09 80 80 90 70 non surtaxé | lun. - ven. 9h00 - 18h30
Ernesti : retour à domicile et belle expérience humaine – Témoignage

Ernesti : retour à domicile et belle expérience humaine – Témoignage

Notre blog

Témoignage d’une Aidante :

Nous avons pu faire rentrer ma mère à domicile grâce à Ernesti

Prendre soin d'un proche âgé à distance

“En écoutant les vidéos, nous avons découvert que les deux d’entre eux étaient originaires d’Haïti. Nous avons retenu ces deux personnes-là, car nous trouvions sympathique d’avoir une ouverture sur des pays et des horizons différents.”

 

 

Pouvez-vous me dire comment vous en êtes venue à faire appel à Ernesti pour accompagner votre proche ?

 

Madame B : Notre maman a 93 ans passés. Elle était encore très en forme, allait au théâtre, au cinéma, avait une vie sociale, sortait avec des amis, mais est elle tombée malade. Vivant seule, elle ne savait pas trop comment faire pour revenir chez elle après deux mois d’hospitalisation.

Nous avons donc organisé des prises en charge pour la journée, mais nous nous interrogions pour les nuits. C’était une inquiétude que nous partagions, elle et nous. À l’hôpital de Grigny, nous avons entendu parler de votre structure par un soignant, et c’est ainsi que nous vous avons contactés.

 

 

Qu’est-ce qui vous a particulièrement séduite dans le concept d’Ernesti ?

 

Madame B : Le fait que vous proposiez des étudiants en professions médicales ou paramédicales a été le déclencheur de notre choix. Des personnes plus à l’écoute, qui ont déjà travaillé avec des personnes âgées et malades. De plus, dans le contexte actuel, il nous a semblé pertinent d’aider des étudiants.

 

 

Sur quels critères avez-vous choisi les étudiants qui s’occupent de votre Maman ? Aviez-vous des demandes spécifiques ou des souhaits particuliers ?

 

Madame B : Pas du tout ! Nous n’avions aucun critère de sélection prédéfini. Je pense que c’est peut-être plus facile de pouvoir réellement choisir lorsque l’on habite à Paris, ou comme maman dans sa proche banlieue.

On nous a proposé cinq Chouettes, ce qui est déjà très bien. Nous avons essayé d’équilibrer en choisissant deux jeunes femmes et deux jeunes hommes en études de Médecine et de Kinésithérapie.

En écoutant les vidéos, nous avons découvert que deux d’entre eux étaient originaires d’Haïti. Nous avons retenu ces deux personnes-là, car nous trouvions sympathique d’avoir une ouverture sur des pays et des horizons différents.

 

 

Ce sont donc les vidéos de présentation qui vous ont aidé à vous décider ?

 

Madame B : Tout à fait. Après, effectivement, dans les critères de choix, nous vous faisions un retour en mettant en avant la ou les personnes avec lesquelles nous avions le plus d’affinités. Il peut arriver quelquefois, qu’après une ou deux nuits, on se dise que ce serait bien que l’on puisse changer, car la première impression en vidéo ne correspond pas toujours à la réalité. Mais dans l’ensemble, tout s’est vraiment très bien passé, il n’y a eu aucun souci.

Néanmoins, il y a deux intervenants sur les quatre avec qui la relation a été excellente et deux autres avec qui nous avons eu moins d’affinités et de moments de partage.

Maman est quelqu’un qui s’intéressait à énormément de choses lorsqu’elle était en forme et qui n’a, avec certains, pas toujours pu échanger autant qu’elle l’aurait souhaité. En revanche, nous avons été tout à fait satisfaites des quatre en ce qui concerne le sérieux et le professionnalisme.

 

 

Comment votre maman a-t-elle vécu l’arrivée de cette aide de nuit ? Était-ce un choix que vous avez fait ensemble ?

 

Madame B : Absolument. Maman était absolument consciente qu’elle était très malade et très affaiblie et qu’il n’y avait pas d’autre solution dans la mesure où elle voulait impérativement rentrer chez elle.

Les allers-retours entre son domicile et l’hôpital lui ont permis de reprendre confiance en elle et de se réattribuer petit à petit son appartement, que nous avons totalement modifié afin de s’adapter à sa perte d’autonomie.

Toutes ces aides mises en place nous ont rassurés quant à son retour à domicile dans les meilleures conditions.

 

 

Quelle relation votre Maman entretient-elle avec ses Chouettes ?

 

Madame B : Comme j’habite en province, nous nous appelons plusieurs fois par jour, et c’est avec plaisir qu’elle me disait « Et bien ce soir, c’est cette personne (ou une autre) qui vient passer la soirée et la nuit avec moi ! »

Ce qui peut s’avérer compliqué, mais qui n’a rien à voir directement avec votre plateforme, c’est le nombre d’intervenants qui se succèdent auprès de la personne âgée. Cela est assez difficile pour elle, et ça l’est d’ailleurs aussi pour nous autres, les Aidants. Pour vous donner un exemple, elle voit passer entre huit et quatorze personnes différentes par semaine, journées et nuits confondues.

Même si nous avons imprimé des emplois du temps que nous avons affiché auprès du lit de notre maman, cela reste un peu difficile à gérer, car nous ne savons même pas toujours avec certitude qui interviendra.

