09 80 80 90 70 non surtaxé | lun. - ven. 9h00 - 18h30
Ernesti nous a sauvés : témoignage d’une Aidante

Ernesti nous a sauvés : témoignage d’une Aidante

Notre blog

Ernesti nous a sauvés : témoignage d’une Aidante

Prendre soin d'un proche âgé à distance

« La plateforme Ernesti, et je ne suis pas la seule à le dire, nous a sauvés. Et je ne dis pas cela pour vous faire plaisir ! Au départ, nous n’avions demandé que quelques nuits puis nous avons progressivement augmenté la fréquence. Cela pour vous dire combien nous sommes à l’aise avec votre service. »

 

 

Pouvez-vous vous présenter brièvement et nous expliquer dans quelles conditions vous avez ressenti le besoin d’une aide à domicile la nuit pour vos parents ? Y a-t-il eu un élément déclencheur ?

 

Madame P : Je suis issue d’une grande famille : nous sommes huit frères et sœurs et nous avons, nous-mêmes, des enfants. Mes parents sont des personnes âgées et nous avons vu, au fil de leur vieillesse, leur santé se dégrader. Mon père a été victime d’un AVC il y a quelques années. Suite à ce gros souci, lui qui était assez actif a énormément perdu en motricité. Il a suite à cela développé des troubles cognitifs.

Après cela, ma mère a connu à son tour des ennuis de santé. Dans un premier temps, elle s’est mise à « radoter » à propos de la santé de mon père, puis nous nous sommes rendu-compte qu’elle oubliait de plus en plus de choses. Dès lors, avec mes frères et sœurs, nous avons cherché des solutions pour laisser nos parents à domicile afin qu’ils puissent vieillir dans leur environnement et surtout près de nous. Nous voulions rester disponibles pour passer du temps avec eux sans être trop impactés par toutes les tâches quotidiennes. Nous voulions être préservés.

J’assure pratiquement toutes les tâches administratives. J’ai donc cherché comment faire pour ne plus laisser mes parents seuls chez eux. Nous avions peur que ma mère soit victime d’un accident domestique (nous avons remplacé le gaz par une plaque à induction) mais surtout, elle pouvait sortir et ne plus savoir comment rentrer. Nous avons donc commencé à faire appel à Ernesti depuis 2019.

 

 

Qu’est-ce qui vous a particulièrement séduite dans le concept d’Ernesti ?

 

Madame P : Plusieurs choses m’ont faites me décider. La première est que les étudiants qui viennent la nuit suivent des études médicales ou paramédicales. Ils étaient censés connaître la maladie de ma mère et nous nous sommes sentis rassurés de les savoir à ses côtés. La deuxième chose, peut-être surprenante mais qui a beaucoup joué quand même : ce sont des jeunes. Ce qui est parfait pour mes parents. Le troisième point concerne les tarifs qui sont plus accessibles que de nombreuses autres offres du marché.

Nous souhaitions que nos parents soient accompagnés 24h/24h par des personnes de confiance afin que nous puissions ne pas être inquiets pour eux.

Avant de faire appel à Ernesti, c’était nous, enfants et petits-enfants, qui nous occupions d’eux la nuit. C’était assez lourd car leurs nuits, et donc les nôtres étaient agitées .Nous quittions régulièrement notre domicile, ce qui n’était pas forcément simple ni agréable, quand bien même nous aimons nos parents.

Dans un premier temps, savoir que des personnes extérieures que nous ne connaissions pas veillaient sur eux n’a pas été simple. Mais très sincèrement, tout s’est toujours bien passé. Il y a eu quelques étudiants qui n’ont pas convenu, non par leur manque de qualifications ou de qualités, mais parce que ma mère faisaient sur eux des projections étranges. On pourrait comparer cela à un manque de « feeling » …

Dans leur majorité, les étudiants sont bienveillants, disponibles pour échanger avec Maman et Papa. Lorsque nous les savons accompagnés par les Chouettes, nous dormons tranquilles.

La plateforme Ernesti, et je ne suis pas la seule à le dire, nous a sauvés. Et je ne dis pas cela pour vous faire plaisir ! Au départ, nous n’avions demandé que quelques nuits puis nous avons progressivement augmenté la fréquence. Cela pour vous dire combien nous sommes à l’aise avec votre service.

Nous aussi avons régulièrement des contacts avec les Chouettes. Nous essayons de leur rendre, à moindre échelle bien sûr et avec nos moyens, ce qu’ils nous donnent. Nous laissons à leur disposition quelques petites gourmandises avec du thé, du café.

Nous essayons de les mettre le plus à l’aise possible en leur permettant de dîner s’ils le souhaitent, de se doucher. Comme nous n’habitons pas très loin, ils ont les numéros de tous les membres de la famille en cas de souci. Jusqu’à aujourd’hui, tout s’est toujours très bien passé.

 

 

Sur quels critères avez-vous choisi les étudiants qui s’occupent de vos parents ? Aviez-vous des demandes, des envies particulières ?

 

Madame P : Je ne sais pas comment vous sélectionnez vos Chouettes, mais vous avez l’art de nous proposer des personnes très intéressantes eu égard aux quelques demandes que j’ai émises. Nous recherchons des personnes bienveillantes, qui dégagent une certaine douceur et qui savent être présents sans être intrusifs. Une personne qui a la maladie d’Alzheimer se sent très souvent persécutée… Ensuite, c’est une maladie qui diminue considérablement et qui occasionne des périodes de mal-être.

Il n’était pas envisageable d’être mis en relation avec une personne qui monopolise l’espace, la parole et qui donne la sensation que c’est elle qui gère tout. Face mes parents, il faut faire preuve d’une grande patience et de beaucoup de « doigté ».

La psychologie est une grande qualité car il ne faut pas prendre au premier degré les paroles de ma mère ni être effrayé par certaines de ses remarques ou de ses actions. Nous avons toujours eu la chance d’avoir à nos côtés des étudiants qui possèdent toutes ces qualités.

En fait, la sélection se fait aussi bien de notre part que de celle de nos parents et celle des Chouettes. Il faut que tout le monde se sente à l’aise et en confiance. Tout cela est très subtil et la magie opère !

