N’hésitez pas à demander de l’aide sans honte ni culpabilité, et n’oubliez pas que les services de répit profitent à la personne atteinte de démence ainsi qu’à l’aidant.

 

S'inscrire à la newsletter !