Avec vous, c’est beaucoup plus simple, puisque le roulement se fait de façon à ce que nous sachions chaque jour le nom de la Chouette qui va venir. Cela la rassure beaucoup.

 

 

Que pensez-vous du cahier de liaison, particulièrement vous qui habitez loin d’elle ?

 

Madame B : Je trouve cela vraiment très bien. Chaque matin, nous lui envoyons un SMS. Si elle est réveillée, elle nous répond dans l’instant, sinon, nous avons des nouvelles un peu plus tard. Elle nous donne elle-même des explications quant au déroulement de la soirée et de la nuit.

Ainsi, nous pouvons tout de suite apporter d’éventuelles précisions sur le cahier de liaison ou au contraire, apprendre des choses qu’elle aurait oublié de nous préciser et réagir (une forte toux par exemple, et donc solliciter un rendez-vous avec son médecin). Cette fonctionnalité est une réelle mine d’informations et nous ôte de nombreuses angoisses.

Chez Ernesti, notre but est d’offrir aux personnes dépendantes la possibilité de rester chez elles aussi longtemps qu’elles le souhaitent et dans les meilleures conditions, quand bien même elles auraient besoin d’une présence la nuit.

Nos « Chouettes », étudiant·e·s dans les domaines de la Santé (médical et paramédical) sont disponibles pour venir de manière régulière assurer une présence la nuit au domicile de l’Accompagné.

La mise en place de gardes de nuits à domicile permet également aux Aidants de pouvoir prendre du recul et de se reposer, tout en sachant leur proche en sécurité.

Découvrir nos Chouettes

Commencer les accompagnements de nuit avec un étudiant en santé.

En savoir plus

Réservez avec un créneau pour échanger directement avec un conseiller Ernesti.

Ces articles pourraient également vous intéresser

personne jouant à un jeu de mémoire

Le répit des Aidants familiaux

Pour les Aidants

Grille AGIR : estimez l’autonomie de votre proche âgé

Pour les Aidants

Il était une fois : les maisons de retraite

Pour les Aidants

S'inscrire à la newsletter !

Des gardes de nuits en vacances – Témoignage

Des gardes de nuits en vacances – Témoignage

Notre blog

Témoignage d’une Aidante :

Des gardes de nuits pour ma mère, même en vacances !

Prendre soin d'un proche âgé à distance

“Tout s’est donc fait avec une facilité incroyable, sans avoir besoin de remplir de nouveaux documents, sans problème d’attente. Tout s’est très bien organisé, c’était super. Du coup, ma mère est revenue plusieurs fois en week-end sans que cela ne se prépare longtemps à l’avance, et tout s’est fait très simplement.”

 

Pouvez-vous vous présenter brièvement et nous expliquer dans quelles conditions vous avez ressenti le besoin d’une aide à domicile la nuit pour votre maman ? Y a-t-il eu un élément déclencheur ?

 

Madame S : Ma mère, suite à un deuil très douloureux, a été victime d’un petit AVC. Malgré notre présence à ses côtés, elle est tombée chez elle et a entrainé dans sa chute une grosse bouilloire d’eau remplie d’eau très chaude, qui l’a gravement brûlée. Ce fut un très grave accident. Elle a été hospitalisée pendant quatre mois et ensuite a pu rentrer chez elle. À ce moment-là, nous nous sommes rendu compte qu’elle ne pourrait plus rester seule, même pour un court moment.

Nous avons donc mis en place différentes aides à domicile pour la journée, soutenus par l’APA. Il nous fallait aussi trouver quelqu’un pour la nuit, nous avions trop peur qu’un nouvel accident survienne et que nous ne soyons pas en capacité de la secourir. Son état nécessitait vraiment du personnel professionnel. Nous étions un peu démunis au début, car il n’est pas facile de trouver quelqu’un qui puisse assurer une présence la nuit. J’ai cherché sur Internet et j’ai découvert Ernesti. Tout de suite, le nom et le concept de votre structure m’ont accrochée.

 

 

Qu’est-ce qui vous a particulièrement séduite dans le concept d’Ernesti ? Sur quels critères avez-vous choisi les étudiants qui s’occupent de votre maman ?

 

Madame S : En naviguant sur votre site, j’ai tout de suite été mise en confiance, en découvrant que vos Chouettes sont des étudiants dans le domaine médical ou paramédical. C’était notre besoin fondamental. J’ai aussi beaucoup apprécié la rapidité de la prise en charge, pour un mois au début. Très satisfaits, nous avons continué à vous solliciter.

 

 

Quelles sont les relations de votre maman avec ses Chouettes ?

 

Madame S : Aujourd’hui, après presque un an d’Accompagnement, Maman est beaucoup plus autonome. Mais malgré tout, nous sommes très rassurés de la savoir en bonne compagnie la nuit. Ce n’est pas toujours la même personne qui s’occupe d’elle et avec les Chouettes s’est créé une vraie relation d’échange et de confiance. Chacune étant très différentes, les discussions sont très variées, ce qui lui est très agréable. Maman est très heureuse de la compagnie que lui apportent ces étudiantes.