 

 

Comment vos parents ont-ils vécu l’arrivée de ces aides de nuit ?

 

Madame P : Du côté de mon père, ça a été assez simple.
Dans un premier temps, ma mère n’a pas réalisé que ces jeunes gens venaient pour s’occuper d’elle. Elle avait l’impression de les accueillir à domicile, pour quelle raison, je ne sais pas vraiment, mais c’était elle qui les recevait (rires).

Mes parents ont toujours ouvert grand leur porte à des personnes en difficultés. Le fait que ce soient des jeunes ne lui donnait pas l’impression d’être trop dépendante. Elle avait l’impression que c’était elle qui les aidait. Dans les moments où elle réalisait que des étrangers s’occupaient d’eux, elle pouvait se sentait agressée.

Je lui disais toujours que nous nous inquiétions pour Papa, et que de savoir ces étudiants à leurs côtés nous rassurait. Je m’efforçais de ne jamais la mettre en défaut et de toujours lui dire que c’était plus pour mon bien que pour le sien.

Au début, il lui est arrivé de dire à l’une ou l’autre des Chouettes en leur tendant son sac, qu’elle n’avait pas besoin d’elle. A cause de sa maladie, elle avait l’impression de ne plus être chez elle, ce qui créait en elle un grande souffrance. C’est dans ces moments particuliers qu’interviennent les qualités comme le tact, la patience, la douceur.

Pendant une période, ma mère a eu des hallucinations. Elle croyait, entre autres, qu’il y avait une dame qui parlait fort auprès d’elle. Une de vos Chouettes a vécu quelques nuits difficiles, lors desquelles ma mère tentait de sortir de l’appartement. Le matin, nous en parlions avec l’étudiante, et en riions ensemble, car il faut aussi savoir rire de ces choses-là.

Cette étudiante a eu la capacité de cerner la personnalité de ma mère et lui disait des petites phrases qui la rassuraient. Elle lui faisait comprendre combien elle avait à cœur de prendre soin d’elle. Ainsi, ma mère était apaisée et cessait d’être inquiète ou agitée.

 

 

Quelles sont leurs relations avec les Chouettes ? Timothée est aux côtés de vos parents depuis les toutes premières nuits. Pour nous, c’est magique de voir un accompagnement se pérenniser sur le long terme.

 

Madame P : Aujourd’hui, malgré la maladie, elle reconnaît les étudiants et ça se passe bien. Il lui arrive même de demander à une des Chouettes de venir dormir avec elle (rires). Elle les voit comme ses petits-enfants.

Avec Timothée, il y a une alchimie exceptionnelle . C’est ainsi et on ne peut pas réellement l’expliquer. Ça se vit de l’intérieur. Dernièrement, mon père, qui a 95 ans a voulu lui apprendre quelques mots en arabe. J’ai trouvé cela chouette !

Tous les étudiants prennent le temps de parler avec mes parents et de belles interactions se mettent en place. Ils ont beaucoup de délicatesse à leur égard.

Je pense que pour que les accompagnements réussissent, il faut que nous, les enfants, nous ne laissions pas les parents seuls avec cette nouvelle façon de fonctionner. Il est de notre rôle de les rassurer en leur transmettant la confiance que nous avons en ces étudiants. Nos parents savent que nous sommes toujours à leurs côtés et qu’au moindre problème, nous interviendrons.

Les relations, bien que très professionnelles, sont très chaleureuses entre nous tous. Cela est très important pour que chacun se sente bien.

Nous apprécions également beaucoup le cahier de liaison et les compte-rendus de chaque nuit. Je les lis avec beaucoup d’attention le matin et je réponds systématiquement. J’ai une immense reconnaissance à l’égard des Chouettes et beaucoup de plaisir à lire ce qu’ils écrivent.

 

 

Considérez-vous avoir fait le meilleur choix en permettant à vos parents de rester chez eux ?

 

Madame P : Il n’y avait pas d’autre choix possible…

Nous avions tous le désir de les garder à domicile. Les mettre en maison de retraite nous aurait donné l’impression de les abandonner. J’ai 52 ans et j’ai toujours vu mes parents dans cette maison. Ils y ont leurs repères. Ma mère, malgré sa maladie d’Alzheimer, à réussi à garder ses repères et peut, même difficilement, se déplacer d’une pièce à l’autre sans être perdu.

Nous ne pouvions les imaginer à leur âge se retrouver dans une maison de retraite, sans leurs repères, avec des inconnus et des fonctionnements auxquels ils ne sont pas habitués. Cela aurait été terrible. Il était essentiel pour moi qu’ils restent près de nous afin qu’ils puissent partir sereinement, dans un environnement qu’ils connaissent et qui les rassure. De plus, nous vivons à côté et sommes très présents. Il y a les petits-enfants, la famille, les amis qui passent les voir. Cela leur donne le sentiment d’être indépendants, même s’ils ne sont pas dupes…

Les maisons de retraite sont des institutions dont le mérite est grand, lorsque l’on ne peut pas faire autrement. Je vous promets que lorsque j’ai découvert Ernesti, et je ne le dis pas pour vous faire plaisir, cela nous a sauvés. Dormir sereinement est essentiel pour être en forme le matin et apporter le meilleur chaque jour à nos parents. Ernesti nous a apporté la sérénité et la possibilité de ne partager avec nos parents que des moments de plaisir.

Chez Ernesti, notre but est d’offrir aux personnes dépendantes la possibilité de rester chez elles aussi longtemps qu’elles le souhaitent et dans les meilleures conditions, quand bien même elles auraient besoin d’une présence la nuit.

Nos « Chouettes », étudiant·e·s dans les domaines de la Santé (médical et paramédical) sont disponibles pour venir de manière régulière assurer une présence la nuit au domicile de l’Accompagné.

La mise en place de gardes de nuits à domicile permet également aux Aidants de pouvoir prendre du recul et de se reposer, tout en sachant leur proche en sécurité.

Découvrir nos Chouettes

Commencer les accompagnements de nuit avec un étudiant en santé.

