09 80 80 90 70 non surtaxé | lun. - ven. 9h00 - 18h30
Notre blog

Que faire lorsqu’un proche âgé refuse catégoriquement l’aide, même lorsque celle-ci devient nécessaire ?

Prendre soin d'un proche âgé à distance

Remarquez-vous que votre parent âgé prend du retard dans l’envoi de son courrier, manque des rendez-vous chez le médecin ou oublie des choses ? Est-il peut-être plus distrait que d’habitude ou saute t-il même des repas ?

 

Vous estimez qu’il est peut-être temps d’engager des professionnels pour l’aider dans son quotidien, mais vous essuyez un refus catégorique de sa part.

 

Cette suggestion peut parfois même être accueillie avec colère et ressentiment, votre parent insistant sur le fait qu’il est en assez bonne santé et peut prendre soin de lui-même.

 

Vous ne pouvez pas imposer catégoriquement de l’aide à vos parents âgés lorsqu’ils sont capables de prendre des décisions par eux-mêmes. Les personnes âgées ont le droit de refuser de l’aide – c’est vrai.

 

Mais que faire lorsqu’il est évident que votre proche n’est plus en mesure de tout gérer seul et que vous vous inquiétez constamment pour sa santé et sa sécurité ?

 

Si tel est le cas, il est préférable de prendre des mesures le plus rapidement possible au lieu d’attendre qu’un incident survienne.

 

Comment convaincre vos parents d’accepter l’aide et les soins dont ils ont besoin ?

 

Tout d’abord, comprenons pourquoi le refus d’aide est si fréquent chez les personnes âgées, puis enfin comment tenter d’apaiser leurs appréhensions.

 

 

Pourquoi certaines personnes âgées refusent-elles l’aide extérieure ?

 

Le vieillissement entraîne des changements radicaux dans nos habitudes et certains aspects de notre mode de vie, dont beaucoup sont ancrés en nous depuis notre jeunesse.

 

Comprendre les raisons pour lesquelles votre parent âgé refuse l’aide est important pour aborder la conversation avec empathie et respect. Vos parents sont à un stade de vie différent du vôtre et ont leurs propres pensées, émotions, motivations et craintes.

 

C’est pourquoi il est essentiel que les enfants et les petits-enfants abordent les personnes âgées de leur entourage en les rassurant et en les mettant en valeur. En gardant à l’esprit cette empathie et cette compréhension, vous serez en mesure de mieux communiquer avec votre parent.

 

 

Votre parent refuse l’aide : comment réagir ?

 

Lorsque vous êtes confronté au refus de votre parent de recevoir une aide supplémentaire, essayez les stratégies suivantes pour l’aider à reconsidérer sa décision :

 

 

Évaluez la situation de votre parent

 

Avant toute chose, examinez les conditions de vie, les activités et la santé globale de votre parent.

Qu’est-il est encore capable de faire ? Dans quelles circonstances l’aide est-elle absolument nécessaire ? Quels sont les raisons de son refus ?

L’évaluation de la vie de votre parent vieillissant est bénéfique, car elle vous permet d’être direct et de hiérarchiser vos préoccupations lorsque vous entamez la conversation. Cela permet également d’aligner vos paroles sur ce qu’il valorise et ce qui motive son comportement.

 

 

Mettez l’accent sur les points positifs

 

Lorsque vous parlez à votre parent âgé, abordez la conversation sous un angle positif. Au lieu de dire à vos parents les activités qu’ils ne peuvent pas faire et de souligner leurs limites, concentrez-vous sur ce qui est important pour eux et sur leurs valeurs. Si leur identité est étroitement liée à l’indépendance, renforcez l’idée qu’en leur permettant d’avoir un peu d’aide ici et là, vous préserverez cette indépendance et leur permettrez de continuer à faire les activités qu’ils aiment. Lorsque vous parlez des aidants, vous devez réaffirmer qu’ils seront une source de compagnie et non une source de restriction pour vos proches.