C’est aussi très enrichissant pour les jeunes filles qui l’accompagnent, car elle leur fait part de son expérience de la vie. Le fait que ce ne soit pas toujours la même personne (ça, c’est moi qui le pense) doit la soulager et la faire déculpabiliser, car si une nuit est difficile, elle sait que cette Chouette pourra dormir sereinement la nuit suivante. Ma mère est une couche-tard, elle a ses petites habitudes et les étudiantes sont toutes très gentilles et très compréhensives.

Maman est très contente que nous ne soyons pas obligés, nous ses enfants, de dormir auprès d’elle à tour de rôle et de nous imposer cette charge dans nos vies de parents et de grands-parents.

 

 

Est-ce que le système de prise en charge d’Ernesti vous convient ?

 

Madame S : Au quotidien, totalement. Un autre de vos service nous a été très précieux : lorsque Maman est venue en vacances chez moi (elle habite à Paris et moi à Dijon), des Chouettes d’Ernesti dijonnaises sont venue s’occuper d’elle toutes les nuits, avec une grande bienveillance. Elles sont chouettes partout vos Chouettes !

J’ai recommandé Ernesti à plusieurs personnes tellement nous sommes satisfaits de votre service.

Ernesti : Vous êtes la seule famille avec laquelle nous avons vécu ce type d’expérience, que nous espérons développer !

 

 

Comment avez-vous eu l’idée de nous solliciter pour accompagner votre Maman pendant ses vacances ?

 

Madame S : La première fois qu’elle est venue chez moi, c’est moi qui ai assuré les deux ou trois premières nuits car nous savions que nous allions veiller vraiment très tard. Ce fut pour moi une grosse responsabilité. Je dormais, mais à moitié, toujours en alerte. Je vous ai alors contactés pour savoir s’il y avait Ernesti à Dijon… et oui !

Tout s’est donc fait avec une facilité incroyable, sans avoir besoin de remplir de nouveaux documents, sans problème d’attente. Tout s’est très bien organisé, c’était super. Du coup, ma mère est revenue plusieurs fois en week-end sans que cela ne se prépare longtemps à l’avance, et tout s’est fait très simplement. J’ai vraiment senti la différence lorsque les Chouettes ont assumé toute la suite du séjour.

Lorsque je reçois Maman chez moi, il est important que nous puissions profiter au maximum de ces moments ensemble. Le fait que je puisse dormir tranquillement en la sachant en sécurité avec une personne dédiée pour veiller sur elle-même si je suis présente me permet de bien me reposer, et donc d’être en pleine forme et disponible pour elle durant la journée.

Chez Ernesti, notre but est d’offrir aux personnes dépendantes la possibilité de rester chez elles aussi longtemps qu’elles le souhaitent et dans les meilleures conditions, quand bien même elles auraient besoin d’une présence la nuit.

Nos « Chouettes », étudiant·e·s dans les domaines de la Santé (médical et paramédical) sont disponibles pour venir de manière régulière assurer une présence la nuit au domicile de l’Accompagné.

La mise en place de gardes de nuits à domicile permet également aux Aidants de pouvoir prendre du recul et de se reposer, tout en sachant leur proche en sécurité.

Découvrir nos Chouettes

Commencer les accompagnements de nuit avec un étudiant en santé.

En savoir plus

Réservez avec un créneau pour échanger directement avec un conseiller Ernesti.

Ces articles pourraient également vous intéresser

personne jouant à un jeu de mémoire

Le répit des Aidants familiaux

Pour les Aidants

Grille AGIR : estimez l’autonomie de votre proche âgé

Pour les Aidants

Il était une fois : les maisons de retraite

Pour les Aidants

S'inscrire à la newsletter !

La kinésiologie : une aide au maintien de l’autonomie des seniors

La kinésiologie : une aide au maintien de l’autonomie des seniors

Notre blog

Comment la kinésiologie peut-elle aider les séniors à garder leur autonomie ?

Kinésiologie maintient autonomie seniors

Lorsque votre proche âgé commence à perdre en autonomie, la première décision à prendre est celle de consulter un médecin afin de poser un diagnostic et mettre en place des mesures adaptées.

Saviez-vous que certaines médecines douces peuvent, sans jamais remplacer la médecine allopathique, s’avérer très utiles pour accompagner votre proche au quotidien afin d’améliorer son confort et sa vitalité ?

Parmi celles-ci, nous pouvons citer la kinésiologie : une pratique qui vise à retrouver un équilibre physique, mental et émotionnel en se basant sur les réactions et le travail musculaires. Selon les praticiens, avoir recours à des séances de kinésiologie pourrait aider une personne âgée en stimulant son autonomie physique, en l’accompagnant dans la prise en charge de la douleur, ou en travaillant à dissiper les effets négatifs d’un stress émotionnel.

 

Tout d’abord, qu’est-ce que la kinésiologie ?

 

Selon la FFK (Fédération Française de Kinésiologie), la kinésiologie est « une pratique professionnelle destinée à favoriser un état d’équilibre et de bien-être physique, mental et social en proposant différentes techniques qui utilisent de façon heuristique la réaction musculaire au stress.»

La pratique de la kinésiologie vient des États-Unis, inventée dans les années 1960 par un chiropracteur, le Dr Goodheart. En soignant ses patients, il s’aperçoit que le manque de tonicité d’un muscle est souvent lié à un organe malade. Afin de prévenir ou soigner certains troubles, il conçoit alors des tests musculaires manuels destinés à détecter les muscles faibles.