En savoir plus

Réservez avec un créneau pour échanger directement avec un conseiller Ernesti.

Ces articles pourraient également vous intéresser

personne jouant à un jeu de mémoire

Le répit des Aidants familiaux

Pour les Aidants

Grille AGIR : estimez l’autonomie de votre proche âgé

Pour les Aidants

Il était une fois : les maisons de retraite

Pour les Aidants

S'inscrire à la newsletter !

Un Accompagnement humain et sur-mesure – Témoignage

Un Accompagnement humain et sur-mesure – Témoignage

Notre blog

Témoignage d’une Aidante :

Un Accompagnement humain avec des jeunes filles exceptionnelles

Prendre soin d'un proche âgé à distance

« J’ai tout de suite accroché avec ce qui était exprimé sur votre site Internet et avec la manière dont vous présentez les Accompagnements.
Je connais très bien l’auxiliaire de vie qui est là durant la journée et pour moi, la relation de confiance est essentielle. Je suis aussi très sensible à mon ressenti. »

 

 

Dans quelles conditions vous avez ressenti le besoin d’une aide à domicile la nuit pour votre maman ? Y a-t-il eu un élément déclencheur ?

 

Madame Iliesco : Papa est décédé il y deux ans et demi, à 95 ans. Ils ont toujours été très autonomes et se débrouillaient le plus possible seuls. Mon mari, mes enfants et moi vivons à dix minutes à pied de chez eux, ce qui nous a permis d’être toujours très présents.

Mon père a eu des problèmes de santé physiques à la fin de sa vie. Pendant une longue période, deux ans et demi environ, j’ai été présente chez eux à mi-temps. Quand Papa était à l’hôpital, je restais avec Maman et lorsqu’il est rentré, je passais mes nuits à leurs côtés. Lorsque Papa est décédé en 2018, nous nous sommes rendu compte que ma maman avait besoin d’aide au quotidien. Elle avait fait un AVC et avait des troubles cognitifs du type Alzheimer.

Pour ne pas la laisser seule, je suis allée vivre complètement avec elle. Mon mari est venu me rejoindre définitivement lorsque mes deux enfants ont pris chacun un studio. Lorsque l’on me demande si j’habite chez ma mère, je réponds « oui » (rires).

Petit à petit, l’état de Maman s’est dégradé et les troubles cognitifs sont devenus de plus en plus importants. Mon frère n’habite pas Paris. Lorsqu’il vient, il dort dans une autre chambre de l’appartement et lors de mes congés, c’est lui qui me remplace.

Je peux dire que maintenant, je m’occupe de Maman à temps complet même s’il y a une dame présente de 10 h à 17 h 30 pour que je puisse travailler. Dès son départ, c’est moi qui prends le relais, dans tous les domaines de la vie quotidienne.

Pour mon frère, l’intimité (douches, toilettes) était beaucoup plus compliquée à gérer. Donc en juillet de l’année dernière, au moment de préparer mes vacances, ce qui était essentiel pour que je puisse me reposer, nous nous sommes trouvés confrontés à cette nécessité pour Maman de devoir être aidée dans tous ses mouvements. Il fallait impérativement que nous trouvions une personne qui puisse s’occuper d’elle la nuit pour l’accompagner aux WC et l’aider à se mettre en pyjama.

 

 

Comment avez-vous connu Ernesti ?

 

Madame Iliesco : Nous avons simplement effectué des recherches sur Internet et c’est mon mari qui a découvert votre structure.

 

 

Qu’est-ce qui vous a particulièrement séduite dans le concept d’Ernesti ?

 

Madame Iliesco : J’ai tout de suite accroché avec ce qui était exprimé sur votre site Internet et avec la manière dont vous présentez les Accompagnements.

Je connais très bien l’auxiliaire de vie qui est là durant la journée et pour moi, la relation de confiance est essentielle. Je suis aussi très sensible à mon ressenti.

Lorsque j’ai commencé à chercher des personnes pour assurer les nuits auprès de Maman, j’ai été mise en relation avec plusieurs dames qui sont sûrement très bien, mais je ne réussissais pas à me départir d’un sentiment d’inquiétude. Je ne savais pas vraiment comment expliquer les choses, mais j’avais peur de trouver quelqu’un qui ne se sente pas du tout impliquée humainement auprès de Maman, qui ne la prenne pas en considération comme il le faudrait, qui « s’en débarrasse » en la couchant tôt, etc.

Même si c’est de plus en plus compliqué, nous nous efforçons de garder le rythme de vie qui était le sien auparavant. Nous dînons aux alentours de 20 h, 20 h 30, nous regardons la télévision et elle ne se couche jamais avant 23 h, 23 h 30. De fait, elle dort régulièrement jusqu’à 10 h du matin. Elle s’est organisée ainsi toute sa vie et il est important pour moi que tout continue ainsi.

Lorsque j’ai lu que vos Chouettes sont de jeunes étudiantes ou étudiants en Fac de Médecine ou dans le paramédical et qui, au lieu d’assurer des gardes de nuit à l’hôpital préfèrent accompagner des personnes âgées à leur domicile, j’ai senti que c’était exactement le service que je recherchais. Je me suis dit que ces jeunes gens n’avaient pas que l’argent comme motivation. Je n’ai pas cherché davantage. Je me suis tout de suite mise en relation avec vos services.

 

 

Sur quels critères avez-vous choisi les étudiantes qui s’occupent de votre maman ? Aviez-vous des demandes particulières ?

 

Madame Iliesco : Au début des Accompagnements, Maman avait encore toute sa lucidité et aurait été très gênée d’être assistée d’un homme : j’ai donc privilégié les jeunes filles. C’est le seul critère que j’ai exprimé.

J’ai aussi bien expliqué que mon frère serait là et qu’il avait sa salle de bains et ses toilettes privées, car je ne voulais pas que sa présence soit vécue comme une « mauvaise surprise ». Ensuite, tout s’est mis en place très rapidement et s’est parfaitement déroulé. Tout a « juste » été extraordinaire et j’ai pu partir en vacances totalement libre et détendue. J’étais pleinement rassurée et je savais qu’il n’y aurait pas de souci.

