09 80 80 90 70 non surtaxé | lun. - ven. 9h30 - 18h30
Notre blog

Aidants : comment planifier un départ en vacances sans culpabilité ? 

Prendre soin d'un proche âgé à distance

En tant qu’Aidant familial, il est normal et sain de ressentir le besoin de prendre du temps pour soi, que ce soit pour un week-end ou pour de « vraies vacances ».

Si emmener son proche âgé avec soi est une option, il se peut aussi que son état de santé ne le lui permette pas, ou tout simplement qu’il ne souhaite pas partir loin de chez lui, même pour quelques jours.

Le fait que votre proche ne souhaite pas ou ne puisse pas faire partie du voyage ne doit cependant pas être un frein pour vous.

Si vous ressentez le besoin de partir vous reposer et vous ressourcer, il est important de vous écouter.

 

Peut-être vous posez-vous les questions suivantes :

 

Comment pourrais-je m’évader alors que j’ai tant de responsabilités ? Qui s’occupera de mon proche ? Comment se sentirait-il si je partais ? Et si quelque chose arrivait en mon absence ? Puis-je vraiment me permettre de prendre des vacances dans ces conditions ?

 

La réponse est oui. Vous pouvez prendre des vacances, même si vous vous occupez de vos parents âgés.

 

Nous vous conseillons de privilégier la préparation en amont à la spontanéité. En prévoyant votre séjour à l’avance, vous bénéficierez de suffisamment de temps pour tout mettre en place sereinement. Vous pourrez ainsi partir l’esprit tranquille et votre proche sera lui aussi rassuré.

 

Voici nos 3 conseils pour planifier au mieux votre séjour :

 

 

La communication

 

Il est important d’aborder en amont le sujet avec votre proche âgé afin de vous préparer ensemble. Dans la plupart des cas, ce dernier n’émettra pas d’opposition et se réjouira pour vous. Questionnez-le alors sur les aides dont il souhaiterait bénéficier en votre absence.

 

Préfère-t-il rester chez lui ou se sentirait-il plus en sécurité au sein d’un accueil temporaire ? A-t-il besoin de quelqu’un pour l’emmener faire ses courses, mais pas pour le ménage ? Se sentirait-il rassuré d’avoir une présence de nuit à domicile ?

 

Vous pouvez également lui faire part de vos observations et lui suggérer ce que vous estimez être adapté pour lui et ce qui vous rassurerait.

 

Si votre parent exprime une émotion négative à l’idée de vous voir vous absenter, expliquez-lui calmement pour quelles raisons vous en ressentez le besoin. Un sentiment de colère peut exprimer une angoisse plus profonde. Essayez ainsi de comprendre exactement ce qui l’inquiète pour pouvoir trouver des solutions concrètes ensemble.

 

N’oubliez pas qu’une communication claire, bienveillante et empathique est le pilier d’une relation saine et apaisée et permet de trouver les meilleurs compromis, pour le bien-être et le bonheur de chacun.

 

 

L’organisation des aides

 

La seconde étape de la planification de votre escapade consiste à déterminer qui vous remplacera. Si un frère, une sœur ou d’autres proches ne peuvent pas prendre le relais, vous pouvez engager une aide à domicile temporaire ou envisager un séjour de répit de courte durée.

 

Si vous avez choisi ensemble la solution d’un accompagnement à domicile, faites le point sur ses besoins et démarchez ensemble les structures.

 

Il est préférable pour votre tranquillité d’esprit que tout soit planifié au moins deux semaines en amont. Pour ce faire, n’hésitez pas à commencer vos recherches en avance, car trouver les bons intervenants peut prendre un peu de temps.

 

Une fois la structure et les intervenants sélectionnés, n’hésitez pas à organiser une première rencontre avec vous au domicile de votre proche. Une fois de plus, n’hésitez pas à faire part de vos besoins et à exprimer clairement la manière dont vous souhaitez communiquer durant votre absence :

 

  • Voulez-vous des mises à jour quotidiennes ?
  • Serez-vous disponible pour répondre aux questions ?
  • Voulez-vous être contacté uniquement en cas d’urgence ? Si oui, définissez clairement ce qui constitue une urgence dans votre esprit.

 

Vous devez également penser et prévoir comment l’aidant temporaire communiquera, si nécessaire, avec le personnel médical, en l’informant par exemple d’où se trouve le carnet de santé de votre proche.

 

 

La déculpabilisation

 

Pour de nombreux Aidants, le plus difficile est souvent de s’autoriser ce moment pour soi sans culpabiliser.

 

Vous craignez peut-être que votre parent se sente malgré tout abandonné, que ce besoin de repos ne démontre une faiblesse de votre part, ou qu’un incident ne survienne en votre absence.

 

Ces sentiments sont tout à fait normaux. Toutefois, il est préférable de ne pas leur laisser prendre trop d’importance, au risque alourdir votre charge mentale.

 

Rappelez-vous que les Aidants bénéficient d’un « droit au répit », ce qui prouve bien toute personne en charge d’un proche en perte d’autonomie a besoin de s’octroyer des moments de pause.

 

De plus, vous savez que vous avez fait le nécessaire pour que votre parent soit bien entouré et pris en charge, ce qui démontre tout l’intérêt que vous portez à son bien-être et à sa sécurité.

 

Enfin, relativisez : vous ne pouvez pas contrôler tout ce qui se passe dans la vie de votre parent, et ce qui pourrait arriver pendant votre absence pourrait tout aussi bien se produire pendant que vous êtes à la maison.

 

Si malgré tout cela la culpabilité se fait toujours ressentir, n’hésitez pas à vous faire aider. Vous pourriez en parler à un professionnel de santé, à un ami ou à d’autres Aidants afin qu’ils vous rassurent sur la légitimité de votre besoin.

 

Chez Ernesti, notre but est d’offrir aux personnes dépendantes la possibilité de rester chez elles aussi longtemps qu’elles le souhaitent et dans les meilleures conditions, quand bien même elles auraient besoin d’une présence la nuit.

Nos « Chouettes », étudiant·e·s dans les domaines de la Santé (médical et paramédical) sont disponibles pour venir de manière régulière assurer une présence la nuit au domicile de l’Accompagné.

La mise en place de gardes de nuits à domicile permet également aux Aidants de pouvoir prendre du recul et de se reposer, tout en sachant leur proche en sécurité.

Découvrir nos Chouettes

Commencer les accompagnements de nuit avec un étudiant en santé.

En savoir plus

Réservez avec un créneau pour échanger directement avec un conseiller Ernesti.

Ces articles pourraient également vous intéresser

personne jouant à un jeu de mémoire

Le répit des Aidants familiaux

Pour les Aidants

Grille AGIR : estimez l’autonomie de votre proche âgé

Pour les Aidants

Il était une fois : les maisons de retraite

Pour les Aidants

S'inscrire à la newsletter !