Considérée comme faisant partie des « Médecines alternatives ou Médecines douces » la kinésiologie n’est pas encore reconnue par l’OMS (Organisation mondiale de la santé).

 

 

Quel est le principe de la kinésiologie ?

 

Selon la kinésiologie, la faiblesse ou la maladie d’un organe se répercuterait obligatoirement sur la tonicité des muscles. Identifier une faiblesse musculaire spécifique et la corriger permettraient de supprimer un déséquilibre physique ou mental.

Le kinésiologue s’appuie sur la fonction neuromusculaire dans sa relation avec les mécanismes régulateurs physiologiques structurels, chimiques et émotionnels. Le praticien utilise le test musculaire au cours d’une séance pour des évaluations neurologiques fonctionnelles.

 

Le kinésiologue suit une formation approfondie et possède des compétences dans plusieurs domaines d’expertise, notamment l’anatomie, la physiologie et la biomécanique. Il peut aider les personnes touchées par une affection quelconque à atteindre leurs objectifs physiques, qu’il s’agisse d’augmenter leurs performances physiques, de maintenir ou d’accroître leur habileté, ou de préserver leur autonomie.

Il peut aussi accompagner vers un mieux-être mental et émotionnel (gestion du stress, des angoisses etc.)

 

 

Comment la kinésiologie peut-elle aider votre proche âgé ?

 

L’objectif principal du kinésiologue est d’aider le patient à mieux comprendre son état et à obtenir des conseils pratiques et des recommandations d’exercices pour maintenir et améliorer son bien-être général. Une séance individuelle est adaptée aux capacités physiques et cognitives de la personne.

 

L’objectif d’une séance dépendra intrinsèquement de la demande du patient. Le rôle du praticien est d’aider les personnes âgées à maintenir leurs capacités cardiovasculaires, leur force et leur tonus musculaire afin qu’elles puissent continuer à profiter de leurs loisirs, à s’occuper des tâches ménagères ou simplement à se déplacer. Il peut aussi stimuler leurs facultés cognitives et les aider à dépasser des troubles émotionnels. En d’autres termes, le kinésiologue contribue à maintenir l’autonomie et la qualité de vie des patients.

 

 

Que se passe-t-il lors d’une séance avec une personne âgée ?

 

Lors de la première séance, le kinésiologue et son patient échangent autour des besoins spécifiques de ce dernier. Cherche-t-il à maintenir ses capacités physiques ou à les améliorer pour devenir plus autonome ? Ou alors souhaite-t-il dépasser une angoisse, apprendre à mieux gérer son stress ou optimiser ses facultés cognitives ?

 

Une fois l’objectif de la séance évalué, le kinésiologue procède au « test musculaire ». Le test musculaire consiste à évaluer le tonus d’un muscle en y exerçant une légère pression. Il s’agit d’une étape essentielle du processus, qui permettra de déceler où se trouve le blocage, qu’il soit physique, mental ou émotionnel.

 

Une fois que le kinésiologue aura déterminé les besoins du patient, il pourra lui proposer une série d’exercices de rééquilibrage à l’aide de différentes techniques (mouvements, gymnastique cérébrale, exercices de respiration etc.).

 

 

Y a-t-il des contre-indications ?

 

Il n’existe aucune contre-indication à la kinésiologie. Cependant, les tests musculaires sont déconseillés en cas de traumatisme récent ou d’intervention chirurgicale.

Le kinésiologue doit respecter un code de déontologie et veiller à rester vigilant et lucide face à ses limites dans l’exercice de sa profession. La consultation en kinésiologie (non thérapeutique) est une démarche volontaire de la personne dans la recherche d’un mieux-être, d’une compréhension de ses difficultés ou pour optimiser ses potentialités (sport par exemple).

 

 

Où trouver un praticien de confiance ?

 

Il est essentiel de rappeler que la pratique de la kinésiologie peut être considérée comme une « Médecine douce » et donc ne se substitue en aucun cas à des consultations médicales ou une prise de traitement. Le rôle du kinésiologue est d’accompagner vers le mieux-être, mais en aucun cas de diagnostiquer, traiter ou prescrire.

Il n’existe à ce jour pas de diplôme de kinésiologue, mais chaque praticien doit avoir validé 600 heures de formation et être titulaire d’une « Attestation de compétences » délivrée par son centre de formation. La FFK (Fédération Française de Kinésiologie) met un point d’honneur quant à déontologie et l’éthique de ses praticiens.

Afin de trouver le professionnel de confiance qui prendra en charge votre proche, nous vous conseillons de consulter l’annuaire de la Fédération (https://federation-kinesiologie.fr/Annuaire).

 

Chez Ernesti, notre but est d’offrir aux personnes dépendantes la possibilité de rester chez elles aussi longtemps qu’elles le souhaitent et dans les meilleures conditions, quand bien même elles auraient besoin d’une présence la nuit.

Nos « Chouettes », étudiant·e·s dans les domaines de la Santé (médical et paramédical) sont disponibles pour venir de manière régulière assurer une présence la nuit au domicile de l’Accompagné.

La mise en place de gardes de nuits à domicile permet également aux Aidants de pouvoir prendre du recul et de se reposer, tout en sachant leur proche en sécurité.

Découvrir nos Chouettes

Commencer les accompagnements de nuit avec un étudiant en santé.