 

 

Sur quelles bases avez-vous choisi vos Chouettes lorsque vous avez reçu les vidéos des étudiantes disponibles ?

 

Madame Iliesco : En fait, comme c’était pour une durée de trois semaines, votre collègue ne m’a envoyé que deux vidéos. Sachant que l’une des étudiantes était disponible exactement lorsque l’autre ne l’était pas, les choses se sont donc faites naturellement. Comme je n’ai pas pu les rencontrer avant mon départ, nous avons communiqué par téléphone et je leur ai assuré que mon frère les accueillerait et répondrait à toutes leurs questions pratiques.

 

 

Comment votre maman a-t-elle vécu l’arrivée de ces aides de nuit ?

 

Madame Iliesco : Très facilement, avec le sourire. Maman est une personne très chaleureuse et très reconnaissante de toutes les personnes qui sont autour d’elle. Il était très important pour moi que les Chouettes soit profondément humaines et bienveillantes. Elle a tout de suite accepté de papoter avec elles, de regarder la télévision, de les laisser la préparer pour la nuit, etc. Maman été charmée par ces jeunes filles.

Maintenant, lorsque je dois partir quelques jours pour mon travail, je continue de solliciter vos services.
Aujourd’hui, même si ce sont toujours les mêmes étudiantes qui interviennent, Maman ne les reconnaît pas. Parfois même, elle ne me reconnaît pas non plus… En revanche, les savoir auprès de Maman est pour moi très confortable et rassurant. Je pars l’esprit totalement tranquille. J’ai toute confiance en elles.

 

 

Est-ce que le système de prise en charge d’Ernesti vous convient : premier contact, mise en place de la venue des chouettes, relations à travers le cahier de liaison, etc. ?

 

Madame Iliesco : Pour moi, c’est « top » ; il n’y a pas d’autre mot ! Les Chouettes travaillent dans la continuité de ce que je mets en place quotidiennement pour Maman et les petits mots du matin sur le carnet de transmission sont « juste » extraordinaires.

Je ne suis pas obligée de téléphoner pour être mise au courant et être rassurée. Pour moi, c’est un vrai lâcher-prise. Ça me fait rire le matin de découvrir ce qu’elles ont regardé à la télévision, de quoi elles ont parlé, de lire les anecdotes de la soirée. Je peux profiter pleinement de mes vacances et « recharger mes batteries » pour reprendre ensuite le flambeau.

 

 

Considérez-vous avoir fait le meilleur choix en permettant à votre maman de rester chez elle ?

 

Madame Iliesco : Vraiment, oui. Et si vous posiez la même question à mon frère, mon mari ou mes enfants qui, bien que grands, sont très présents, je suis certaine qu’ils vous donneraient exactement la même réponse et exprimeraient le même ressenti.

Chez Ernesti, notre but est d’offrir aux personnes dépendantes la possibilité de rester chez elles aussi longtemps qu’elles le souhaitent et dans les meilleures conditions, quand bien même elles auraient besoin d’une présence la nuit.

Nos « Chouettes », étudiant·e·s dans les domaines de la Santé (médical et paramédical) sont disponibles pour venir de manière régulière assurer une présence la nuit au domicile de l’Accompagné.

La mise en place de gardes de nuits à domicile permet également aux Aidants de pouvoir prendre du recul et de se reposer, tout en sachant leur proche en sécurité.

Découvrir nos Chouettes

Commencer les accompagnements de nuit avec un étudiant en santé.

En savoir plus

Réservez avec un créneau pour échanger directement avec un conseiller Ernesti.

Ces articles pourraient également vous intéresser

personne jouant à un jeu de mémoire

Le répit des Aidants familiaux

Pour les Aidants

Grille AGIR : estimez l’autonomie de votre proche âgé

Pour les Aidants

Il était une fois : les maisons de retraite

Pour les Aidants

S'inscrire à la newsletter !

Ernesti : retour à domicile et belle expérience humaine – Témoignage

Ernesti : retour à domicile et belle expérience humaine – Témoignage

Notre blog

Témoignage d’une Aidante :

Nous avons pu faire rentrer ma mère à domicile grâce à Ernesti

Prendre soin d'un proche âgé à distance

« En écoutant les vidéos, nous avons découvert que les deux d’entre eux étaient originaires d’Haïti. Nous avons retenu ces deux personnes-là, car nous trouvions sympathique d’avoir une ouverture sur des pays et des horizons différents. »

 

 

Pouvez-vous me dire comment vous en êtes venue à faire appel à Ernesti pour accompagner votre proche ?

 

Madame B : Notre maman a 93 ans passés. Elle était encore très en forme, allait au théâtre, au cinéma, avait une vie sociale, sortait avec des amis, mais est elle tombée malade. Vivant seule, elle ne savait pas trop comment faire pour revenir chez elle après deux mois d’hospitalisation.

Nous avons donc organisé des prises en charge pour la journée, mais nous nous interrogions pour les nuits. C’était une inquiétude que nous partagions, elle et nous. À l’hôpital de Grigny, nous avons entendu parler de votre structure par un soignant, et c’est ainsi que nous vous avons contactés.

 

 

Qu’est-ce qui vous a particulièrement séduite dans le concept d’Ernesti ?

 

Madame B : Le fait que vous proposiez des étudiants en professions médicales ou paramédicales a été le déclencheur de notre choix. Des personnes plus à l’écoute, qui ont déjà travaillé avec des personnes âgées et malades. De plus, dans le contexte actuel, il nous a semblé pertinent d’aider des étudiants.

 

 

Sur quels critères avez-vous choisi les étudiants qui s’occupent de votre Maman ? Aviez-vous des demandes spécifiques ou des souhaits particuliers ?

 

Madame B : Pas du tout ! Nous n’avions aucun critère de sélection prédéfini. Je pense que c’est peut-être plus facile de pouvoir réellement choisir lorsque l’on habite à Paris, ou comme maman dans sa proche banlieue.