 

 

Demandez-lui s’il accepterait de le faire « pour vous »

 

Si vos parents ne veulent pas d’aide pour eux-mêmes, le feraient-ils pour leurs enfants ? Reformulez la conversation pour qu’elle porte sur vous. C’est vous qui vous inquiétez pour eux, et le stress causé par ces préoccupations constantes devient lourd à porter au quotidien.

La plupart des parents ont à cœur de ne pas créer de soucis à leurs enfants et sont prêts à faire certaines concessions en ce sens. Parler de vos besoins peut donc être un autre moyen de les convaincre d’accepter une aide.

 

 

Demandez l’aide de professionnels

 

Si vous vous trouvez dans une impasse, l’intervention d’un professionnel de santé pourra sûrement aider votre proche à prendre la bonne décision.

En effet, si son Médecin traitant estime également que la mise en place d’un dispositif d’aide est nécessaire, ce dernier saura probablement trouver les mots et les arguments adaptés.

Incitez donc votre proche à consulter afin d’obtenir un avis médical éclairé quant à sa situation et aux options qui s’offrent à lui.

 

 

Proposez plusieurs options

 

Il est important de proposer différentes options de soins à vos parents, car ils auront ainsi le sentiment d’avoir la liberté de choisir et que leur avis compte. Cela étant dit, vous voudrez tout de même fixer des limites en matière de soins. Les domaines dans lesquels votre proche a clairement besoin d’aide doivent être abordés dans chaque option que vous lui présentez.

 

 

Commencez par de petites choses

 

Lorsque vous présentez des options à votre parent vieillissant, commencez petit à petit. Proposez par exemple une aide-ménagère, ou une aide aux courses. En commençant doucement, vos parents s’adapteront plus facilement et pourront même se faire à l’idée d’accueillir plus d’aide. Il faut éviter de bouleverser complètement leur mode de vie, car des changements soudains peuvent causer beaucoup d’inconfort et d’anxiété à votre proche. En introduisant progressivement de l’aide, vous montrez que vous respectez ses limites et son indépendance.

Pour aller plus loin, vous pouvez consulter notre article : Les différents services d’aide à domicile

 

 

Que faire si votre proche âgé reste sur ses positions malgré tout ?

 

Si vous avez essayé les stratégies ci-dessus et que votre proche est déterminé à refuser les services d’aide à la vie autonome ou de soins à domicile, acceptez son choix. Aussi frustrant que cela puisse être, votre parent est un adulte et doit prendre la décision pour lui-même. Lorsque cette situation se présente, ne rejetez pas ou ne contestez pas son opinion. Au contraire, continuez à lui offrir votre aide, votre amour et votre soutien. En son temps et selon ses propres conditions, il se rendra peut-être compte que de l’aide serait bénéfique pour sa vie. En attendant, le mieux que vous puissiez faire est d’accepter la situation, de profiter du temps que vous passez avec votre parent et de lui dire clairement que vous serez toujours là pour lui, qu’il change d’avis ou non.

 

Chez Ernesti, notre but est d’offrir aux personnes dépendantes la possibilité de rester chez elles aussi longtemps qu’elles le souhaitent et dans les meilleures conditions, quand bien même elles auraient besoin d’une présence la nuit.

Nos « Chouettes », étudiant·e·s dans les domaines de la Santé (médical et paramédical) sont disponibles pour venir de manière régulière assurer une présence la nuit au domicile de l’Accompagné.

La mise en place de gardes de nuits à domicile permet également aux Aidants de pouvoir prendre du recul et de se reposer, tout en sachant leur proche en sécurité.

Découvrir nos Chouettes

Commencer les accompagnements de nuit avec un étudiant en santé.

En savoir plus

Réservez avec un créneau pour échanger directement avec un conseiller Ernesti.

Ces articles pourraient également vous intéresser

personne jouant à un jeu de mémoire

Le répit des Aidants familiaux

Pour les Aidants

Grille AGIR : estimez l’autonomie de votre proche âgé

Pour les Aidants

Il était une fois : les maisons de retraite

Pour les Aidants

S'inscrire à la newsletter !