En savoir plus

Réservez avec un créneau pour échanger directement avec un conseiller Ernesti.

Ces articles pourraient également vous intéresser

personne jouant à un jeu de mémoire

Le répit des Aidants familiaux

Pour les Aidants

Grille AGIR : estimez l’autonomie de votre proche âgé

Pour les Aidants

Il était une fois : les maisons de retraite

Pour les Aidants

S'inscrire à la newsletter !

Aidants : comment organiser mon départ en vacances ?

Aidants : comment organiser mon départ en vacances ?

Notre blog

Aidants : comment planifier un départ en vacances sans culpabilité ? 

Prendre soin d'un proche âgé à distance

En tant qu’Aidant familial, il est normal et sain de ressentir le besoin de prendre du temps pour soi, que ce soit pour un week-end ou pour de « vraies vacances ».

Si emmener son proche âgé avec soi est une option, il se peut aussi que son état de santé ne le lui permette pas, ou tout simplement qu’il ne souhaite pas partir loin de chez lui, même pour quelques jours.

Le fait que votre proche ne souhaite pas ou ne puisse pas faire partie du voyage ne doit cependant pas être un frein pour vous.

Si vous ressentez le besoin de partir vous reposer et vous ressourcer, il est important de vous écouter.

 

Peut-être vous posez-vous les questions suivantes :

 

Comment pourrais-je m’évader alors que j’ai tant de responsabilités ? Qui s’occupera de mon proche ? Comment se sentirait-il si je partais ? Et si quelque chose arrivait en mon absence ? Puis-je vraiment me permettre de prendre des vacances dans ces conditions ?

 

La réponse est oui. Vous pouvez prendre des vacances, même si vous vous occupez de vos parents âgés.

 

Nous vous conseillons de privilégier la préparation en amont à la spontanéité. En prévoyant votre séjour à l’avance, vous bénéficierez de suffisamment de temps pour tout mettre en place sereinement. Vous pourrez ainsi partir l’esprit tranquille et votre proche sera lui aussi rassuré.

 

Voici nos 3 conseils pour planifier au mieux votre séjour :

 

 

La communication

 

Il est important d’aborder en amont le sujet avec votre proche âgé afin de vous préparer ensemble. Dans la plupart des cas, ce dernier n’émettra pas d’opposition et se réjouira pour vous. Questionnez-le alors sur les aides dont il souhaiterait bénéficier en votre absence.

 

Préfère-t-il rester chez lui ou se sentirait-il plus en sécurité au sein d’un accueil temporaire ? A-t-il besoin de quelqu’un pour l’emmener faire ses courses, mais pas pour le ménage ? Se sentirait-il rassuré d’avoir une présence de nuit à domicile ?

 

Vous pouvez également lui faire part de vos observations et lui suggérer ce que vous estimez être adapté pour lui et ce qui vous rassurerait.

 

Si votre parent exprime une émotion négative à l’idée de vous voir vous absenter, expliquez-lui calmement pour quelles raisons vous en ressentez le besoin. Un sentiment de colère peut exprimer une angoisse plus profonde. Essayez ainsi de comprendre exactement ce qui l’inquiète pour pouvoir trouver des solutions concrètes ensemble.

 

N’oubliez pas qu’une communication claire, bienveillante et empathique est le pilier d’une relation saine et apaisée et permet de trouver les meilleurs compromis, pour le bien-être et le bonheur de chacun.

 

 

L’organisation des aides

 

La seconde étape de la planification de votre escapade consiste à déterminer qui vous remplacera. Si un frère, une sœur ou d’autres proches ne peuvent pas prendre le relais, vous pouvez engager une aide à domicile temporaire ou envisager un séjour de répit de courte durée.

 

Si vous avez choisi ensemble la solution d’un accompagnement à domicile, faites le point sur ses besoins et démarchez ensemble les structures.

 

Il est préférable pour votre tranquillité d’esprit que tout soit planifié au moins deux semaines en amont. Pour ce faire, n’hésitez pas à commencer vos recherches en avance, car trouver les bons intervenants peut prendre un peu de temps.

 

Une fois la structure et les intervenants sélectionnés, n’hésitez pas à organiser une première rencontre avec vous au domicile de votre proche. Une fois de plus, n’hésitez pas à faire part de vos besoins et à exprimer clairement la manière dont vous souhaitez communiquer durant votre absence :

 

  • Voulez-vous des mises à jour quotidiennes ?
  • Serez-vous disponible pour répondre aux questions ?
  • Voulez-vous être contacté uniquement en cas d’urgence ? Si oui, définissez clairement ce qui constitue une urgence dans votre esprit.

 

Vous devez également penser et prévoir comment l’aidant temporaire communiquera, si nécessaire, avec le personnel médical, en l’informant par exemple d’où se trouve le carnet de santé de votre proche.

 

 

La déculpabilisation

 

Pour de nombreux Aidants, le plus difficile est souvent de s’autoriser ce moment pour soi sans culpabiliser.

 

Vous craignez peut-être que votre parent se sente malgré tout abandonné, que ce besoin de repos ne démontre une faiblesse de votre part, ou qu’un incident ne survienne en votre absence.

 

Ces sentiments sont tout à fait normaux. Toutefois, il est préférable de ne pas leur laisser prendre trop d’importance, au risque alourdir votre charge mentale.