On nous a proposé cinq Chouettes, ce qui est déjà très bien. Nous avons essayé d’équilibrer en choisissant deux jeunes femmes et deux jeunes hommes en études de Médecine et de Kinésithérapie.

En écoutant les vidéos, nous avons découvert que deux d’entre eux étaient originaires d’Haïti. Nous avons retenu ces deux personnes-là, car nous trouvions sympathique d’avoir une ouverture sur des pays et des horizons différents.

 

 

Ce sont donc les vidéos de présentation qui vous ont aidé à vous décider ?

 

Madame B : Tout à fait. Après, effectivement, dans les critères de choix, nous vous faisions un retour en mettant en avant la ou les personnes avec lesquelles nous avions le plus d’affinités. Il peut arriver quelquefois, qu’après une ou deux nuits, on se dise que ce serait bien que l’on puisse changer, car la première impression en vidéo ne correspond pas toujours à la réalité. Mais dans l’ensemble, tout s’est vraiment très bien passé, il n’y a eu aucun souci.

Néanmoins, il y a deux intervenants sur les quatre avec qui la relation a été excellente et deux autres avec qui nous avons eu moins d’affinités et de moments de partage.

Maman est quelqu’un qui s’intéressait à énormément de choses lorsqu’elle était en forme et qui n’a, avec certains, pas toujours pu échanger autant qu’elle l’aurait souhaité. En revanche, nous avons été tout à fait satisfaites des quatre en ce qui concerne le sérieux et le professionnalisme.

 

 

Comment votre maman a-t-elle vécu l’arrivée de cette aide de nuit ? Était-ce un choix que vous avez fait ensemble ?

 

Madame B : Absolument. Maman était absolument consciente qu’elle était très malade et très affaiblie et qu’il n’y avait pas d’autre solution dans la mesure où elle voulait impérativement rentrer chez elle.

Les allers-retours entre son domicile et l’hôpital lui ont permis de reprendre confiance en elle et de se réattribuer petit à petit son appartement, que nous avons totalement modifié afin de s’adapter à sa perte d’autonomie.

Toutes ces aides mises en place nous ont rassurés quant à son retour à domicile dans les meilleures conditions.

 

 

Quelle relation votre Maman entretient-elle avec ses Chouettes ?

 

Madame B : Comme j’habite en province, nous nous appelons plusieurs fois par jour, et c’est avec plaisir qu’elle me disait « Et bien ce soir, c’est cette personne (ou une autre) qui vient passer la soirée et la nuit avec moi ! »

Ce qui peut s’avérer compliqué, mais qui n’a rien à voir directement avec votre plateforme, c’est le nombre d’intervenants qui se succèdent auprès de la personne âgée. Cela est assez difficile pour elle, et ça l’est d’ailleurs aussi pour nous autres, les Aidants. Pour vous donner un exemple, elle voit passer entre huit et quatorze personnes différentes par semaine, journées et nuits confondues.

Même si nous avons imprimé des emplois du temps que nous avons affiché auprès du lit de notre maman, cela reste un peu difficile à gérer, car nous ne savons même pas toujours avec certitude qui interviendra.

Avec vous, c’est beaucoup plus simple, puisque le roulement se fait de façon à ce que nous sachions chaque jour le nom de la Chouette qui va venir. Cela la rassure beaucoup.

 

 

Que pensez-vous du cahier de liaison, particulièrement vous qui habitez loin d’elle ?

 

Madame B : Je trouve cela vraiment très bien. Chaque matin, nous lui envoyons un SMS. Si elle est réveillée, elle nous répond dans l’instant, sinon, nous avons des nouvelles un peu plus tard. Elle nous donne elle-même des explications quant au déroulement de la soirée et de la nuit.

Ainsi, nous pouvons tout de suite apporter d’éventuelles précisions sur le cahier de liaison ou au contraire, apprendre des choses qu’elle aurait oublié de nous préciser et réagir (une forte toux par exemple, et donc solliciter un rendez-vous avec son médecin). Cette fonctionnalité est une réelle mine d’informations et nous ôte de nombreuses angoisses.

Chez Ernesti, notre but est d’offrir aux personnes dépendantes la possibilité de rester chez elles aussi longtemps qu’elles le souhaitent et dans les meilleures conditions, quand bien même elles auraient besoin d’une présence la nuit.

Nos « Chouettes », étudiant·e·s dans les domaines de la Santé (médical et paramédical) sont disponibles pour venir de manière régulière assurer une présence la nuit au domicile de l’Accompagné.

La mise en place de gardes de nuits à domicile permet également aux Aidants de pouvoir prendre du recul et de se reposer, tout en sachant leur proche en sécurité.

Découvrir nos Chouettes

Commencer les accompagnements de nuit avec un étudiant en santé.

En savoir plus

Réservez avec un créneau pour échanger directement avec un conseiller Ernesti.

Ces articles pourraient également vous intéresser

personne jouant à un jeu de mémoire

Le répit des Aidants familiaux

Pour les Aidants

Grille AGIR : estimez l’autonomie de votre proche âgé

Pour les Aidants

Il était une fois : les maisons de retraite

Pour les Aidants

S'inscrire à la newsletter !

Des gardes de nuits en vacances – Témoignage

Des gardes de nuits en vacances – Témoignage

Notre blog

Témoignage d’une Aidante :

Des gardes de nuits pour ma mère, même en vacances !

Prendre soin d'un proche âgé à distance

« Tout s’est donc fait avec une facilité incroyable, sans avoir besoin de remplir de nouveaux documents, sans problème d’attente. Tout s’est très bien organisé, c’était super. Du coup, ma mère est revenue plusieurs fois en week-end sans que cela ne se prépare longtemps à l’avance, et tout s’est fait très simplement. »

 

Pouvez-vous vous présenter brièvement et nous expliquer dans quelles conditions vous avez ressenti le besoin d’une aide à domicile la nuit pour votre maman ? Y a-t-il eu un élément déclencheur ?