 

Rappelez-vous que les Aidants bénéficient d’un « droit au répit », ce qui prouve bien toute personne en charge d’un proche en perte d’autonomie a besoin de s’octroyer des moments de pause.

 

De plus, vous savez que vous avez fait le nécessaire pour que votre parent soit bien entouré et pris en charge, ce qui démontre tout l’intérêt que vous portez à son bien-être et à sa sécurité.

 

Enfin, relativisez : vous ne pouvez pas contrôler tout ce qui se passe dans la vie de votre parent, et ce qui pourrait arriver pendant votre absence pourrait tout aussi bien se produire pendant que vous êtes à la maison.

 

Si malgré tout cela la culpabilité se fait toujours ressentir, n’hésitez pas à vous faire aider. Vous pourriez en parler à un professionnel de santé, à un ami ou à d’autres Aidants afin qu’ils vous rassurent sur la légitimité de votre besoin.

 

Chez Ernesti, notre but est d’offrir aux personnes dépendantes la possibilité de rester chez elles aussi longtemps qu’elles le souhaitent et dans les meilleures conditions, quand bien même elles auraient besoin d’une présence la nuit.

Nos « Chouettes », étudiant·e·s dans les domaines de la Santé (médical et paramédical) sont disponibles pour venir de manière régulière assurer une présence la nuit au domicile de l’Accompagné.

La mise en place de gardes de nuits à domicile permet également aux Aidants de pouvoir prendre du recul et de se reposer, tout en sachant leur proche en sécurité.

Découvrir nos Chouettes

Commencer les accompagnements de nuit avec un étudiant en santé.

En savoir plus

Réservez avec un créneau pour échanger directement avec un conseiller Ernesti.

Ces articles pourraient également vous intéresser

personne jouant à un jeu de mémoire

Le répit des Aidants familiaux

Pour les Aidants

Grille AGIR : estimez l’autonomie de votre proche âgé

Pour les Aidants

Il était une fois : les maisons de retraite

Pour les Aidants

S'inscrire à la newsletter !

Mon proche âgé refuse l’aide : comment réagir ?

Mon proche âgé refuse l’aide : comment réagir ?

Notre blog

Que faire lorsqu’un proche âgé refuse catégoriquement l’aide, même lorsque celle-ci devient nécessaire ?

Prendre soin d'un proche âgé à distance

Remarquez-vous que votre parent âgé prend du retard dans l’envoi de son courrier, manque des rendez-vous chez le médecin ou oublie des choses ? Est-il peut-être plus distrait que d’habitude ou saute t-il même des repas ?

 

Vous estimez qu’il est peut-être temps d’engager des professionnels pour l’aider dans son quotidien, mais vous essuyez un refus catégorique de sa part.

 

Cette suggestion peut parfois même être accueillie avec colère et ressentiment, votre parent insistant sur le fait qu’il est en assez bonne santé et peut prendre soin de lui-même.

 

Vous ne pouvez pas imposer catégoriquement de l’aide à vos parents âgés lorsqu’ils sont capables de prendre des décisions par eux-mêmes. Les personnes âgées ont le droit de refuser de l’aide – c’est vrai.

 

Mais que faire lorsqu’il est évident que votre proche n’est plus en mesure de tout gérer seul et que vous vous inquiétez constamment pour sa santé et sa sécurité ?

 

Si tel est le cas, il est préférable de prendre des mesures le plus rapidement possible au lieu d’attendre qu’un incident survienne.

 

Comment convaincre vos parents d’accepter l’aide et les soins dont ils ont besoin ?

 

Tout d’abord, comprenons pourquoi le refus d’aide est si fréquent chez les personnes âgées, puis enfin comment tenter d’apaiser leurs appréhensions.

 

 

Pourquoi certaines personnes âgées refusent-elles l’aide extérieure ?

 

Le vieillissement entraîne des changements radicaux dans nos habitudes et certains aspects de notre mode de vie, dont beaucoup sont ancrés en nous depuis notre jeunesse.

 

Comprendre les raisons pour lesquelles votre parent âgé refuse l’aide est important pour aborder la conversation avec empathie et respect. Vos parents sont à un stade de vie différent du vôtre et ont leurs propres pensées, émotions, motivations et craintes.

 

C’est pourquoi il est essentiel que les enfants et les petits-enfants abordent les personnes âgées de leur entourage en les rassurant et en les mettant en valeur. En gardant à l’esprit cette empathie et cette compréhension, vous serez en mesure de mieux communiquer avec votre parent.

 

 

Votre parent refuse l’aide : comment réagir ?

 

Lorsque vous êtes confronté au refus de votre parent de recevoir une aide supplémentaire, essayez les stratégies suivantes pour l’aider à reconsidérer sa décision :

 

 

Évaluez la situation de votre parent

 

Avant toute chose, examinez les conditions de vie, les activités et la santé globale de votre parent.

Qu’est-il est encore capable de faire ? Dans quelles circonstances l’aide est-elle absolument nécessaire ? Quels sont les raisons de son refus ?

L’évaluation de la vie de votre parent vieillissant est bénéfique, car elle vous permet d’être direct et de hiérarchiser vos préoccupations lorsque vous entamez la conversation. Cela permet également d’aligner vos paroles sur ce qu’il valorise et ce qui motive son comportement.

 

 

Mettez l’accent sur les points positifs

 

Lorsque vous parlez à votre parent âgé, abordez la conversation sous un angle positif. Au lieu de dire à vos parents les activités qu’ils ne peuvent pas faire et de souligner leurs limites, concentrez-vous sur ce qui est important pour eux et sur leurs valeurs. Si leur identité est étroitement liée à l’indépendance, renforcez l’idée qu’en leur permettant d’avoir un peu d’aide ici et là, vous préserverez cette indépendance et leur permettrez de continuer à faire les activités qu’ils aiment. Lorsque vous parlez des aidants, vous devez réaffirmer qu’ils seront une source de compagnie et non une source de restriction pour vos proches.

 

 

Demandez-lui s’il accepterait de le faire « pour vous »

 

Si vos parents ne veulent pas d’aide pour eux-mêmes, le feraient-ils pour leurs enfants ? Reformulez la conversation pour qu’elle porte sur vous. C’est vous qui vous inquiétez pour eux, et le stress causé par ces préoccupations constantes devient lourd à porter au quotidien.

La plupart des parents ont à cœur de ne pas créer de soucis à leurs enfants et sont prêts à faire certaines concessions en ce sens. Parler de vos besoins peut donc être un autre moyen de les convaincre d’accepter une aide.

 

 

Demandez l’aide de professionnels

 

Si vous vous trouvez dans une impasse, l’intervention d’un professionnel de santé pourra sûrement aider votre proche à prendre la bonne décision.

En effet, si son Médecin traitant estime également que la mise en place d’un dispositif d’aide est nécessaire, ce dernier saura probablement trouver les mots et les arguments adaptés.

Incitez donc votre proche à consulter afin d’obtenir un avis médical éclairé quant à sa situation et aux options qui s’offrent à lui.

 

 

Proposez plusieurs options

 

Il est important de proposer différentes options de soins à vos parents, car ils auront ainsi le sentiment d’avoir la liberté de choisir et que leur avis compte. Cela étant dit, vous voudrez tout de même fixer des limites en matière de soins. Les domaines dans lesquels votre proche a clairement besoin d’aide doivent être abordés dans chaque option que vous lui présentez.

 

 

Commencez par de petites choses

 

Lorsque vous présentez des options à votre parent vieillissant, commencez petit à petit. Proposez par exemple une aide-ménagère, ou une aide aux courses. En commençant doucement, vos parents s’adapteront plus facilement et pourront même se faire à l’idée d’accueillir plus d’aide. Il faut éviter de bouleverser complètement leur mode de vie, car des changements soudains peuvent causer beaucoup d’inconfort et d’anxiété à votre proche. En introduisant progressivement de l’aide, vous montrez que vous respectez ses limites et son indépendance.

Pour aller plus loin, vous pouvez consulter notre article : Les différents services d’aide à domicile

 

 

Que faire si votre proche âgé reste sur ses positions malgré tout ?

 

Si vous avez essayé les stratégies ci-dessus et que votre proche est déterminé à refuser les services d’aide à la vie autonome ou de soins à domicile, acceptez son choix. Aussi frustrant que cela puisse être, votre parent est un adulte et doit prendre la décision pour lui-même. Lorsque cette situation se présente, ne rejetez pas ou ne contestez pas son opinion. Au contraire, continuez à lui offrir votre aide, votre amour et votre soutien. En son temps et selon ses propres conditions, il se rendra peut-être compte que de l’aide serait bénéfique pour sa vie. En attendant, le mieux que vous puissiez faire est d’accepter la situation, de profiter du temps que vous passez avec votre parent et de lui dire clairement que vous serez toujours là pour lui, qu’il change d’avis ou non.

 

Chez Ernesti, notre but est d’offrir aux personnes dépendantes la possibilité de rester chez elles aussi longtemps qu’elles le souhaitent et dans les meilleures conditions, quand bien même elles auraient besoin d’une présence la nuit.

Nos « Chouettes », étudiant·e·s dans les domaines de la Santé (médical et paramédical) sont disponibles pour venir de manière régulière assurer une présence la nuit au domicile de l’Accompagné.

La mise en place de gardes de nuits à domicile permet également aux Aidants de pouvoir prendre du recul et de se reposer, tout en sachant leur proche en sécurité.

Découvrir nos Chouettes

Commencer les accompagnements de nuit avec un étudiant en santé.

En savoir plus

Réservez avec un créneau pour échanger directement avec un conseiller Ernesti.

Ces articles pourraient également vous intéresser

personne jouant à un jeu de mémoire

Le répit des Aidants familiaux

Pour les Aidants

Grille AGIR : estimez l’autonomie de votre proche âgé

Pour les Aidants

Il était une fois : les maisons de retraite

Pour les Aidants

S'inscrire à la newsletter !

Ma mère a souhaité un accompagnement de nuit – Témoignage

Ma mère a souhaité un accompagnement de nuit – Témoignage

Notre blog

Témoignage d’un Aidant :

Ma mère a souhaité mettre en place un accompagnement de nuit pour elle-même

Prendre soin d'un proche âgé à distance

“Ma mère a toute sa tête, est d’un naturel très ouvert et possède une bonne communication. Elle a estimé elle-même ce besoin d’accompagnement pour se sécuriser.”