 

Madame S : Ma mère, suite à un deuil très douloureux, a été victime d’un petit AVC. Malgré notre présence à ses côtés, elle est tombée chez elle et a entrainé dans sa chute une grosse bouilloire d’eau remplie d’eau très chaude, qui l’a gravement brûlée. Ce fut un très grave accident. Elle a été hospitalisée pendant quatre mois et ensuite a pu rentrer chez elle. À ce moment-là, nous nous sommes rendu compte qu’elle ne pourrait plus rester seule, même pour un court moment.

Nous avons donc mis en place différentes aides à domicile pour la journée, soutenus par l’APA. Il nous fallait aussi trouver quelqu’un pour la nuit, nous avions trop peur qu’un nouvel accident survienne et que nous ne soyons pas en capacité de la secourir. Son état nécessitait vraiment du personnel professionnel. Nous étions un peu démunis au début, car il n’est pas facile de trouver quelqu’un qui puisse assurer une présence la nuit. J’ai cherché sur Internet et j’ai découvert Ernesti. Tout de suite, le nom et le concept de votre structure m’ont accrochée.

 

 

Qu’est-ce qui vous a particulièrement séduite dans le concept d’Ernesti ? Sur quels critères avez-vous choisi les étudiants qui s’occupent de votre maman ?

 

Madame S : En naviguant sur votre site, j’ai tout de suite été mise en confiance, en découvrant que vos Chouettes sont des étudiants dans le domaine médical ou paramédical. C’était notre besoin fondamental. J’ai aussi beaucoup apprécié la rapidité de la prise en charge, pour un mois au début. Très satisfaits, nous avons continué à vous solliciter.

 

 

Quelles sont les relations de votre maman avec ses Chouettes ?

 

Madame S : Aujourd’hui, après presque un an d’Accompagnement, Maman est beaucoup plus autonome. Mais malgré tout, nous sommes très rassurés de la savoir en bonne compagnie la nuit. Ce n’est pas toujours la même personne qui s’occupe d’elle et avec les Chouettes s’est créé une vraie relation d’échange et de confiance. Chacune étant très différentes, les discussions sont très variées, ce qui lui est très agréable. Maman est très heureuse de la compagnie que lui apportent ces étudiantes.

C’est aussi très enrichissant pour les jeunes filles qui l’accompagnent, car elle leur fait part de son expérience de la vie. Le fait que ce ne soit pas toujours la même personne (ça, c’est moi qui le pense) doit la soulager et la faire déculpabiliser, car si une nuit est difficile, elle sait que cette Chouette pourra dormir sereinement la nuit suivante. Ma mère est une couche-tard, elle a ses petites habitudes et les étudiantes sont toutes très gentilles et très compréhensives.

Maman est très contente que nous ne soyons pas obligés, nous ses enfants, de dormir auprès d’elle à tour de rôle et de nous imposer cette charge dans nos vies de parents et de grands-parents.

 

 

Est-ce que le système de prise en charge d’Ernesti vous convient ?

 

Madame S : Au quotidien, totalement. Un autre de vos service nous a été très précieux : lorsque Maman est venue en vacances chez moi (elle habite à Paris et moi à Dijon), des Chouettes d’Ernesti dijonnaises sont venue s’occuper d’elle toutes les nuits, avec une grande bienveillance. Elles sont chouettes partout vos Chouettes !

J’ai recommandé Ernesti à plusieurs personnes tellement nous sommes satisfaits de votre service.

Ernesti : Vous êtes la seule famille avec laquelle nous avons vécu ce type d’expérience, que nous espérons développer !

 

 

Comment avez-vous eu l’idée de nous solliciter pour accompagner votre Maman pendant ses vacances ?

 

Madame S : La première fois qu’elle est venue chez moi, c’est moi qui ai assuré les deux ou trois premières nuits car nous savions que nous allions veiller vraiment très tard. Ce fut pour moi une grosse responsabilité. Je dormais, mais à moitié, toujours en alerte. Je vous ai alors contactés pour savoir s’il y avait Ernesti à Dijon… et oui !

Tout s’est donc fait avec une facilité incroyable, sans avoir besoin de remplir de nouveaux documents, sans problème d’attente. Tout s’est très bien organisé, c’était super. Du coup, ma mère est revenue plusieurs fois en week-end sans que cela ne se prépare longtemps à l’avance, et tout s’est fait très simplement. J’ai vraiment senti la différence lorsque les Chouettes ont assumé toute la suite du séjour.

Lorsque je reçois Maman chez moi, il est important que nous puissions profiter au maximum de ces moments ensemble. Le fait que je puisse dormir tranquillement en la sachant en sécurité avec une personne dédiée pour veiller sur elle-même si je suis présente me permet de bien me reposer, et donc d’être en pleine forme et disponible pour elle durant la journée.

Chez Ernesti, notre but est d’offrir aux personnes dépendantes la possibilité de rester chez elles aussi longtemps qu’elles le souhaitent et dans les meilleures conditions, quand bien même elles auraient besoin d’une présence la nuit.

Nos « Chouettes », étudiant·e·s dans les domaines de la Santé (médical et paramédical) sont disponibles pour venir de manière régulière assurer une présence la nuit au domicile de l’Accompagné.

La mise en place de gardes de nuits à domicile permet également aux Aidants de pouvoir prendre du recul et de se reposer, tout en sachant leur proche en sécurité.

Découvrir nos Chouettes

Commencer les accompagnements de nuit avec un étudiant en santé.

En savoir plus

Réservez avec un créneau pour échanger directement avec un conseiller Ernesti.

Ces articles pourraient également vous intéresser

personne jouant à un jeu de mémoire

Le répit des Aidants familiaux

Pour les Aidants

Grille AGIR : estimez l’autonomie de votre proche âgé

Pour les Aidants

Il était une fois : les maisons de retraite

Pour les Aidants

S'inscrire à la newsletter !

J’ai mis en place des Accompagnements pour ma Grand-Mère – Témoignage

J’ai mis en place des Accompagnements pour ma Grand-Mère – Témoignage

Notre blog

J’ai mis en place des Accompagnements pour ma Grand-Mère – Témoignage

Prendre soin d'un proche âgé à distance

« Les échanges qu’ils ont avec ma grand-mère sont riches pour elle comme pour eux. J’imagine que ce doit être un plus sur leur CV d’inscrire ce type d’accompagnement. »

 

 

Pouvez-vous vous présenter brièvement et nous expliquer dans quelles conditions vous avez ressenti le besoin d’une aide à domicile la nuit pour votre grand-mère ? Y a-t-il eu un élément déclencheur ?

 

Madame D : Alors que je cherchais une solution pour accompagner ma grand-mère la nuit, un de mes amis, dont la fille est une de vos petites Chouettes, m’a parlé de votre structure. J’ai donc fait appel à vous et nous avons monté un dossier. N’étant pas une « pro » d’Internet, j’ai été aidée par vos services et tout s’est fait simplement.

Il n’y a pas eu à proprement parler d’élément déclencheur. Ma grand-mère a 96 ans et nous avions déjà mis en place toute une quantité d’aides dans la journée. Cela nous a rassurés, et nous rassure, de savoir qu’elle n’est pas seule la nuit. Une personne veille sur elle, l’aide si elle a besoin de se lever, ou d’être rassurée.

Étant en perte d’autonomie, si personne n’était auprès d’elle, nous serions obligés de la placer dans un EHPAD, ce dont nous n’avons pas du tout envie. Plusieurs Chouettes interviennent à tour de rôle, et je les trouve toutes très bien.

 

 

Qu’est-ce qui vous a particulièrement séduite dans le concept d’Ernesti ?

 

Madame D : La globalité de votre offre m’a intéressée. Les tarifs sont abordables et je suis certaine que de nombreuses personnes pourraient bénéficier de vos services.
Le fait que vos Chouettes soient des étudiants en santé n’a pas été un élément décisionnaire. Pour autant, les échanges qu’ils ont avec ma grand-mère sont riches pour elle comme pour eux. J’imagine que ce doit être un plus sur leur CV d’inscrire ce type d’accompagnement. Peut-être que de par leur métier à venir, ils sont plus à même d’intervenir plus rapidement ou plus précisément que s’ils ne se spécialisaient pas dans des carrières médicales ou paramédicales.

 

 

Sur quels critères avez-vous choisi les étudiants qui s’occupent de votre grand-mère ? Aviez-vous des demandes, des envies particulières ?

 

Madame D : J’ai apprécié de recevoir des vidéos. Pour la première Chouette que j’ai choisie, j’ai mis en avant son profil professionnel (deuxième année de médecine et des interventions en EHPAD). Pour les autres, car il en faut plusieurs, ce que je n’avais pas réalisé de prime abord, je regarde leurs présentations et je fais totalement confiance. Comme je vous l’ai dit, je les trouve toutes très bien. Une fois que je les ai choisies, je les rencontre toutes chez ma grand-mère et nous échangeons autour de leur intervention. Je suis attentive à la façon dont les choses se passent.

Au départ, je ne voulais pas de garçons par rapport à la pudeur de ma grand-mère. Aujourd’hui, mon avis a changé : ma grand-mère ayant une perte de mémoire directe, elle ne fait plus tellement attention à qui s’occupe d’elle du moment que la personne est gentille, douce, attentive, bienveillante.

 

 

Comment votre grand-mère a-t-elle vécu l’arrivée de ces aides de nuit ?

 

Madame D : Elle n’a jamais rien exprimé de particulier. Elle nous dit souvent qu’elle n’a besoin de personne et qu’elle peut rester seule mais lorsqu’on lui explique que cette présence est mieux pour elle, elle l’accepte. En fait, elle l’a bien pris. Elle avait aussi déjà l’habitude d’avoir des aides tout au long de la journée.

 

 

Quelles sont ses relations avec les Chouettes ?

 

Madame D : Je ne suis pas toujours là, mais je pense qu’elles essayent toutes, dans leur singularité et avec leur caractère, de la stimuler. Je pense aussi que tant qu’elle n’est pas trop fatiguée, elle échange avec elles. Ça dépend des soirs : certains jours, elle peut demander à aller se coucher à 19 h 45 et d’autres jours, elle veille jusqu’à minuit. Les Chouettes se mettent totalement à son rythme.

 

 

Est-ce que le système de prise en charge d’Ernesti vous convient : premier contact, mise en place de la venue des chouettes, relations à travers le cahier de liaison, etc. ?

 

Madame D : Le carnet de liaison nous est très précieux. Il nous permet d’être informés en temps réel de comment s’est passée la nuit. Suivant les remarques (fatigue singulière par exemple), je peux en référer aux infirmières qui passent chaque jour et qui, dès lors, mettent en place une surveillance plus accrue.

 

 

Comment avez-vous vécu le fait de devenir particulier-employeur ? Aviez-vous déjà vécu cela avant ?

 

Madame D : Je ne vous cache pas qu’au début j’étais assez inquiète car je ne l’avais jamais fait. Comme je vous l’ai expliqué tout à l’heure, je ne suis pas très à l’aise avec Internet. Mais tout m’a très bien été expliqué et maintenant, je ne rencontre plus aucune difficulté.

 

 

Considérez-vous avoir fait le meilleur choix en permettant à votre grand-mère de rester chez elle ?

 

Madame D : Absolument ! Aussi longtemps que cela sera possible, nous mettrons tout en œuvre pour qu’elle puisse rester chez elle.
C’est plus contraignant pour l’entourage mais je trouve que c’est tellement mieux de garder nos ainés à domicile.

Chez Ernesti, notre but est d’offrir aux personnes dépendantes la possibilité de rester chez elles aussi longtemps qu’elles le souhaitent et dans les meilleures conditions, quand bien même elles auraient besoin d’une présence la nuit.

Nos « Chouettes », étudiant·e·s dans les domaines de la Santé (médical et paramédical) sont disponibles pour venir de manière régulière assurer une présence la nuit au domicile de l’Accompagné.

La mise en place de gardes de nuits à domicile permet également aux Aidants de pouvoir prendre du recul et de se reposer, tout en sachant leur proche en sécurité.

Découvrir nos Chouettes

Commencer les accompagnements de nuit avec un étudiant en santé.