 

Pouvez-vous vous présenter brièvement et nous expliquer dans quelles conditions vous avez ressenti le besoin d’une aide à domicile la nuit  pour votre maman ? Y a-t-il eu un élément déclencheur ?

 

Monsieur J : Ma mère a 98 ans et Ernesti s’occupe d’elle depuis un an à peu près. Je lui ai proposé cette solution parce qu’elle était angoissée à l’idée de rester seule chez elle le soir et la nuit. Je pense qu’elle avait aussi besoin de compagnie.

 

 

Comment avez-vous connu Ernesti ?

 

Monsieur J : Tout simplement en fouillant sur Internet.

 

 

Qu’est-ce qui vous a particulièrement séduit dans le concept d’Ernesti ?

 

Monsieur J : Le concept séniors/étudiants  ! Le fait que les intervenants soient des étudiants dans le domaine médical ou paramédical a été aussi déterminant, dans la mesure où ils ont l’expérience auprès des anciens et qu’ils peuvent intervenir rapidement auprès d’une personne qui n’a plus toutes ses facultés, mais qui reste néanmoins autonome.

 

 

Sur quels critères avez-vous choisi les Chouettes qui s’occupent de votre maman ? Aviez-vous des demandes, des envies particulières ?

 

Monsieur J : Le choix fondamental de ma mère était d’être entourée de femmes. Elle souhaitait aussi une personne ayant des connaissances en premier secours et pourvue d’une maturité certaine. Elle avait à cœur de pouvoir échanger sur divers sujets.
Ses demandes exprimées, c’est essentiellement moi qui ai regardé les vidéos et choisi les Chouettes, et les personnes qui viennent régulièrement passer la nuit chez elle correspondent aux critères demandés et sont très bien.

 

 

Comment votre maman a-t-elle vécu l’arrivée de ces aides de nuit ?

 

Monsieur J : Ma mère a toute sa tête, est d’un naturel très ouvert et possède une bonne communication. Elle a estimé elle-même ce besoin d’accompagnement pour se sécuriser. Au début, évidemment, elle a posé des conditions. Elle ne souhaitait par dessus tout que les intervenantes respectent son intimité et son autonomie.

 

 

Quelles sont maintenant ses relations avec ses Chouettes ?

 

Monsieur J : Tout se passe très bien. Elles échangent beaucoup ensemble même si ma mère est de plus en plus fatiguée. Il y a une complicité, voire une sorte d’affection qui s’est mise en place avec les Chouettes au fil du temps.

 

 

Est-ce que le système de prise en charge d’Ernesti vous convient : premier contact, mise en place de la venue des chouettes, relations à travers le cahier de liaison, etc. ?

 

Monsieur J : Ah oui ! Le carnet de liaison, rempli tous les jours, est très important pour moi. Une petite remarque : parfois, il y a quelques oublis et il n’est pas «  posté  » très tôt dans la journée. Pour moi, ce compte rendu est essentiel pour la simple raison que je vis loin de chez ma mère. J’habite à 160 km de chez elle et je suis satisfait d’avoir des nouvelles de professionnelles chaque matin, rassuré de savoir ce qui s’est passé durant la soirée et la nuit.

 

 

Comment avez-vous vécu le fait de devenir particulier-employeur ? Aviez-vous déjà vécu cela avant ?

 

Monsieur J : Aussi bien ma mère que moi-même sommes habitués à travailler avec le CESU. Les démarches ont donc toujours été simples pour nous, d’autant que je suis à l’aise avec l’informatique. Aujourd’hui, grâce à Internet, les démarches administratives sont simplifiées.

 

 

Considérez-vous avoir fait le meilleur choix en permettant à votre maman de rester chez elle ?

 

Monsieur J : Oui, c’est une réussite. C’était son choix de rester chez elle et il corroborait totalement avec mon idée que l’on n’est jamais mieux installé que chez soi. Cette formule-là permet, compte-tenu de son autonomie qui est encore grande de la maintenir à domicile. Si elle perd de ses facultés, il me faudra réfléchir à mettre en place d’autres stratégies d’accompagnement pour lui permettre de résider le plus longtemps dans son univers.

 

Chez Ernesti, notre but est d’offrir aux personnes dépendantes la possibilité de rester chez elles aussi longtemps qu’elles le souhaitent et dans les meilleures conditions, quand bien même elles auraient besoin d’une présence la nuit.

Nos « Chouettes », étudiant·e·s dans les domaines de la Santé (médical et paramédical) sont disponibles pour venir de manière régulière assurer une présence la nuit au domicile de l’Accompagné.

La mise en place de gardes de nuits à domicile permet également aux Aidants de pouvoir prendre du recul et de se reposer, tout en sachant leur proche en sécurité.

Découvrir nos Chouettes

Commencer les accompagnements de nuit avec un étudiant en santé.

En savoir plus

Réservez avec un créneau pour échanger directement avec un conseiller Ernesti.

Ces articles pourraient également vous intéresser

personne jouant à un jeu de mémoire

Le répit des Aidants familiaux

Pour les Aidants

Grille AGIR : estimez l’autonomie de votre proche âgé

Pour les Aidants

Il était une fois : les maisons de retraite

Pour les Aidants

S'inscrire à la newsletter !