En savoir plus

Réservez avec un créneau pour échanger directement avec un conseiller Ernesti.

Ces articles pourraient également vous intéresser

personne jouant à un jeu de mémoire

Le répit des Aidants familiaux

Pour les Aidants

Grille AGIR : estimez l’autonomie de votre proche âgé

Pour les Aidants

Il était une fois : les maisons de retraite

Pour les Aidants

S'inscrire à la newsletter !

Ma mère a souhaité un accompagnement de nuit – Témoignage

Ma mère a souhaité un accompagnement de nuit – Témoignage

Notre blog

Témoignage d’un Aidant :

Ma mère a souhaité mettre en place un accompagnement de nuit pour elle-même

Prendre soin d'un proche âgé à distance

« Ma mère a toute sa tête, est d’un naturel très ouvert et possède une bonne communication. Elle a estimé elle-même ce besoin d’accompagnement pour se sécuriser. »

 

Pouvez-vous vous présenter brièvement et nous expliquer dans quelles conditions vous avez ressenti le besoin d’une aide à domicile la nuit  pour votre maman ? Y a-t-il eu un élément déclencheur ?

 

Monsieur J : Ma mère a 98 ans et Ernesti s’occupe d’elle depuis un an à peu près. Je lui ai proposé cette solution parce qu’elle était angoissée à l’idée de rester seule chez elle le soir et la nuit. Je pense qu’elle avait aussi besoin de compagnie.

 

 

Comment avez-vous connu Ernesti ?

 

Monsieur J : Tout simplement en fouillant sur Internet.

 

 

Qu’est-ce qui vous a particulièrement séduit dans le concept d’Ernesti ?

 

Monsieur J : Le concept séniors/étudiants  ! Le fait que les intervenants soient des étudiants dans le domaine médical ou paramédical a été aussi déterminant, dans la mesure où ils ont l’expérience auprès des anciens et qu’ils peuvent intervenir rapidement auprès d’une personne qui n’a plus toutes ses facultés, mais qui reste néanmoins autonome.

 

 

Sur quels critères avez-vous choisi les Chouettes qui s’occupent de votre maman ? Aviez-vous des demandes, des envies particulières ?

 

Monsieur J : Le choix fondamental de ma mère était d’être entourée de femmes. Elle souhaitait aussi une personne ayant des connaissances en premier secours et pourvue d’une maturité certaine. Elle avait à cœur de pouvoir échanger sur divers sujets.
Ses demandes exprimées, c’est essentiellement moi qui ai regardé les vidéos et choisi les Chouettes, et les personnes qui viennent régulièrement passer la nuit chez elle correspondent aux critères demandés et sont très bien.

 

 

Comment votre maman a-t-elle vécu l’arrivée de ces aides de nuit ?

 

Monsieur J : Ma mère a toute sa tête, est d’un naturel très ouvert et possède une bonne communication. Elle a estimé elle-même ce besoin d’accompagnement pour se sécuriser. Au début, évidemment, elle a posé des conditions. Elle ne souhaitait par dessus tout que les intervenantes respectent son intimité et son autonomie.

 

 

Quelles sont maintenant ses relations avec ses Chouettes ?

 

Monsieur J : Tout se passe très bien. Elles échangent beaucoup ensemble même si ma mère est de plus en plus fatiguée. Il y a une complicité, voire une sorte d’affection qui s’est mise en place avec les Chouettes au fil du temps.

 

 

Est-ce que le système de prise en charge d’Ernesti vous convient : premier contact, mise en place de la venue des chouettes, relations à travers le cahier de liaison, etc. ?

 

Monsieur J : Ah oui ! Le carnet de liaison, rempli tous les jours, est très important pour moi. Une petite remarque : parfois, il y a quelques oublis et il n’est pas «  posté  » très tôt dans la journée. Pour moi, ce compte rendu est essentiel pour la simple raison que je vis loin de chez ma mère. J’habite à 160 km de chez elle et je suis satisfait d’avoir des nouvelles de professionnelles chaque matin, rassuré de savoir ce qui s’est passé durant la soirée et la nuit.

 

 

Comment avez-vous vécu le fait de devenir particulier-employeur ? Aviez-vous déjà vécu cela avant ?

 

Monsieur J : Aussi bien ma mère que moi-même sommes habitués à travailler avec le CESU. Les démarches ont donc toujours été simples pour nous, d’autant que je suis à l’aise avec l’informatique. Aujourd’hui, grâce à Internet, les démarches administratives sont simplifiées.

 

 

Considérez-vous avoir fait le meilleur choix en permettant à votre maman de rester chez elle ?

 

Monsieur J : Oui, c’est une réussite. C’était son choix de rester chez elle et il corroborait totalement avec mon idée que l’on n’est jamais mieux installé que chez soi. Cette formule-là permet, compte-tenu de son autonomie qui est encore grande de la maintenir à domicile. Si elle perd de ses facultés, il me faudra réfléchir à mettre en place d’autres stratégies d’accompagnement pour lui permettre de résider le plus longtemps dans son univers.

 

Chez Ernesti, notre but est d’offrir aux personnes dépendantes la possibilité de rester chez elles aussi longtemps qu’elles le souhaitent et dans les meilleures conditions, quand bien même elles auraient besoin d’une présence la nuit.

Nos « Chouettes », étudiant·e·s dans les domaines de la Santé (médical et paramédical) sont disponibles pour venir de manière régulière assurer une présence la nuit au domicile de l’Accompagné.

La mise en place de gardes de nuits à domicile permet également aux Aidants de pouvoir prendre du recul et de se reposer, tout en sachant leur proche en sécurité.

Découvrir nos Chouettes

Commencer les accompagnements de nuit avec un étudiant en santé.

En savoir plus

Réservez avec un créneau pour échanger directement avec un conseiller Ernesti.

Ces articles pourraient également vous intéresser

personne jouant à un jeu de mémoire

Le répit des Aidants familiaux

Pour les Aidants

Grille AGIR : estimez l’autonomie de votre proche âgé

Pour les Aidants

Il était une fois : les maisons de retraite

Pour les Aidants

S'inscrire à la newsletter !